0

Pourquoi la forme « médecienne » pour la femme-médecin est-elle rare, voire désuète ?

  • Le wiktionnaire n'est pas une source très fiable (comparé à Wikipédia par exemple). Ils ont tendance à inventer des mots, ou bien à considérer que si un auteur utilise une fois ou deux un néologisme alors il faut le rajouter dans le dictionnaire. – Najib Idrissi Oct 22 '18 at 10:17
3

Médecienne est un mot que l'on rencontrait dans le français du moyen-âge mais qui n'a pas survécu.

Tout le monde fait esmerveillier
En Salerne, n’a Monspellier
N’a si bonne fisicienne
Tant soit bonne médecienne
Tous ceux sanes (guéris)
cui tu atouches

Gauthier de Coinsi, Miracles de Notre-Dame, d'après Mélanie Lipinska, Histoire des femmes médecins depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Librairie G. Jacques et Cie, 1900, p.117

J'y vois plusieurs raisons :

  • l'impossibilité pour les femmes d'exercer la profession de médecin pendant des siècles a tôt fait tomber ce mot dans les oubliettes. Médecienne est absent de tous les dictionnaires de l'Académie. On trouve médicienne dans le dictionnaire du moyen français.

  • médecienne est le féminin de l'hypothétique médecien (de garde ;-) ) qui ne s'écrit pas (ou plus) comme ça.

  • le féminin régulier médecine a aussi été utilisé pour femme-médecin, cf Godefroy mais entre en conflit avec la science du même nom et le sens, perdu en français moderne, de médicament.

Parmi les synonymes oubliés de médecin acceptant les deux genres, on trouve aussi médecineur/médecineresse et mire/miresse

0

Dire que la forme médecienne est rare voire désuète est le moins qu'on puisse dire, car, semble-t-il, elle n'existe dans aucun des principaux dictionnaires connus depuis le XVIIIe siècle (Académie, Littré, Robert, Larousse), ni même dans le dictionnaire reconstitué du français médiéval (DMF).

En admettant qu'on le trouve dans des écrits très anciens, ce terme doit donc être plutôt considéré comme un terme de "patois", c'est à dire localisé sur un territoire restreint, peut-être en langue d'Oc médiévale, mais non comme un substantif appartenant ou ayant appartenu à la langue française proprement dite.

  • La théorie d'une origine « patoisante », si tant est qu'elle puisse avoir un sens pour de l'ancien français, est difficilement défendable. Médecienne de par sa forme est un mot savant, utilisé par des locuteurs maîtrisant probablement la latin. En langue d'oil, les dérivés populaires de medicus sont mire, mège, mide etc. En langue d'oc, le latin medicus a donné mège ou metge qui n'ont aucune ressemblance avec médecienne. – jlliagre Oct 26 '18 at 18:23

Your Answer

By clicking "Post Your Answer", you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.