2

Pas agglutination avec l’article indéfini, l’umblil tiré initialement d’une variété de latin populaire est devenu le nombril du français moderne1.

J’ai déjà lu quelque part que le parler des enfants aurait pu jouer dans ce processus d’agglutionation, bien que Littré en propose une autre explication, bien plausible.

À défaut d’un exemple ayant rejoint le lexique courant (on propose nanan en commentaire, qui fut probablement entièrement nouveau et pas formé d’éléments pré-existants assemblés d’une façon nouvelle ou déformées phonétiquement par l’absence d’habitude de ces mots par des enfants ; c’est intéressant en soi, peut-être digne d’une autre question à part, mais d’autres propositions seront bienvenues), on peut toujours chercher du côté des perles de mots d’enfants, qu’on trouve en abondance sur internet. Cette page m’a fait sourire et illustrera bien mon propos. On y trouve par exemple :

  • Au petit-déjeuner [en] désignant le grille-pain :
    « Maman, tu peux mettre mon pain dans le lance-tartines ? »
  • [Maman dit] : « Iliesse, tu es un voyou ».
    [Iliesse] répond : « Et ben, toi, t’es une voyelle ! »

Sans prétendre à l’introduction dans les dictionnaires de ces termes créés, on pourra aisément penser que certains d’entre eux seront de nouveau utilisés dans la vie quotidienne des parents. Toute famille doit posséder quelques-uns de ces termes vivifiants qui font sourire et évoquent des souvenirs.

  • Existe-t-il un terme (en un seul mot, donc) pour désigner ce genre de mots (potentiellement d’expressions) ?
  • Et peut-être un autre qui désigne l’emploi de ce genre de terme par des personnes adultes, dans le cadre des échanges informels qu’ils ont dans leur vie quotidienne ?

1 Un autre processus, la dissimilation, a aussi substitué un R au premier L, mais ce n’est pas le propos ici.

  • 1
    Les dicos ont admis en vedette des tas de mots issus du langage enfantin. Ils restent majoritairement du registre familier. De source enfantine mais toutefois adopté en lieux cultivés, me revient ici, maintenant, et pour cause... le NANAN de l'expression C'est du nanan. – aCOSwt Dec 4 '18 at 15:15
  • Merci, je l'inclus. Mais il me vient maintenant que je visais des modifications de mots ou notions existantes (l'ajout du N pour former nombril, ou comme dans les exemples tirés du lien, un nouveau féminin somme toute pas dépourvu de logique pour voyou ou un nouveau mot composé, formé d'éléments préexistants pour le grille-pain). – Montée de lait Dec 4 '18 at 18:46

Your Answer

By clicking "Post Your Answer", you acknowledge that you have read our updated terms of service, privacy policy and cookie policy, and that your continued use of the website is subject to these policies.

Browse other questions tagged or ask your own question.