1

Je lis un article Une Française sacrée meilleure pâtissière du monde (par une organisation). On fait référence à un thème, la desseralité. Selon la source, on parle de l'union de naturalité, ce « caractère naturel d'une chose, appartenance à la nature » (TLFi), un thème cher au chef Alain Ducasse, et de dessert (naturalité+dessert), ou ailleurs on dit « ce qui concerne la nature profonde du dessert », ce qui semble relever aussi directement de la suffixation -ité, « indiquant une qualité dérivée d'une base adjective » (TLFi), même si ici on aurait plutôt un substantif.

Par ailleurs le dessert reste une création, un produit transformé et c'est beaucoup aussi la nature profonde du fruit qui est mise de l'avant avec cette approche ; le respect et la connaissance intime du produit n'est certainement pas en rupture avec la gastronomie française traditionnelle puisque c'en est il me semble une de ses caractéristiques fondamentales. Afin de m'aider à explorer ces questions de « philosophie gastronomique » et à discuter de ces amalgames, j'aimerais savoir :

  • S'il existe un adjectif pour le substantif dessert ?
  • Si l'on choisirait fruit ou fruitier à suffixer avec -ité/-ralité (naturalité) et quel en serait le résultat ; penserait-on à suffixer fruit/fruitier avec -tion, sur le modèle de naturalisation, en composition avec dessert ou pâtisserie ?
  • Si l'on trouve que la qualité intrinsèque du dessert est davantage révélée par desserité, dessertité que par desseralité et pourquoi ; trouve-t-on l'union avec naturalité porteuse de sens et y perçoit-on spontanément en arrière-plan naturalité ou vitalité, par exemple, et cette union servirait-elle surtout à créer l'euphonie ?
1
  • Même après recherche, il ne me semble pas qu'il existe un adjectif relatif au substantif "Dessert" ni même un autre adjectif qui en exprimerait le sens.

  • J'ai eu un peu de mal à comprendre la question, mais je pense que plutôt que le suffixe -tion, on prendrait le suffixe -if pour donner fructif qui n'est pas sans rappeler fructifier, donnant un sens plus explicite à l'aspect de "création", de "production". Combiné à naturalité, on obtiendrait, par exemple, fructialité.

  • À mon sens le néologisme desseralité n'a pas plus de sens que dessertité ou desserité, car même l'aspect de naturalité n'est pas évident. Mon opinion serait que ce mot a pour but premier de créer l'euphonie, car il est également le titre d'un livre dédié à ce sujet, et que le titre d'un livre est l'un des critères de vente majeurs.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.