10

J'ai noté notre test provincial des compétences linguistiques en Ontario la semaine passée. La chef de notre salle était franco-ontarienne, et elle nous a raconté une blague que je n'ai pas pu saisir.

En voici la transcription :

Le téléphone sonne chez une Québécoise. C’est un anglophone qui appelle. Il demande : « Is your husband there? » Elle répond : « Non. » Il demande encore : « Is he gone? /ɪzigɔn/ » Elle répond : « Is he gone pas ! /izigɔnpɑ/ Il est parti ! »

Il est clair que la blague se base sur la prononciation, donc voici un enregistrement si ça aide.

Si quelqu'un peut l'éclairer, j'en serai reconnaissant. :)

10

Is he gone?         /ɪzigɔn/ (pris pour "y'zigonne ?", c-à-d "il zigonne ?")
Il zigonne pas !   /izigɔnpɑ/

Zigonner est inconnu en France, mais la prononciation simplifiée des pronoms personnels y est courante : i pour il, a ou è pour elle, ch' pour je, t' pour tu et i ou z pour ils.

Source: www.dictionnaire-quebecois.com

Zigonner : Verbe propre au langage populaire québécois, on l’utilise dans les cas suivants : [1] pour signifier le fait de travailler inefficacement ; [2] pour indiquer le fait de peiner à l’accomplissement de quelque chose (ex : j’ai beau zigonner après cette foutue machine mais j’arrive pas à la réparer) ; [3] pour marquer l’acte d’un chien qui s'accroche à quelqu'un ou quelque chose pour simuler une copulation.

Voir aussi wiktionary et https://oreilletendue.com/2014/01/08/detresse-du-jour/ où l'on trouve une étymologie possible :

La suite logicielle Antidote propose l’étymologie suivante :

Emprunt au poitevin ou saintongeais zigzounàe, «scier maladroitement»; de l’onomatopée zik-zak, «bruit du va-et-vient d’une scie».

7

En complément, voir aussi le Glossaire du parler français du Canada (1930, Société du parler français au Canada) :

enter image description here

On écrit le mot au Québec depuis 1903 (employé plus anciennement à l'oral) et on y voit la même origine onomatopéique que zigouiller ; il s'est déjà employé pour tisonner (digonner, Normandie) et « mal jouer du violon ». (DHLF)

Aujourd'hui zigonner c'est soit perdre son temps ou travailler à des choses sans importance (voir Wiktionnaire ; peut-être aussi concrètement avec une serrure pour « chercher à pénétrer », DHLF) mais c'est vraiment la prononciation du i(l) devant le verbe conjugué (il zigonne) qui fait en sorte que c'est essentiellement identique à la prononciation de « is he gone ? » en anglais que l'interlocuteur interprète comme un propos en français d'où sa réponse « i(l) zigonne pas, il est parti » et la blague.

  • Est-ce que "Il est parti" peut s'abrèger/se prononcer comme/en "i(l)/y est (y'est?) parti", et si c'est le cas, est-ce possible que la blaque emploie/exige la version complète ("Il est parti") pour ne pas "dévoiler"/faire allusion à l'astuce derrière la blague? Thanks! – Papa Poule Apr 13 at 17:30
  • 1
    @PapaPoule Oui, c'est noté/prononcé « y'é (parti) » (dans l'enregistrement on dit bien il est parti). Bien dans le sens où si quelqu'un n'a jamais entendu et ne reconnaît pas le verbe zigonner, il peut comprendre uniquement « is he gone pas » au lieu de « i(l) zigonne pas » et la blague reste incomprise. Mais selon moi ça dépend surtout de s'il a reconnu justement ce verbe-là et sa forme conjuguée. Je ne pense pas que le pronom il vende la mèche... ou je ne vois pas exactement ce que ça changerait... – suiiurisesse Apr 13 at 21:04
  • 1
    @PapaPoule Comme par exemple enfant on me raconte la blague suivante « Qu'est-ce qu'une vache prend dans un bar ? »... « un p'tit coup »... ?? La personne parlait allemand, c'est « die kuh » (la vache)... je ne l'ai jamais comprise hahaha. – suiiurisesse Apr 13 at 21:14

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.