1

D'après mon expérience et les cours du français je pensais que après deux consonnes identiques ce n'est pas possible la présence d'un e accentué.

Je viens de réaliser que chaussée comporte un tel e accentué.

Est-ce une exception (si oui, il existe d'autres) ou ma « règle empirique » était incorrecte ?

  • 3
    La règle empirique est erronée, car la crème est fouettée. – MrSmithGoesToWashington Jan 25 '18 at 15:49
  • Merci bien. Je ne sais pas d'où ais-je obtenu cette idée...Je dois réexaminer les règles dans un bon ouvrage. – Dimitris Jan 25 '18 at 15:56
  • 3
    Peut-être parce que devant deux consonnes, l'accent est plus rare .. – MrSmithGoesToWashington Jan 25 '18 at 15:58
  • Merci encore. Maintenant je viens réalisé que j'ai confondu les cas (devant et derrière; voici par exemple un e accentué avant deux lettres:-)!). – Dimitris Jan 26 '18 at 13:10
4

La règle concerne la présence d'accents sur un e placé avant une consonne double, pas après !

Dans ce cas, il est exact que l'on ne met jamais d'accent car il est implicite.

Une explication intéressante à propos de cette absence d'accent: Comprendre l'orthographe du français, Hubert JOLY :

Avant le XVIIIe siècle et la mise en œuvre de l'accent grave, le redoublement de la consonne était le moyen graphique utilisé pour transcrire le son /e ouvert/ devant une consonne. Depuis que l'usage de l'accent grave a été introduit dans nos habitudes d'écriture (1740), il y a concurrence entre le système ancien et le système récent, d'où des graphies comme violet > violette (ancien système) et discret > discrète (nouveau système)

  • Je vous remercie vivement pour la réponse et le site. C'est super ! – Dimitris Jan 26 '18 at 13:11
1

Quoique dans quelques cas de conjugaison on redouble une consonne lorsque la conjugaison se termine par un e caduc...

  • Appeler : j’appelle — je suis appelé
  • Épeler : j’épelle — j’ai épelé

...c’est davantage l’exception que la règle. Les verbes dont l’infinitif ne comporte qu’une consonne final avant la terminaison de l’infinitif n’en ont habituellement qu’une même lorsqu’une conjugaison se termine par un e caduc :

  • Embêter : j’embête — je suis embêté
  • Peler : je pèle — j’ai pelé
  • Traîner : je traîne — j’ai traîné

Et ceux qui possèdent une consonne doublée à l’infinitif la préservent dans toutes leurs conjugaisons :

  • Coller : je suis collé
  • Emballer : je suis emballé
  • Enferrer : je suis enferré
  • 1
    Merci pour la réponse. Du coup, j'ai confondu la règle. – Dimitris Jan 26 '18 at 13:12

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.