1

Ma question s'adresse soit aux linguistes, soit à des personnes qui ont une bonne connaissance de la linguistique en général et de la linguistique comparée.

Mon grand-père me disait souvent que si le français était resté aussi longtemps la langue des traités, la langue de la diplomatie, (et elle l'est encore dans une certaine mesure), et la langue de philo, c'est parce qu'il y avait une raison.

C'est une langue précise.

Je voudrais savoir en quoi le français se distingue linguistiquement, et en fait sa précision.

Si ce n'est pas votre opinion, et que vous ne pensez pas que c'est une langue spécialement précise, du moins, quelles particularités linguistiques font que le français est un langue qui est avantageuse à utiliser pour les traités ou la philo?

Edit: Encore une fois, je ne demande pas si pour vous cette affirmation est vraie ou fausse, je demande sur quoi cette réputation de langue précise s'est bâtie. Je ne pense pas qu'une réputation puisse se bâtir entièrement sur du vent, donc, il doit y avoir linguistiquement des raisons. Je rechercherai des articles en langues étrangères parlant de la précision du français.

https://www.achyra.org/francais/viewtopic.php?t=4640

  • 2
    La question serait mieux sur Linguistics ou History. La question part, à mon avis, sur un faux prémisse, le français n'a pas été (passé, elle ne l'est plus depuis 100 ans) la langue prédominante de la diplomatie parce que « c'est une langue précise » mais parce qu'elle a remplacé le latin quand celui-ci a décliné et son rayonnement est dû à des raisons culturelles, on parlait français dans la plupart des cours d'Europe, ce qui en fit la langue de la diplomatie. – Laure SO - Écoute-nous Oct 26 at 5:46
  • On me demanderait quelle est la langue de la philosophie, je dirais l'allemand, mais avant de l'affirmer je demanderais sur Philosophy. À lire : Le français, langue de la diplomatie?, et aussi l'interview de la philologue et philosophe Babara Cassin, entre autres ! – Laure SO - Écoute-nous Oct 26 at 5:50
  • 1
    Effectivement, je devrais poser la question sur "Linguistique. Il y a des tonnes de livres anciens qui parlent de la précision du français et beaucoup sont en langues étrangères. On en parle même dans les couloirs des diplomates. Le français a la réputation d'être une langue précise, c'est un fait. Je demande pourquoi a-t-elle cette réputation. Je suis polyglotte, et effectivement, j'ai remarqué que le français était particulièrement précis car pointilleux sur la grammaire. – Quidam Oct 26 at 8:16
  • 1
    La personne qui a voté pour "opinion based", n'a pas compris la question. – Quidam Oct 26 at 8:19
  • 1
    Ce n'est pas une opinion personnelle. Peut-être que ma réponse est mal rédigée effectivement ("tu ne te demandes même pas?" est une façon un peu agressive de me le dire), mais la question constate "beaucoup de gens ont dit que le français est une langue précise, etc" (pour le "beaucoup de gens", des auteurs, des diplomates, et des bruits de couloir aussi (=réputation) donc sur quoi pourrait se baser cette réputation. Je constate une opinion, je demande sur quoi elle se peut se baser linguistiquement. Ai-je dit que c'était la mienne? – Quidam Oct 26 at 8:45
5

Il n'y aucune raison linguistique que ce soit. Prétendre le contraire tient du pur chauvinisme.

La seule raison, c'est que le français est devenue la langue de l'aristocratie européenne au cours du 18e siècle (un peu au même titre que le Grec était la langue des Romains cultivés), et son maintien subséquent n'est rien de plus que que de l'inertie culturelle des plus classiques.

Personnellement (théorie entièrement personnelle!), je crois que le courant Précieux, vers la fin du 17e siècle, et son approche plutôt élitiste, voire carrément classiste, on rendu le français très attirant aux yeux des aristocrate et de la royauté du reste de l'Europe, et même au-delà (le français était aussi parlé à la cours d'Égypte).

1

« alors qu’en Italie la muse converse en chantant, qu’en France elle raconte et ratiocine avec préciosité, qu’en Espagne elle a l’imagination chevaleresque, qu’en Angleterre, elle pense avec acuité et profondeur, que fait-elle en Allemagne ? Elle imite! » (1)

On pourrait effectivement partir ainsi d'un présupposé génie des langues, accumuler deux ou trois clichés et aboutir immanquablement à ce que Lefebvre nomme un nationalisme ontologique.
C'est à la critique de ce genre d'affirmation que se sont attachés les divers intervenants dans cette question mais je crois comprendre que ce n'est pas là la préoccupation de l'OP.


Et cette préoccupation n'est pas absurde. Tout informaticien sait que certains langages de programmation conviennent mieux à certains types de développements que d'autres et ce même si le choix final reposera le plus souvent sur des questions de disponibilité et de compétence quand ce ne sera que de banale affinité. Pourquoi en irait-il différemment avec les langues des hommes ?
Et cette préoccupation a toute légitimité à être exposée ici. Une langue appartient plus à ceux qui la pratiquent qu'aux linguistes qui la décortiquent.
Un critère comptable :

C'est commode ça la compta... le comptage est factuel et la conclusion nécessairement objective.

Compter les mots : On serait évidemment bien tenté de se dire que plus une langue a de mots et plus elle offre de possibilités de s'exprimer avec précision. Au lexique le plus fourni, l'apanage de la précision.
Bon... je passe sur la difficulté qu'il y aura à se sortir du cas des synonymes (mots différents n'offrant aucune précision supplémentaire) et des homonymes (mots identiques offrant plusieurs sens différents)... pour tomber sur l'écueil qui fout tout en l'air : Comment traiter le cas de l'allemand et de sa facilité à fabriquer des mots valises ? Le célèbre Unabhängigkeitserklärung... y compte pour un ou pas ?

Compter les intraduisibles : Si, dans une traduction de Langue A vers Langue B on peut dénombrer plus de mots (ou expressions ou tournures syntaxiques ou tournures grammaticales) intraduisibles (2) que dans l'autre sens alors A pourra sans conteste et objectivement être dite plus riche que B.

À cet égard, le verdict est sans appel, sur un corpus très étendu... (incluant aussi évidemment que forcément des textes... philosophiques) :

1/ Allemand
2/ Grec ancien

3/ Les autres! Au fait... c'est quoi les autres ?

Classement confortant alors l'intuition de... Martin Heidegger (3) et de la tradition qui s'ensuivra que l'on ne peut faire de philosophie sérieuse qu'en allemand.
Mais attention! Si on peut admettre que la plus riche des langues est la plus capable de dire l'être dans tous ses états... en fait-ce pour autant la plus capable à dire le vrai ?


D'ailleurs, que compte-t-on et est-on bien sûr qu'on parle tous de la même chose ? Quand l'Allemand écrit : die Welt que je vais m'empresser de traduire, moi m'sieu!, moi! facile! par : le monde... au fait! Est-ce bien si immédiat que cela ?
De fait, cette traduction n'est acceptable qu'à la condition expresse que le concept que l'allemand étiquette par die Welt soit rigoureusement identique au concept que le français étiquette par le monde. C'est encore à dire que :

  • Soit ces concepts sont identiques à une chose-en-soi, sorte de recette de cuisine ou plan suivis rigoureusement par un Grand-Architecte et laissés par suite dans le domaine public... ce qui est un à priori tout aussi dogmatique qu'idéaliste,
  • Soit que ce concept fait partie des universaux, à priori dogmatique d'un autre idéalisme,
  • Soit que ces mots étiquettent un phénomène dont la représentation est identique pour l'Allemand et le Français, un signifié transcendental, encore un à priori d'un encore autre idéalisme.

Et là ? Hé bhé on est mal ! Qu'est-ce qu'on comptait tout à l'heure en tant que difficultés de traduction ? Mhé! Sauf à priori dogmatique, TOUT, absolument TOUT est rigoureusement impossible à traduire.

Alors ? Geist = Esprit ? Quiconque se plonge dans la traduction réalise immédiatement que les lexiques dessinent des cartes de concepts qui ne se recouvrent pas, que les réseaux conceptuels ne se superposent pas, réalité que Schleiermacher exprime mieux que je ne le pourrais :

« chaque langue contient […] un système de concepts qui, précisément parce qu’ils se touchent, s’unissent et se complètent dans la même langue, forment un tout dont les différentes parties ne correspondent à aucune de celles du système des autres langues, à l’exception et encore, de Dieu et de l’Être, le premier substantif et le premier verbe. Car même l’absolument universel, bien qu’il se trouve hors du domaine de la particularité, est éclairé et coloré par la langue » (4)

Un mot ne représente qu'un point de vue, une somme d'expériences sur une chose dont la réalité agit au mieux en tant que principe régulateur ? Ergo... :

L'allemand est la langue la plus appropriée pour exprimer... la philosophie allemande!

Oh! Wait! Quel allemand au fait ? Pas celui de Kant hein ? Si ? Demandez donc à Heine, Nietzsche ou Schopenhauer ce qu'ils en pensent de l'allemand de Kant! (5)... Ergo :

L'allemand-de-Heidegger est la langue la plus appropriée pour exprimer la philosophie de Heidegger!

est la seule conclusion rationnelle à laquelle on peut aboutir.
Je réalise bien que vous avoir contraint à avaler trois pages pour balancer en conclusion une tautologie va me valoir une projection de tomates, j'espère juste que la logique que j'ai cherché à y mettre aura transformé une intuition en connaissance rationnelle.

Et puis... surtout que... en fait... je n'en ai pas encore fini... tant... suspense... suspense :


Mais tout est dans tout... et réciproquement... vorweg!

Stay tuned!


1 : Herder, Lettres sur l’avancement de l’humanité, fin XVIIIe.

2 : Par intraduisible, j'entends non seulement qu'il ne soit pas traduit mais aussi le fait qu'il soit traduit très différemment en chaque occurrence ou que le traducteur doive recourir à un néologisme ou à un mot existant auquel il confère un nouveau sens. Bref! Une galère à traduire quoi! Que cela finisse traduit tant mal que pas.

3 : Martin Heidegger dont la propre contribution au score des intraduisibles allemands ne compte pas vraiment pour rien!

4 : In Des différentes méthodes du traduire 1999.

5 : Certains le diront Kanzleideutsch, d'autres glänzende Trockenheit que pour être conséquent... je vous laisse traduire... moi... je n'ai pas compris que c'était des compliments...

  • "Pourquoi en irait-il différemment avec les langues des hommes ?" Depuis un certain temps, les languages de programmation sont en général aussi d'abord destinés aux hommes. :-) – Un francophone Oct 31 at 15:47
  • @Unfrancophone : Oui! Avec une nuance importante ici : Ils ne sont pas conçus pour structurer la pensée de l'homme. C'est la pensée de l'informaticien qui va structurer le développement. Alors que... et ce sera l'objet du second volet à venir... les langues des hommes structurent leur pensée... et Lycée Hoche! :-) – aCOSwt Oct 31 at 16:47
  • Je ne suis pas d'accord. Ils sont conçus pour structurer et limiter la pensée des hommes à ce qui est faisable par les machines. – Un francophone Oct 31 at 16:50
  • @Unfrancophone : Sauf que... avant de l'écrire, tu as pensé ton commentaire et j'ai pensé ma réponse en français alors que... quand l'informaticien conçoit une fonction à réaliser par la machine, il ne la pense pas dans le langage qui sera utilisé pour la programmer. C'est en ce sens que je dis que le langage informatique ne structure pas la pensée de l'homme. Après... qu'il la contingente, c'est très possible mais c'est une autre histoire. – aCOSwt Oct 31 at 16:58
  • 1
    Cette magnifique réponse, tout aussi hors-sujet pour FL que l'est la question, m'a fait penser à notre nouvelle académicienne, Barbara Cassin (lueur d'espoir dans ce corps figé ?) qui a souvent écrit sur le sujet et dont je renvoie à l'article accessible en ligne Penser en langues Présentation du Vocabulaire Européen des philosophies. Umberto Eco vient aussi à l'esprit (un autre érudit ;-)). – Laure SO - Écoute-nous Nov 2 at 12:49

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.