1

Il y a assez généralement au Québec1 affrication des consonnes dentales, T et D, lorsqu’elles sont suivies des sons I ou U :

  • dit /di/, réalisé [d͡zi]
  • du /dy/, réalisé [d͡zy]
  • poutine /putin/, réalisé [put͡sɪn]
  • tiers /tjɛʁ/, réalisé [t͡sjɛʁ]
  • tuile /tɥil/, réalisé [t͡sɥɪl]

Existe-t-il des exceptions, des cas où même ceux, ou une partie non-négligeable de ceux qui utilisent habituellement cette manière de s’exprimer ne le feront jamais pour certains mots en particulier ?


J’ai personnellement cette manière de prononcer, et je connais certaines exceptions à mon vocabulaire, mais le tout semble très peu documenté, contrairement à l’affrication, assez communément traitée en long et en large lorsqu’il s’agit du français parlé au Québec. Je suis donc curieux de voir si ma manière d’avoir des exception est elle-même une exception, ou si l’on saura trouver une documentation pertinente à ce sujet.


1 On notera les notables exceptions de la Gaspésie et des îles de la Madeleine, ainsi que la version acadienne en général du français, présente hors-Québec dans les provinces maritimes du Canada, où ce phénomène d’affrication est généralement absent ou fort estompé.

  • Je ne sais pas si cette question passera, mais ça coûte bien peu d’essayer. Désolé si j’ai fait erreur. – ﺪﺪﺪ Nov 22 '18 at 15:37
  • 1
    J'avais vu passer cela : hal.archives-ouvertes.fr/hal-01147769/document (zappez direct p28) document qui m'avait semblé à l'époque original (lier l'assibilation à la laison), fondé sur des données récentes et assez critique vis-à-vis d'autres études reconnues. Mais, n'y connaissant rien... j'avais juste lu avec intérêt et curiosité. Alors peut-être ne vous apprendra-t-il rien du tout. – aCOSwt Nov 23 '18 at 14:40
  • 1
    J'ai été obligé d'écouter tuile sur Wiktionnaire pour comprendre comment ça pouvait être prononcé autrement... je suis incapable de prononcer tu sans qu'on entende le s, donc même si j'essaye de dire tu-il comme ce que j'entends dans l'audio, ça donne toujours de l'affrication. Avec beaucoup d'effort de la bouche et en levant la tête je réussis presque mais ça se rapproche de quand je siffle hahah. Merci ! – user3177 Jan 5 at 18:51
1

N'étant pas spécialiste, je tente une réponse.

Je me rappelle avoir déjà lu quelque part que l'origine de cette façon de parler remonterait aux premiers colons qui, parce qu'ils avaient si froid lors des hivers, en sont venus à parler avec les dents serrées. Les hivers auront été suffisamment longs pour forger la parlure! Je peine malheureusement à retrouver des références sur ceci mais n'importe qui ayant déjà attendu l'autobus par -20° celsius en jasant avec d'autres sait que cette théorie est plausible!

Je dirais donc qu'il n'y a aucune exception parce que l'affrication se fait dès que les sons tu, du, ti, di sont prononcés, peu importe le mot ou les lettres qui suivent.

  • Que penser des Européens francophones qui viennent s'installer au Canada? J'en ai connu aux Territoires du Nord-Ouest qui n'affriquaient pas du tout après vingt ans là-bas... – ﺪﺪﺪ Jan 4 at 20:04
  • Les chaumières des premiers colons n'ont rien à voir avec nos maisons modernes qui sont isolées et bien chauffées. Ils ont gelé pendant 6 mois à toutes les heures, ce qui n'est pas le cas des nouveaux arrivants d'aujourd'hui. – Brac Jan 4 at 20:14
  • J'ai aussi gelé des semaines dans des tentes dans l'Arctique, y causant anglais sans affriquer, et retournant à l'affrication en français une fois de retour au chaud à la maison. Les inuits n'affriquent pas. Beaucoup de vague, d'imprécis et de présomptions ici... – ﺪﺪﺪ Jan 4 at 20:17
  • Je ne fais que relater une théorie que je trouvais intéressante, je n'affirme rien. Par ailleurs et pour faire suite au dernier commentaire, les autochtones et les inuits n'ont pas eu à s'adapter étant ici, au froid, depuis longtemps. Mais bien sûr, tout ceci n'est que spéculation. – Brac Jan 4 at 20:21
  • 1
    Je suis effectivement québécois et je parle de cette façon d'où mon intérêt pour cette question et pour la théorie que je rapporte avoir lue. Quant à des exceptions, je ne vois pas dans quel contexte je les prononcerais autrement. – Brac Jan 4 at 20:47

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.