6

I always thought that both words referred to the same insect: the mosquito. However, I was recently reading Jean Rivard, le défricheur by Antoine Gérin-Lajoie (19th century Québécois author), and on page 167, he writes,

Mais puisque j’ai promis de dire la vérité, toute la vérité, je ne dois pas omettre de mentionner ici une plaie de la vie des bois durant la belle saison ; un mal, pour me servir des expressions du fabuliste en parlant de la peste,

Un mal qui répand la terreur
Et que le ciel dans sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre...

Je veux parler des maringouins.

Durant les mois de mai et de juin, ces insectes incommodes, sanguinaires, suivis bientôt des moustiques et des brûlots, s’attaquent jour et nuit à la peau du malheureux défricheur.

This quote makes it sound like the "maringouins" were followed by "moustiques," indicating that they are not the same insect.

Am I misreading this passage, or is there a difference (and if there is a difference, what is it)?

  • 3
    The usage is likely to be different in different parts of francophonie. Where I'm from (northern half of France), maringouin just isn't used. It seems to designate different sets of insects in different regions. – Gilles 'SO nous est hostile' Mar 23 '18 at 18:47
5

Il y a un ordre d'insectes, les diptères, qui se divise en deux sous-ordres, les nématocères qui sont nous dit Wikipédia comme des moucherons/moustiques, et les brachycères qui sont davantage comme des mouches (le taon ou mouche à cheval/chevreuil, par exemple). Au Québec aujourd'hui on peut entendre en langue courante « maringouin » pour le moustique (GDT), insecte du premier sous-ordre (auquel appartient aussi le brûlot), plus particulièrement un culicidé ; on ne connaissait pas le terme cousin...

Une des mouches usuelles au Québec qui mord littéralement au lieu de piquer et dont on n'a pas discuté ce pourrait être ce qu'on appelle une « mouche noire », une simulie, moucheron appelé aussi parfois arabi, alambi ou mouche de Beynes (Wikipédia), appartenant au premier sous-ordre (à ne pas confondre avec la mouche grise de la viande, du deuxième sous-ordre, à laquelle on fait parfois référence avec le vernaculaire mouche à merde). On ne sait pas si ça correspondrait à la séquence présentée (maringouin, moustique, brûlot) ni si la séquence serait la même aujourd'hui (climat...). Le Glossaire du parler français au Canada (1930) a une entrée pour moustique mais pas maringouin, et réfère à l'entrée mouche à plusieurs types : mouche noire, mouche à cheval/chevaux, mouche à cornes, mouche à patates, mouche à vers. On n'est pas plus avancé ; le choix dans l'extrait pourrait être purement idiosyncratique et personnellement je ne sais pas à quoi on réfère exactement...


Ces affirmations ne permettent pas de déterminer à quoi fait référence le terme moustique (par opposition à maringouin) dans l'extrait...

  • @rotaredom Howdy! You have selected my answer, thank you. The content may be useful and it may answer the Q. from the title in today's Qc French yet it does not provide the answer as to what the author might have meant by moustique in the quote as opposed to maringouin. Please consider unaccepting the answer so that your Q. remains in the unanswered queue to attract further answers down the road. It is entirely up to you. I haven't looked at the book, do you remember any mention of a region or city, for instance Laurentides or Eastern Qc. by any chance? Thank you! – user3177 Mar 26 '18 at 18:02
2

Une réponse a déjà fait un bon tour de la nomenclature des insectes sanguinaires du Québec. J’y ajouterai une confirmation de première main que l’ordre maringouin – mouche noire – brûlot est le bon, depuis mon enfance et jusqu’à aujourd’hui, et qu’il demeure aussi valide en allant vers l’ouest jusqu’aux Rocheuses, de la frontière avec les États-Unis jusqu’aux confins nordiques du continent, juste au sud des îles arctiques. Je suppose sans problème qu’il était le même il y a un siècle, les conditions hydrographiques suivant la fonte des neiges suivant vraisemblablement la même séquence aujourd’hui qu’alors.

Comme l’indique l’auteur de la réponse, cependant, tout cela n’explique pas pourquoi les maringouins sont distingués des moustiques dans la citation, et je n’ai pas non plus de réponse absolue à offrir ici, simplement une hypothèse à émettre, hypothèse qui ne sera malheureusement pas avare de présuppositions que d’aucuns pourront juger irrecevables. Je l’offre néanmoins en attendant une meilleure solution...


Hypothèse

• Il fut un temps où le terme maringouin, inusité en Europe, supplanta celui de moustique dans l’usage oral Canadien-Français, pour désigner l’insecte que l’on connaît aujourd’hui indifféremment sous les deux appellations. Qu’un mot en remplace un autre est un phénomène avéré quoique rare, bien que sa rareté ne soit pas extrême. Les raisons varient cependant, et toute conjecture sur les raisons qui auraient assuré la promotion de maringouin aux dépens de moustique serait de ma part hasardeuse et ici inutile.

Moustique devient alors un terme libre, libre de s’appliquer à un autre type d’insecte ennuyant, la mouche noire, la grande absente de la liste citée par Gérin-Lajoie, cette plaie des forêts québécoises en juin et juillet, et que l’on serait bien en peine d’essayer d’oublier lorsqu’arrive son temps de l’année.

Pourquoi supposerais-je que la moustique (Glossaire du parler français au Canada) ait selon l’auteur été un terme désignant la mouche noire ?

La première et plus importante raison est l’ordre d’apparition de leurs populations après l’hiver, hypothèse formulée dans la réponse liée en début de réponse et confirmée ci-dessus par moi-même, d’après mon expérience personnelle d’enfant de la campagne abitibienne et de travailleur de terrain ayant fréquenté ces hostiles milieux de la taïga et de la toundra canadienne depuis plus de vingt ans.

Ma seconde raison est plus spéculative. Les cadres de moustiquaires attachés¹ aux fenêtres des maisons nord-américaines datent, paraît-il, de la première moitié du XIXe siècle, on peut donc penser que de longue date les gens en ont fait usage dans leur maison, afin de se protéger convenablement de l’appétit féroce des maringouins, particulièrement actifs la nuit et à l’aube et gâchant avec une étourdissante efficacité le sommeil des justes et des autres. Mais il est un fait que tout un chacun ayant séjourné dans les campagnes québécoises en été pourra confirmer : les mouches noires, nuées d’une extrême agressivité au grand air, sont d’une remarquable tranquillité aussitôt arrivées à l’intérieur des maisons, même celles dont on laisse les portes ouvertes. Les mouches noires forment alors une colonie dans les fenêtres ou moustiquaires, où les enfants (petits et grands), peuvent les écrabouiller l’une après l’autre sans devoir même se presser. Leur comportement en ceci est fort différent de celui du maringouin, qui ne se formalise guère d’un séjour à l’intérieur des maisons. Si l’on considère que le moustiquaire tire son nom du fait qu’il protège contre les moustiques (maringouins), que l’on observe ensuite qu’il s’y forme des colonies de mouches noires, et que le terme moustique est désormais libre, pourquoi ce dernier ne pourrait-il pas alors s’appliquer aux mouches noires ?

C’est très hypothétique, mais j’illustre cependant le fait qu’un nom animal devenu libre peut s’appliquer à un nouvel animal apparenté en mentionnant le cas du chevreuil, qui est un animal présent en Europe mais pas en Amérique. Quand les premiers colons européens francophones sont arrivés en Amérique, l’attribution du nom chevreuil au cerf de Virginie n’a guère posé de problème majeur, et s’est d’ailleurs perpétué jusqu’à ce jour. Les spécialistes et ceux qui voyagent fréquemment de part et d’autre de l’Atlantique (groupes auxquels nous pouvons ajouter celui des puristes) feront la distinction et utiliseront les termes exacts, mais elle ne sera pas nécessaire dans la plupart des cas...

Les conséquences des deux dernières parties de l’hypothèse sont aujourd’hui faciles à valider. (La apparition du doublon n’est pas certaine, on s’entend, mais l’équivalence maringouin-moustique, du moins, l’est aujourd’hui...)

• Éventuellement, le terme moustique réapparaît comme synonyme de maringouin pour l’ensemble ou peu s’en faut de la population québécoise.

• On s’interroge sur le sens d’une phrase d’Antoine Gérin-Lajoie (ici...)   :-)


¹ Le terme est très majoritairement utilisé au masculin au Québec, je m’excuse auprès de ceux que ça choquera.

1

Moustique is the generic word used everywhere while maringouin is an alternative name used only in Canada, Louisiana, French Guyana and Caribbeans French speaking islands. Maringouin might also be used to name flies and similar insects:

Par extension, ce mot désigne parfois d'autres types de nuisibles comme les mouches ou d'autres insectes volants.

Here, the author makes a distinction between three varieties of flying insects as the brûlots are also a kind of mosquitoes (small ones) but there is no way to guess what distinction he makes between moustiques and maringouins.

He is a blog that challenges the admitted maringouin etymology.

  • 1
    Then am I misunderstanding the quote? What does the author mean by distinguishing between the two? – rotaredom Mar 23 '18 at 18:00
  • 3
    What do you base this on? Both Wiktionnaire and TLF suggest that it can sometimes mean any mosquito and sometimes a different kind of insect (known as cousin in my part of the world — but that's not the one in the question since these don't sting) and sometimes different sets of insects but they aren't clear about who uses what meaning. – Gilles 'SO nous est hostile' Mar 23 '18 at 18:50
  • 1
    @Gilles You are right. Maringouins might not be mosquitoes here. – jlliagre Mar 23 '18 at 19:26
  • Article intéressant sur l'étymologie ! À le lire peut-être qu'au final le maringouin de Rivard était le moucheron noir, et son moustique, le maringouin ! Merci ! – user3177 Mar 26 '18 at 18:32

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.