3

Après avoir lu que deux enfants provenant du Guatemala étaient morts en rétention aux États-Unis à une semaine d'intervalle pendant qu'on s'empiffre, je m'interroge sur le gentilé « Guatémaltèque » et incidemment sur la raison de la différence dans l'emploi de l'accent aigu dans le nom du pays (Fr : Guatémala ; Qc : Guatemala ; Fr/Qc : Guatémaltèque).

  • Quel est le suffixe exact dans le gentilé « guatémaltèque » et pourquoi le gentilé diffère-t-il apparemment tant du nom du pays, comment s'est opérée cette formation ; y a-t-il d'autres gentilés qui sont ainsi suffixés ?
  • Incidemment, en ce qui a trait au nom du pays, l'accent aigu est-il indicateur d'une plus grande lexicalisation du nom ; y a-t-il une raison expliquant la différence (d'approche par exemple) entre la France et le Québec à cet effet ?
4

Le suffixe de gentilé pour le Guatemala est -tèque. C'est le seul pays qui a ce suffixe, mais il est utilisé pour des villes de la région (sud du Mexique et Guatemala). Voir par exemple une liste des gentilés sur Wikipédia.

Le gentilé nous vient sans surprise de l'espagnol qui l'a pris au nahuatl, qui était la langue des Aztèques qui régnaient sur la région jusqu'à la colonisation espagnole. En nahuatl, le suffixe -teca signifie « habitant de ». C'est donc un emprunt de gentilé, comme -iote du grec ou -i de l'arabe.

C'est le seul nom de pays qui ait ce suffixe parce que c'est un des deux seul noms de pays qui viennent du nahuatl. L'autre, Mexico, vient du mot Mexica qui est au départ un nom de peuple ayant ensuite donné son nom à la région qu'ils contrôlaient et non l'inverse. (L'étymologie de Nicaragua est disputée.)

Pour ce qui est de l'accent ou non dans le nom du pays, il n'y a pas d'accent en espagnol, mais l'état Français en met un en français. Guatemala est la version importée et Guatémala est la version francisée. Comme on prononce de toute façon Guatemala a l'espagnole ([gwatemala] et pas *[gatəmala]), l'accent ne s'entend pas, donc il a tendance à passer inaperçu. Il y a encore plus d'hésitation sur le Venezuela ou Vénézuela ou Vénézuéla ou Vénézuèla (c'est comme ça qu'on prononce en français, et pourtant l'accent grave est rare).

3

Guatémaltèque est est un emprunt à l'adjectif espagnol guatemalteco, lui-même un emprunt au nahuatl cuauhtēmaltēcatl ("Guatemala" vient lui-même du nahuatl Cuauhtēmallān).

L'adjectif nahuatl se décompose en cuauhtēmal-tēca-tl où -tēca est un suffixe de gentilé similaire à -ais.e ou -ain.e en français et -tl la marque du singulier non-possédé. C'est ce même suffixe qui se retrouve dans d'autres noms de peuple mésoaméricains tels que aztèque, olmèque, zapotèque, chiapanèque ou mixtèque (La forme exacte du suffixe dépend de la dernière consonne de la racine). On le retrouve également, dans une forme figée et lexicalisée, dans le nom du Mexique.

Tous ces suffixes en -Cēca- ont été adaptés en -eca en Espagnol, formant des adjectifs épicènes que le français a empruntés avec la graphie -èque, en leur conservant leur caractère épicène. Guatemaltec- est une exception à cette règle puisqu'il présente un masculin en -o et un féminin en -a, mais le français n'a pas suivi l'espagnol sur ce point.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy