1

Albert Camus est mort accidentellement en 1960.

J'ai rencontré la variante :

Albert Camus mourait accidentellement en 1960.

dans le livre French Grammar in Context (p. 14). Les auteurs parlent de l'imparfait de narration. Quelle est la différence entre les deux propositions ? Je n'ai trouvé nulle part (du moins dans les autres livres de grammaire que je possède) ledit imparfait de narration. Est-ce un emploi particulier littéraire ? Appartient-il en français courant ? Par ailleurs, avec un verbe comme mourir il me semble bizarre l'emploi de l'imparfait.

NB Je connais les différences générales entre passé composé et imparfait.

6

Sans contexte, cela peut surprendre, mais l'imparfait peut être utilisé avec mourir comme imparfait narratif . L'imparfait narratif est plutôt utilisé dans le langage écrit, pour un effet dramatique.

Une bonne description et quelques exemples en sont donnés par l'OQLF.

On peut utiliser cet imparfait lorsqu'on met en perspective des événements passés avec une indication précise de temps.

Regardez par exemple cet article sur Albert Camus. On y utilise l'imparfait pour évoquer l'événement précis de son décès:

Il y a 50 ans jour pour jour, le 4 janvier 1960, mourait Albert Camus.

2

J'ai rarement entendu le verbe mourir à l'imparfait lorsqu'on parle d'une personne individuelle ou d'un groupe bien identifié, il est plus courant d'utiliser le passé simple :

Albert Camus mourut accidentellement en 1960.

1

Le passé simple est le passé historique par excellence. Mais par effet de style on trouve couramment le présent de narration, voire l'imparfait qui est peut-être encore plus vivant, presque « cinématographique ». Tout dépend du style employé, du contexte.

François Couperin, naquit le 10 novembre 1668 à Paris, il y mourut le 11 septembre 1733, ne laissant que deux messes pour orgue – exceptionnelles – alors qu'il avait pratiqué cet instrument toute sa vie ou presque.

François Couperin, né le 10 novembre 1668 à Paris, meurt le 11 septembre 1733 ; il laisse le souvenir d'un claveciniste hors pair, avec ses vingt-sept ordres de pièces de clavecin publiées en quatre livres.

Le 11 septembre 1733 mourait François Couperin, dit « le Grand ». De santé fragile, il avait abandonné une à une ses charges diverses, notamment à la Cour, à la Chapelle royale et à Saint-Gervais.

Comme on peut le lire, il n'y a pas franchement de différences de fait (dans tous les cas la date de sa mort est le 11 septembre 1733 !), mais de forme, de style.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.