0

J'aimerais de lire toute la journée. — (Eugénie de Guérin, Journal, 10 décembre 1834)

Wagner n'échappe pas à la règle: il aimait à séduire, se rassurant ainsi sur son désir de plaire, rançon d'une frustration de tendresse à la recherche de l'amante-mère qu'incarnera sa seconde femme, Cosima Liszt. — (Sylvie Oussenko & ‎François Poncet, Wagner: vie et œuvre, Éditions Eyrolles, 2013, page 22)

Je n'ai pas appris qu'aimer peut être suivi par à ou de. Littré en parle aussi. Pourquoi ces constructions ne sont pas connues ? Sont-elles archaïques ? Est-ce l'usage qui les a rendu archaïques ? Est-ce l'Académie française ?

  • 1
    L'usage seul décide du sort d'une langue vivante, donc du caractère archaïque d'une tournure ou pas. Ce n'est pas l'Académie qui en décide, au plus peut-elle l'encourager ou recommander de l'éviter, mais sans garantie de succès. – jlliagre Aug 21 '18 at 20:42
  • @jlliagre Ton commentaire et la réponse reçue répondent à ma question. Merci. – Dimitris Aug 21 '18 at 20:45
  • 1
    L'usage du de comme ça me donne vraiment l'impression que c'est ... du vieux français, c'est une construction que je ne pense jamais utiliser, que ce soit à l'oral comme à l'écrit :O – damadam Aug 22 '18 at 12:12
  • 1
    @damadam Merci pour le commentaire. N'étant pas natif, j'ai du mal à distinguer entre vieux français et contemporain français:-)! – Dimitris Aug 22 '18 at 12:14
  • @dimitris français contemporain* – damadam Aug 22 '18 at 12:17
1

La première l'est (archaïque); la seconde est littéraire: on peut l'utiliser dans du langage formel de narration.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.