1

Il n'est pas inhabituel d'avoir l'ellipse du nom ou la substantivation de cher dans une locution comme mon cher, ma chère. D'autre part il y a plus d'une siècle, Littré écrivait :

Aujourd'hui, dans le langage très familier, on supprime même l'adjectif possessif. Bonjour, chers. Çà va bien, très chers ? Venez-vous, chers bons ? (Dictionnaire Littré, cher)

D'autre part au Québec on aurait un emploi particulier de cher, chère, sans adjectif possessif ni nom qui ne l'accompagne :

Comment vas-tu, chère/cher ?
Cher/chère, pourrais-tu stp. me passer le beurre ?

  • Le propos de Littré est-il exact et sait-on ce qui expliquerait que cet emploi ait disparu au cours du 20e siècle ?
  • Posant pour les fins de la réflexion que l'emploi québécois est un phénomène similaire à celui décrit par Littré, sait-on si c'est simplement l'ajout de l'adjectif possessif qui rend l'emploi du Québec plus usuel en français métropolitain ou devrait-on de surcroît employer un autre mot que cher, chère pour un contexte plus spécifique où le locuteur s'adresse à un membre plus jeune de sa famille, à un enfant (voir autre question) par exemple ; en d'autres termes qu'est-ce qui s'est substitué à cet emploi du passé généralement et spécifiquement pour la familiarité en contexte familial/inter-générationnel (ou l'évoquant) ?
  • Tout ce que je peux dire c'est que "très cher" est effectivement une formule assez connue, mais qui sonne vraiment vieillot ou nobliau. – Destal Oct 17 at 20:10
  • Je ne pense pas que ce soit la cause de la suppression du possessif maintenant "mon cher monsieur, ma chère madame... ça fait limite pléonastique non ? – aCOSwt Oct 18 at 7:43

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Browse other questions tagged or ask your own question.