2

Can anyone tell me how you choose between the prepositions "de" and "à" before an infinitive which modifies a noun or adjective.

I understand the "c'est + adjective + de/à + inf" construction. If "ce" is a dummy subject and the real subject comes after it, you use "de". If "ce" is a real subject, "à" comes before the infinitive.

  • C'est difficile de parler français [Speaking French is difficult]
  • C'est difficile à voir [Something mentioned previously is difficult to see]

However, I cannot find any reliable rules outside of this. The following sentences are some examples of what I'm talking about.

  • Nous avons la permission d'entrer.
  • Tu es libre de ne rien dire.
  • Je suis prêt à partir.
  • Voulez-vous quelque chose à boire ?

I've looked at questions asking similar questions on this site and others but the answers were either not satisfactory or just confusing. It all seems so random but there must be some rules governing this.

If anyone could help me I would really appreciate it.

1

It all seems so random but there must be some rules governing this.

Unfortunately no, there are no straightforward, generic rules. You have to learn each verb usage.

A reply to the same question as yours provided a link to an interesting document presenting various cases and an extensive list of verb/proposition pairs.

As the link seems to be broken today, here is its archived copy.

1

Je déteste absolument le fait qu'il puisse, dans la langue, y avoir des règles que l'on doive respecter, tout en détestant également le fait que, sur un sujet, on ne soit en mesure de dégager quelques constantes qui puissent permettre à l'apprenant de frayer son chemin.

En ce sens et relativement à ce sujet précis, et pour débuter, on peut observer un certain nombre de constantes qui ne relèvent que de la logique, une logique de sens :

Préposition à devant un infinitif :

  • Après le verbe avoir. (Je n'ai rien à faire mais vous avez tout à craindre)
    Car toutes ces formes se rapportent au participe futur du latin.
  • Après les adjectifs qui gouvernent le datif. (propre, enclin...)
    Car... eh oui!, on donne... à!
  • Pour la même raison après les verbes gouvernant un datif (se préparer, se disposer...)
  • Quand l'infinitif est pris pour un passif. (Vous êtes vraiment fous à lier, c'est bon à savoir...)

Préposition de devant un infinitif :

  • Après les substantifs (J'ai envie d'écrire, mais je n'ai pas le temps d'écrire...)
  • Après les adjectifs qui gouvernent le génitif (content, fâché, aise...)
  • Après le verbe être pris impersonnellement (Il est bon de...)

Datif-Passif / Génitif-Actif, voilà un discriminant logique.
Et après ? Oui! Évidemment, le rageux pourra trouver mille exceptions... c'est le fait des règles... mais l'apprenant aura au moins une piste plutôt que... d'avoir à tout considérer exceptionnel.

J'en terminerai par... le plus compliqué : Oui! Il est des verbes avec lesquels, les deux prépositions peuvent également s'entendre. Que faire dans ces cas ?

Eh bien... j'ai bien dit peuvent... s'entendre.
Je m'en remettrai alors à ce bon monsieur de la Touche qui, dans sa grammaire fondée sur celle de l'excellent Desmarais ne fait pas de doute :

"On doit choisir celle qui plait le plus à l'oreille."

C'est-y pas beau ça ?

NDaCOSwt : On pourrait aussi parler de pour qui aurait ici toute raison d'avoir son paragraphe. (marquer le dessein)
On aurait ainsi aussi, dans le cas du 3è exemple (Je suis prêt à partir) pu concevoir un (Je suis prêt pour partir)

  • « D'avoir à tout considérer comme exceptionnel » est courant, « d'avoir à tout considérer exceptionnel » ne se dit pas; à l'écoute il a fait grincer mes oreilles ! – LPH Dec 16 '18 at 11:37
  • « pas de temps à perdre », « ses devoirs à finir », « du riz à manger »,… Il semble que lorsque la relation du substantif au verbe infinitif est celle de l'accusatif la préposition doive être « à » ; ça ferait une règle de plus et diminuerait le nombre de ces mille exceptions… – LPH Dec 16 '18 at 12:12
  • @LPH : Je range vos suggestions dans ma toute première catégorie de ceux construits sur le modèle du participe futur. En vérité, je crois qu'il ne vaut mieux pas s'aventurer à généraliser avec le COD tant les complétives infinitives sont nombreuses, qu'elles font fonction de COD et... qu'elles sont introduites par de. – aCOSwt Dec 16 '18 at 12:47
  • @LPH : Pour ce qui est du temps à perdre il rentrera, dans la catégorie des passifs. Car cette même tournure, prise à l'actif (pas le temps de manger) entrerait dans la première catégorie du second groupe. – aCOSwt Dec 16 '18 at 12:52
  • Il faudrait alors rendre la nomenclature des catégories plus spécifique : « après le verbe « avoir »» et « après les substantif » me parait résulter en ambiguïté. – LPH Dec 16 '18 at 13:17

Your Answer

By clicking "Post Your Answer", you acknowledge that you have read our updated terms of service, privacy policy and cookie policy, and that your continued use of the website is subject to these policies.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.