1

I'm reading Phonétique française by B. Malmberg and there is one thing I don't understand:

Une tendance populaire à réaliser le groupe /n/ + /j/ (dans panier) comme [ɲ] implique que le phonème /ɲ/ (baigner) se scinde en deux unités phonologiques. Dans la mesure où cette tendance se généralise, le phonème /ɲ/ disparaît du consonantisme français en même temps que le son [ɲ] se fait plus fréquent.

What does the bolded part mean? When the sound [ɲ] becomes more frequent, the phoneme /ɲ/ will dissapear? I can't make any sense of it... Merci d'avance.

2

Ayant eu cette discussion avec des Italiens, car il m'était impossible de distinguer au premier abord des mots qui ne se distinguent que par /nj/ et /ɲ/, je ne suis pas surpris d'entendre que la différence entre /nj/ et /ɲ/ a quasiment disparu en français. Je me souviens avoir fait la liste des paires critiques chez Cosette il y a quelque temps de cela. Apparemment ces quelques paires n'ont pas été suffisantes pour maintenir une distinction entre /nj/ et /ɲ/ en français. Personnellement je ne fais généralement pas de différence entre « minions » et « mignon » par exemple.

Le jour où plus personne ne fait la différence entre /nj/ et /ɲ/ (ce qu'envisage l'auteur de l'extrait), il n'y aura plus de raison de distinguer deux phonèmes. Dans ce cas, étant donné que la prononciation [ɲ] semble prendre le dessus (probablement car moins articulée), elle sera simplement devenue la réalisation standard de la séquence /nj/. Tout comme [tχ] est la réalisation standard de /tʁ/, le phonème /χ/ n'ayant aucune raison d'être distingué en français.

  • 2
    C'est marrant, j'ai discuté récemment avec un espagnol de la distinction tranchée qu'il faisait entre les terminaisons d' España et celle d' Hispania que j'avais du mal à percevoir. – jlliagre Nov 22 '18 at 17:35
1

The sentence is indeed a bit vague, but I suppose the author means that /ɲ/ tends to formally disappear, replaced by /nj/, but as it has a sound extremely close to [ɲ], somehow you could say that every /nj/ has sort of become /ɲ/.

Well, I'm not sure I'm very much clearer than the book...

1

Dans la mesure où cette tendance se généralise, ...

Si le futur nous montre cette prononciation de panier comme [paɲe] devenir la prononciation de tous, on pourra alors dire que...

...le phonème /ɲ/ disparaît du consonantisme français en même temps que le son [ɲ] se fait plus fréquent.

...le son [ɲ], qui est actuellement un phonème en français (en ce sens qu’il permet de distinguer des paires de mots autrement prononcés de manière identique) se réalise par plusieurs en [nj], comme dans agneau [anjo]. Si maintenant des mots habituellement prononcés en [nj] sont prononcés par certains en [ɲ], on perçoit que les deux prononciations sont interchangeables, et donc que la séquence [nj] suffit à décrire tous les mots actuellement notés avec le phonème /ɲ/. Ce dernier n’est donc plus nécessaire à la description phonologique du français, duquel il peut donc être retiré.

Mais comme la première partie de la phrase déclarait l’hypothèse de la généralisation de la prononciation [nj] en [ɲ], on peut dire que parallèlement à sa disparition comme phonème, ce son [ɲ] deviendrait alors plus commun dans le parler français.

Ce me semble être une curiosité davantage que la réalité, car bien que le phonème /ɲ/ soit dans la voie de sortie (ça je le crois), il ne me semble pas y avoir pour l’instant beaucoup de signes que la séquence [nj] se généralise en [ɲ] dans le futur immédiat. Intéressant néanmoins car l’exemple illustre bien la distinction entre phonème et réalisation.


Dans la mesure où cette tendance se généralise, ...

If the future reveals that this pronounciation of panier as [paɲe] is becoming the norm, then we’ll be able to state that...

...le phonème /ɲ/ disparaît du consonantisme français en même temps que le son [ɲ] se fait plus fréquent.

...the sound [ɲ], currently a phonem in French (in the sense that it allows the distinction of pairs of words otherwise identical), is realized by many as [nj], as in agneau [anjo]. If now words usually pronounced with [nj] are also pronounced [ɲ] by some, we can see that the two pronounciations are interchangeable, and therefore, the sequence [nj] would suffice to the description of any word currently noted with the phonem /ɲ/ in the French language. The latter therefore becomes redundant in the phonologic description of French, from which it is then removed.

But since the first part of the sentence went by the hypothesis that the pronounciation [nj] was to become generalized in [ɲ], then we could state that despite its disappearance as a phonem, this [ɲ] sound would also become more commonly used in spoken French.

To me, this is more a curiosity than a fair description of reality, because if the phonem /ɲ/ is indeed on its way out of French phonology (this I believe), I don’t see very many signs that the sequence [nj] would generalize in [ɲ] any time soon. Interesting though because the example illustrate cleverly the difference between a phonem and its realization.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.