3

Les verbes qui ont un yod [j] à certaines formes connaissent l'alternance [...] un y quand le [j] est présent, un i sinon. [...] La langue populaire tend à introduire un yod indu à la finale [...].

Le sergot répondit avec une austère douceur : / — Que ce SOYE pour une idée ou pour autre chose, ce n'était pas à dire (France).

[ Le bon usage, Grevisse et Goosse, DeBoeck, 14­e § 793. ]

En français parlé au Québec on entend ça assez souvent il me semble. En y pensant bien j'ai déjà entendu l'oral au subjonctif présent du verbe être (mais je les perçois différemment, s'éloignant de plus en plus d'une norme) :

Qu'il/elle soit, soye, sweille, seille.

S'agit-il dans tous les cas d'un exemple de yod indu ; comment décrirait-on les autres différences de prononciation évoquées ; à quelle(s) caractéristique(s) du français (du Québec) se rattacheraient ces variantes ; retrouve-t-on toujours la prononciation soye en français métropolitain populaire, avec ce temps (subjonctif présent) et ce verbe (être) ?

3

La prononciation /swaj/ pour /swa/ s'explique, je crois, par les formes soyons /swajɔ̃/ et soyez /swaje/ qui fournissent un radical en /swaj/ ou /swɛj/ pour le français québécois, radical qui est utilisé par analogie pour les autres personnes.

La forme seille, prononcée /sɛj/ j'imagine, est intéressante en ce qu'elle semble prolonger la concurrence entre deux formes du subjonctif présent du verbe être ayant longtemps coexisté en français de France. On a l'évolution suivante du subjonctif présent d'être :

  • latin classique : sĭm - sīs - sĭt - sīmus - sītis - sĭnt
  • roman commun : sĭam/sēam - sĭas/sēas - sĭat/sēat - sĭamus/sēamus - sĭatis/sēatis - sĭant/sēant
  • ancien français : seie/soie - seies/soies - sei(e)t/soit - seiens/soions - seiez/soiez - seient/soient
  • français moderne : sois - sois - soit - soyons - soyez - soient

ĭ représente un i bref et ī un i long.

A l'époque classique (XVIIe siècle), on hésite pour soit, entre la prononciation /swɛ/ et /sɛ/.

Vaugelas préfère /sɛ/. Il dit dans ses Remarques 98 et 99 :

« …Une infinité de gens disent mains /mɛ̃/, pour dire moins /mwɛ̃/, et par conséquent néanmains pour néanmoins, je dais, tu dais, il dait, pour dire, je dois, tu dois, il doit, ce qui est insupportable. »

Il donne ensuite quelques règles pour la prononciation de oi, /wɛ/ (selon la prononciation du temps remplacée depuis par /wa/ en France) ou /ɛ/.

« Premièrement, dans tous les monosyllabes on doit prononcer oi /wɛ/ et non ai /ɛ/, comme loi, bois, dois, quoi, moi, toi, soi, moi, fois, et tous les autres, dont le nombre est grand. Il y en a fort peu d'exceptés, comme froid, crois, droit, soient, soit que l'on prononce en ai, fraid, crais, drait, saient, sait, si ce n'est quand on dit soit pour approuver quelque chose, car alors il faut dire soit /swɛ/, et non pas sait /sɛ/ (…). »

C'est ce dernier Soit! qu'on prononce maintenant /swat/.

Bruneau et Brunot dans leur Précis de grammaire historique de la langue française ajoutent à propos de soit /sɛ/ :

« C'est une vieille prononciation distinguée et courtisane du XVIe siècle; Du Bellay (Regrets, X, v. 12-13) faisait déjà rimer Français et Que je sois; cette rime reste excellente pendant toute l'époque classique. La prononciation /swɛ/ subsistait néanmoins, évoluant en /swa/. En 1805, Domerque exige /swa/ "au nom de l'usage et de la raison". Il ajoute toutefois : "Des professeurs distingués prononcent à Paris : que je /sɛ/". »

Je serais curieux de savoir quel est le statut de seille /sɛj/ par rapport à sweille /swɛj/ au Québec. Seille fait-il partie de la langue standard, si ce n'est pas le cas, comment est-il perçu?

  • Oui c'est seille comme dans Marseille. Je pense que je le perçois comme moins soigné que soye mais je ne sais pas si c'est si différent de sweille. Je suis pas mal certain d'autre part que dire seille n'est pas ce qui est de plus courant au Québec. Quand je lis un texte qui contient le subjonctif il ne me vient pas à l'esprit de dire autrement que swa, c'est à l'oral que ça se manifeste et soye et sweille sont assez similaires finalement. Le deuxième me demande peut-être plus d'effort à prononcer et est plus loin de ma norme de prononciation personnelle (sud-ouest Qc). – un3hiv3r Jul 16 at 21:53

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.