1

Dans le Grand dictionnaire terminologique on a l'orthographe rectifiée ainsi que le trait d'union pour cet « entremets composé d'une pâte à gâteau qu'on dépose sur un sirop fait de cassonade, d'eau et de beurre, et qu'on fait cuire au four » c'est-à-dire le pouding-chômeur ou pouding du chômeur (n.m., voir aussi une variante sans trait d'union sur Wikipédia), « du fait qu'il était économique à la fabrication » nous dit-on (GDT). Aux É.-U. et ailleurs on a certainement déjà entendu parler du mets, peut-être moins que de la poutine ou du pâté chinois. D'autres parlent de pouding au chômeur. Selon « la légende », le dessert aurait été inventé « au cours de la crise économique des années 30 » et serait l'oeuvre de « Georgette Falardeau, femme de Camilien Houde, maire de Montréal » ou pourrait aussi avoir été inspiré d'un dessert populaire en Nouvelle-France, les «cachettes» aux petits fruits (Le Devoir, Un p'tit dessert... mais pas d'entrée, Fabien Deglise, 15 décembre 2007).


  • A-t-on autre chose qu'une légende à se mettre sous la dent en ce qui a trait à l'origine du nom de ce dessert ; quand et où le nom apparaît-il d'abord ; à l'origine était-ce employé avec une préposition et le cas échéant est-ce du ou au ; l'une ou l'autre préposition est-elle davantage en phase avec la sémantique ou l'origine du terme, est-ce une référence aux ingrédients ou au public à qui le dessert aurait été destiné ?
  • Le trait d'union participe souvent d'une dynamique de lexicalisation des noms : peut-on expliquer pourquoi pouding-chômeur a un trait d'union au GDT alors que pâté chinois n'en a pas ?
  • Ailleurs qu'au Québec, compte tenu des informations disponibles, l'associerait-t-on davantage à la sémantique protéiforme du pudding, à celle du gâteau ou à un autre terme de pâtisserie ; comprend-on différement le pouding du pudding ; connaît-on le terme pouding-chômeur aussi bien que le terme poutine ?
  • 1
    Ton explication de l'origine me semble complète, je n'ai jamais entendu autre chose. Par contre, je n'ai jamais entendu "au chômeur" (on dirait qu'on mange une partie d'un chômeur!), ou "du chômeur". J'ai toujours entendu l'expression sans préposition. Dans la population francophone pouding chômeur est très connu, mais poutine est bien plus connu dans la majorité des autres communautés et en dehors du Québec. – Nic3500 May 3 '18 at 11:39
  • @Nic3500 Merci, j'en ai mangé et j'en ai cuisiné sans jamais me demander d'où le nom venait etc. Mon explication vient de l'article du Devoir mais me semble qui si ça venait de l'épouse d'un maire, on aurait ça dans une biographie sans doute ? Mon exp. perso. c'est que je dis le nom sans préposition, et à l'écrit je n'aurais pas eu le réflexe d'utiliser la graphie rectifiée, que j'aime bien par ailleurs, et je n'aurais pas mis le trait d'union. Je n'ai jamais entendu du chômeur mais je connais au chômeur, plus ancien, p.-ê. plus régional... – user3177 May 4 '18 at 14:18
  • @Nic3500 Au chômeur, ce serait p.-ê. comme cachette aux fruits où on substitue fruits pour une métonymie de celui dont les ingrédients sont moins riches. Ou ce pourrait être le mets offert/servant au chômeur, au lieu d'être celui du chômeur, lui appartenant, lui étant associé. Est-ce que le trait d'union serait un signe de lexicalisation ou un signe de réduction de la préposition ici ? N'hésite pas à verser ton commentaire en réponse même si c'était partiel. Merci ! – user3177 May 4 '18 at 14:28
  • Dans ma famille, "au chômeur" va provoquer des rires et des farces, car chômeur est immédiatement lié aux travailleurs sans emplois. Quant-à l'utilisation du trait d'union, je n'ai jamais fait de recherches pour voir si c'est correct ou pas. À l'usage je ne l'ai jamais vu avec. – Nic3500 May 4 '18 at 15:20
  • 1
    Merci pour cette découverte culinaire que je ne manquerai pas d'essayer ! – Laurent S. May 7 '18 at 15:19
1

Bonjour, voici une combinaison de mes 2 commentaires.

Ton explication de l'origine me semble complète, je n'ai jamais entendu autre chose. Ne pas oublier que le tout est "selon la légende", et je doute fortement que ce dessert n'existait pas avant les années 30. Mais c'est une opinion, pas un fait de ma part.

Par contre, je n'ai jamais entendu "au chômeur" (on dirait qu'on mange une partie d'un chômeur!), ou "du chômeur". J'ai toujours entendu l'expression sans préposition. Dans ma famille, l'utilisation de "au chômeur" va provoquer des rires et des farces, car chômeur est immédiatement lié aux travailleurs sans emploi.

Dans la population francophone pouding chômeur est très connu, mais poutine est bien plus connu dans la majorité des autres communautés et en dehors du Québec.

Quant-à l'utilisation du trait d'union, je n'ai jamais fait de recherches pour voir si c'est correct ou pas. À l'usage je ne l'ai jamais vu avec.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy