3

{par ex.} : Franchement, se taper 1h30 de bouchons pour se faire recaler sans aucun motif valable, c'est plus qu'insupportable, à boycotter en masse !

Quand on parle d’une chose désagréable imposée à soi, d’une tâche/corvée du genre qu’on se voit mal faire de gaieté de cœur, on dit :

se coltiner une chose / se taper X / se coller X / se payer X / se farcir X / se palucher X

Il me semble d'ailleurs que « refiler » en revanche, quoique synonyme, ne s'emploie que de façon non pronominale.

Est-ce qu’on y perçoit une différence de sens, d'usage, de registre, de fréquence d'utilisation ou de quoi que ce soit d'autre ?

  • Je connais (en France) "se coltiner", "se taper", "se payer", "se farcir", mais pas "se coller" ni "se palucher" (dans ce sens). Noter que "se taper" et "se payer" sont plus polysémiques. – Mathieu Bouville Jul 2 at 7:58
  • 3
    Bien qu'on puisse se palucher dans les bouchons pour passer le temps, il faut cependant rester discret. Si on peut discuter de l'emploi des autres, à priori ce terme-là est à proscrire pour la signification demandée... – Laurent S. Jul 2 at 8:22
  • @MathieuBouville À propos de polysémique, je n’utilise pas "se coller" dans ce sens-là, moi non plus, surtout que je l’associe avant tout au sens « Je m'y colle/mets de ce pas », dont la connotation n’est pas aussi à contrecœur. "Se payer", quant à lui, me fait plutôt penser au sens positif : « Je me suis payé un petit luxe ». – Con-gras-tue-les-chiens Jul 2 at 9:04
1

En français du Québec, on ne connaît pas à mon avis le verbe (se) coltiner (je note que l'Académie déconseille son emploi à l'écrit etc., bof.) ni ne reconnaît se coller, se palucher ou refiler dans le sens en question. Pas plus que se payer, qu'on connaît sans doute soit avec du bon temps, soit littéralement avec un objet (s'offrir), soit avec la tête de quelqu'un pour se moquer de quelqu'un qu'on associerait sans doute au français métropolitain.

Dans ma région la réponse est plus facile parce qu'à mon avis seul se taper, familier, très courant à l'oral, utilisé comme dans l'exemple en question, est très fréquemment employé. On emploie probablement aussi se farcir, familier, mais dans une bien moindre mesure (et je le trouve d'un registre moins familier que se taper par ailleurs). D'autre part on comprendrait certainement se faire chier à faire quelque chose, vulgaire, connotant peut-être l'effort plus que les deux autres.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.