5

My friend just said to me jokingly:

Alors si tu pouvais faire profil bas jusqu’à temps que tout soit réglé, s’il te plaît ?

This was the first time I'd heard of this expression, and given the context, I interpreted it on the spot as a synonym of "jusqu'à ce que". The word "temps" clued me in on it, I guess.

Then I went on to look it up in dictionaries, only to find that the correct phrasing was:

Alors si tu pouvais faire profil bas jusqu’à tant que tout soit réglé, s’il te plaît ?

... not to mention the fact that "jusqu’à tant que" is supposedly only used in certain regions and "jusqu’à temps que" is considered nothing but a common spelling mistake taking root. As such, I'm not sure if I should include them into my active vocabulary.

  • Do you have an idea where your friend comes from ? I have never heard it, but I have just read this expression has an "archaic or regional usage". – Greg Dec 14 '17 at 11:55
  • 1
    I for one use this expression, and always thought of it as “jusqu'à temps que”. I would not even know how to understand the alternate version, and would never use it, since I wouldn't know what I'd be saying (though, obviously, people wouldn't know about this since they are pronounced the exact same way). Worth some investigation for sure... I'll see what people propose and what I can come up with. – ﺪﺪﺪ Dec 14 '17 at 13:06
  • 1
    I come from north of France and it seems very familiar to me. I probably use it (but I am not so sure). And now I realize this is a weird phrase. – Distic Dec 14 '17 at 13:29
  • 1
    I live in the east of France (Alsace) and I never heard this expression. I use jusqu'à ce que but it is probably as @Feelew said, the expression is specific to certain regions. – georges619 Dec 14 '17 at 14:12
  • 1
    It is very common in casual spoken French in Marseille. Not sure if we can still qualify it as a regionalism when so much different areas use the expression. – jlliagre Dec 14 '17 at 17:12
2

La banque de dépannage linguistique déclare par défaut que l’expression jusqu’à tant que est la seule option, ne mentionnant pas même jusqu’à temps que, bien que l’on y précise aussi que l’expression « peut [...] être utilisée pour exprimer une limite de temps ». On y mentionne aussi l’emploi plutôt oral et familier, proposant d’y substituer « jusqu’à ce que » en langue soutenue.


Selon Le bon usage (§1136 a pour la 14e édition, sinon cherchez jusque à l’index) :

Jusqu'à tant que est archaïque ou régional (cf. Rézeau : dans le Nord, dans l’Ouest, en Auvergne, dans la région marseillaise ; en Wallonie ; en Amérique francophone)

  • En tant que Québécois, je puis confirmer la vitalité de l’expression dans mon milieu d’origine (Circeus semble aussi le croire, si l’on se fie à son commentaire ci-dessous).
  • jllagre a aussi confirmé que cette expression est commune dans la région marseillaise, et se dit d’avis que la tournure est plus que régionale, puisque présente dans tant de régions éparpillées un peu partout dans la Francophonie.
        → Un point pour l’inclusion dans le vocabulaire usuel d’un francophile.
  • Distic, du Nord de la France, a l’impression de connaître et même d’utiliser cette expression.
  • D’autres gens de France (du Nord à nouveau et de l’Alsace), par contre, ont mentionné en commentaire sous la question ne l’avoir jamais entendue, ou très peu. Peut-être la trouverait-elle un peu disgracieuse s’il l’entendaient? Difficile à dire de la part de quelqu’un qui a toujours connu cette expression. Il serait intéressant de connaître ce qu’en disent les Auvergnats et les Belges, dont Rézeau dit qu’ils utilisent aussi cette tournure.
        → Un point contre l’inclusion dans le vocabulaire usuel d’un francophile.
  • Nous avons donc ici un bilan neutre quant à la décision pour un francophile d’incorporer ou non cette tournure dans son bagage linguistique français. Peut-être, si vous la jugez utile, pouvez-vous l’utiliser, quitte à la mettre de côté si elle est régulièrement mal reçue.

Si l’on revient au Bon usage, après l’introduction citée ci-dessus suivent quelques citations, dont :

Et il commença à pratiquer son célèbre système de torsion de l’index jusqu’à tant que je ne croie plus au Père Noël. —DANINOS in Sonia, les autres et moi

Il est ensuite mentionné que :

Quelques-uns écrivent, abusivement, jusqu’à temps que.

On notera cependant que parmi ces quelques-uns se trouve un certain Henry de Montherlant, académicien français, qui écrivit en 1924 dans son essai Les Olympiques :

Laissez-moi vous regarder sans parole, jusqu’à temps que mon front s’abaisse.


Ainsi que je l’ai dit en commentaire sous la question, je n’ai personnellement utilisé dans ma vie que jusqu’à temps que, et mon esprit n’avait jamais conçu que l’on puisse signifier jusqu’à tant que par ces mêmes sons. Il semblerait que je fasse partie d’une minorité qui détourne l’expression, et quoique l’on retrouvât dans mon cas au moins un académicien français, il ne semble pas ici convenable que j’utilise outrageusement cette tribune pour mousser mon usage personnel. Je réduis donc la taille de cette section du texte afin de la marginaliser, ainsi que cela convient pour une tournure controversée.


Comparaison avec « tant que »

Je présente ici la raison pour laquelle je ne comprends pas « jusqu’à tant que ». Je serai heureux d’être démenti ou éclairé, si quelqu’un veut s’en donner la peine.

L’expression « tant que » est utilisée pour spécifier que jusqu’à ce qu’une certaine condition spécifiée ne soit plus valide, on pourra s’attendre à un certain état des faits :

Tant qu’il y aura des fruits, il y aura de l’alcool. —Richard Desjardins in Kooloo Kooloo

« Tant que » implique donc habituellement une plage temporelle, bornée par deux moments précis (le présent de la narration et celui, subséquent, où la condition spécifiée ne sera plus vérifiée).

Si on adjoint « jusqu'à » à cette expression, pour obtenir « jusqu’à tant que », nous avons un terme qui indique (ici) une limite temporelle (jusque) joint à une expression qui indique une plage temporelle (tant que), ce qui est un peu comme si je disais « Je travaille jusque pendant une heure », tournure absolument inhabituelle et grossièrement incorrecte.

  • 1
    Jusqu'à tant que est d'un usage extrêmement commun au Québec , d'où sa présence dans la BDL, qui s’intéresse surtout (et sans surprises!) à l'usage québécois.Pour référence, la section pertinente dans Le Bon usage (du moins mon édition, la 14e de 2008), et §1136 a). – Circeus Dec 14 '17 at 14:09
  • @Circeus Il semble que la majorité des exemples trouvés par Google dans votre lien sont des citations de déclarations, non de la prose journalistique. Nous sommes donc en effet principalement dans la langue orale. – ﺪﺪﺪ Dec 14 '17 at 14:20
  • @Feelew Hum, ça ne fait pas partie du miens non plus... J'ai probablement confondu '-' Merci de la remarque! – Nathan Dec 15 '17 at 9:40
0

Jusqu'à tant que est un vieux tour – né du croisement, faut-il le préciser, de jusqu'à et de tant que

comme indiqué ici.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.