3

(texto envoyé par un ami) Tu vas au basket ?

(réponse après quelques heures) Désolé. Je viens de voir ton message. Nous étions à la mer. Nous sommes rentrés chez nous il y a peu de temps. Nous irons au basket demain.

Avec « nous » j'ai indiqué « ma famille et moi ». Cet emploi de « nous » est-il compréhensible dans ce contexte ? Est-ce que j'aurais dû utiliser « on » ?

4
  • Cet emploi de « nous » est-il compréhensible dans ce contexte ?

Oui, bien sûr. Nous est toujours parfaitement compréhensible en français.

  • Est-ce que j'aurais dû utiliser « on » ?

Tu n'aurais pas , car ce n'est pas obligatoire et que tout le monde comprend ton message, mais tu aurais pu car l'écrasante majorité des francophones natifs auraient utilisé on dans un SMS, le registre habituel étant celui du français parlé familier d'où la première personne du pluriel a essentiellement disparu1.

Voici par exemple ce que j'aurais probablement écrit à ta place :

Désolé. Je viens de voir ton message. On était à la mer et on vient juste de rentrer à la maison. On ira au basket demain.

On pourrait aussi rencontrer des abréviations de ce style :

dsl: désolé
msg: message
2m1: demain

mais inutile de les utiliser, à part msg qui est assez courant, si elles ne font pas partie des habitudes des ses correspondants...

1 Wikipedia: On : En français courant, on a déjà remplacé nous comme pronom clitique du sujet de la première personne du pluriel. Selon L. R. Waugh, on est utilisé dans 99 % des cas, et nous seulement dans 1 % des cas

4

L'usage de "nous" était tout à fait correct dans ce contexte. Il était possible de supposer qu'il s'agissait de votre famille, bien qu'il eut pu s'agir de d'autres personnes. "On" me semble encore moins précis car il peut aussi signifier des gens autres que la personne qui s'exprime (vous en l'occurence).

-2

« Nous » n'est pas considéré comme étant idiomatique par certains et ils insisteront sur le fait que le pronom « on » doit être utilisé. En fait, une vaste majorité de Français utilise « on » dans ce contexte. Ma façon de voir n'est pas tout à fait celle-là cependant, bien que, moi-même je n'aie pas été formé à transgresser l'usage : j'utilise « on » ; vrai, l'usage de « nous » dans ce contexte me donnera l'impression de quelque chose d'inhabituel, cependant conscient comme je le suis de l'extravagance qui réside en la destitution du pronom légitime pour le remplacer par un pronom à tout faire, conscient de la complexité additionnelle que cela amène dans le langage, je n'aurais aucune objection, et verrais cette occurrence comme un pas de plus vers la restitution à ce pronom de sa place normale dans le langage.

  • @petitrien Votre correction est discutable; la BDL dit bien que après « bien que » le subjonctif est généralement utilisé ([BDL](bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=4238 ) et de même beaucoup de grammairiens français ; cependant ce n'est pas l'avis de tout le monde ; considérer cette réponse par exemple « bien que » et le subjonctif, et il y a d'autres personnes sur le FSE qui partagent ces avis (il n'y a aucun doute sur la formation dans mon texte). – LPH Aug 4 at 10:07
  • 2
    Je m'étonne que vous, l'homme de la Règle, l'homme des jugements sans appel, qui fulminez vos avis du haut de votre Olympe, soyez d'une telle indulgence envers vous-même. Mais j'aime mieux citer un de vos commentaires que j'ai trouvé dans le renvoi que vous indiquez : "je ne considère pas mon niveau d'éducation comme exceptionnel et toute ma vie j'ai trouvé naturel l'emploi du subjonctif après « bien que » et l'ai respecté scrupuleusement" (scripsit LPH). Alors, lequel des deux LPH a raison? – user21018 Aug 4 at 11:27
  • @petitrien Vous voyez bien qu'il ne s'agit pas que mes opinions dans cette question : la référence que je cite mentionne des grammairiens de métier, ce que je suis loin d'être (Damourette & Pichon -> Mary-Annick Morel.) et ce ne sont pas les seuls. Qu'est-ce que je dois comprendre d'emblée ? Des avancées ont été faites dans ce domaine ? Dois-je les rejeter ? Je ne tiens pas aux règles autrement que dans les limites où elles ont une justification logique, dans les limites où elles servent un but réel. (champ 1) – LPH Aug 4 at 13:30
  • @petitrien Quelle est votre contre-indication ou tout au moins votre position ? Il serait utile de savoir cela de quelqu'un de plus qui semble avoir une connaissance du sujet. (fin) – LPH Aug 4 at 13:31
  • 2
    Comme à ton habitude, tu condamnes les transgressions d'un supposé français « pur » et en même temps tu ne sais pas éviter les anglicismes tels que majorité de personnes françaises (majorité de Français) ou ils insisteront que le pronom (ils insisteront sur le fait que le pronom) et les erreurs de genre comme cet occurrence. – jlliagre Aug 4 at 21:38

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.