1

I always notice this sentence when taking the train:

Ce train desservira la gare ...

I would like to know the difference between the "Servir" and "Desservir" verbs? and when to use each?

  • Did you search on the Internet for that? This usage of desservir is explained here. Other usage here There is I think no situation in which you could use both and the situations in which you should use desservir are described in the definitions. – Laurent S. Jan 13 at 10:26
  • La question n'est absolument pas hors sujet. C'est un point difficile que l'OP a eu le mérite de soulever. – Quidam Jan 14 at 8:19
0

"Servir" = rendre un service/être au service de qq ou qqch.

"Desservir" = "assurer un service" (sens 1)
(Source: CNTRL)

Il y a aussi le "desservir" qui signifie le contraire de servir. (Usage du préfixe "dé-" pour signifier qu'on défait une action).

Exemples:
-Servir la table. Desservir la table. (Sens 2)
-ça me rend service. Cela me dessert (faire le contraire d'un service = nuire). (Sens 3)

Il ne faut pas confondre les "desservir" formés à partir de "dé" dans le sens de défaire, et les "desservir" formés à partir du latin "deservire" (« servir avec zèle, se consacrer à », ) Ce sont des homonymes en réalité.

Formé à partir de "deservire" = Sens 1.
Formé à partir de "dé + servir" (comme défaire)= Sens 2 et sens 3.

Tout le monde pense que c'est le même mot, car les deux mots sont absolument similaires, dans la prononciation et l'orthographe, mais ils n'ont ni le même sens, ni la même étymologie


Revenons au sens qui nous intéresse ici:

Un des sens de "desservir", est très précisément: "Assurer un service en un lieu fixe" (Sens 4)
Ils furent massacrés dans le palais qu'ils desservaient.

(Bien sûr, dans cette phrase on voit bien que le verbe desservir n'a pas le sens 2 ou 3 donné plus haut.).
Ce sens est archaïque, et pratiquement oublié.

Mais c'est de là, qu'on peut supposer que le sens suivant vient:

Assurer un service de communication (...) (ou de transport (Sens 5)
La route desservait uniquement les carrières de Bécourt. Trois ascenseurs desservent les étages.

Entre un ascenseur qui "dessert" un étage, signifiant qu'il amène du route à cet endroit, et un train qui "dessert" une gare, signifiant la même chose, on saisit le lien.

De là, il y a aussi:
Accessible par des moyens de communication; équipé en moyens de communication.
Ce quartier est mal desservi. = On a du mal à s'y rendre en voiture, train ou tout autre moyen de transport.

Le lien entre servir et desservir ici:

Servir: se mettre au service de...
Desservir: assurer un service de transport (pour se rendre à...)

Le fait que "desservir" était utilisé selon son sens archaïque (Sens 4) pour signifier qu'une personne assurait un service en un lieu, a fait passer petit à petit le sens vers "assurer un service (sous-entendu: de transport) en un lieu (=vers un lieu).
On ne l'utilise plus à présent pour des personnes (sauf rares expressions), mais pour des moyens de transports/ou des routes (Cette route dessert le village), avec le même sens: amener les gens en transport vers ce lieu.

On parle aussi d'une desserte.
= voie de communication (ex: route), moyen de transport (ex: train) qui dessert un lieu.

https://www.cnrtl.fr/definition/desserte

  • Dire que desservir et desservir n'ont pas la même étymologie est à mon avis abusif. Ils viennent tous deux du préfixe de- et du verbe servir. Les sens distincts sont dus au fait que le préfixe de-, en latin comme en français, a plusieurs sens, voire parfois aucun... – jlliagre Jan 14 at 13:50
  • Ce n'est pas abusif, c'est ce que les dictionnaires mentionnent. C'est-à-dire qu'ils ne font pas de glose sur leur définition, mais mentionnent le latin "deservire" (que vous pouvez vérifier dans le CNTRL par exemple). – Quidam Jan 15 at 6:33
  • Le "dé" privatif de "desservir", quand on dessert une table, est évident. Le "deservire" n'a pas ce "de" privatif, il veut dire l'inverse. Et c'est pour cela qu'on se retrouve avec un desservir avec le sens privatif (desservir la table, ou desservir dans le sens de nuire) et un desservir qui veut dire l'inverse: servir, qui s'appuie non pas sur le dé privatif, mais sur le desservire latin, qui veut dire le contraire d'un dé privatif. – Quidam Jan 15 at 6:33
  • 1
    Je ne conteste pas le sens privatif de de- mais le verbe latin servire est à l'origine du verbe deservire et donc des deux verbes français "desservir". Il est donc abusif de dire que ces derniers n'ont pas la même étymologie puisqu'ils partagent le même radical et un même préfixe polysémique. Qu'ils n'aient pas le même sens est une évidence, mais rien n'interdit à deux mots ayant la même étymologie d'avoir des sens différents, voire opposés. Par exemple on peut comparer en français et en anglais journée et journey, éventuellement et eventually ou patron et patron. – jlliagre Jan 15 at 12:39
  • 1
    1. Abusif ne veut pas dire faux mais exagéré, excessif. 2. Le préfixe de- pouvait déjà avoir un sens privatif en latin. J'ai donné deux exemples dans ma réponse. Il y en a d'autres comme mens / demens, formare / deformare. Le préfixe dé- français vient directement du latin. 3. L'étymologie d'un mot ne débute pas à sa première apparition, elle consiste à rechercher à partir de quel(s) mot(s) plus anciens est construit un mot donné. Par exemple, l'étymologie de cinéma(tographe) remonte bien au grec ancien κίνημα et γράφω même s'il s'agit d'un néologisme du XIXᵉ siècle. – jlliagre Jan 16 at 4:28
3

«Servir» is a verb having many meanings, but never related to train stops. Usually used to refer to :

  • "serve [someone/something]" as being useful for : je sers d'indic à la police, je sers mon pays.
  • "distributing something" (such as food) : j'ai servi le repas

"Desservir" is used specifically to describe where a bus / train will make intermediate stops prior to the final destination : "le train desservira les gares de xxx, yyy et son terminus zzz"

With this you should not be confused anymore. Please tell me if it's not clear enough.

  • 1
    "Desservir" has other usages but you're right that "Servir" can not be used in the context of OP's question. – Laurent S. Jan 13 at 15:37
  • Your answer is interesting, but as you worded it, it contains a self-contradiction. " but never related to train stops" "is used specifically to describe where a bus / train will make intermediate stops " – Quidam Jan 14 at 7:28
  • Dans le "dessert", ça ne veut absolument pas dire que c'est un distribution de nourriture, c'est plutôt un plagt qu'on présent quand on a fini le service. Le sens ancien donné dans les dictionnaires est "dernier service du repas". – Quidam Jan 14 at 8:19
  • 2
    @Quidam Nicholas n'a jamais écrit que le dessert était une distribution de quoi que ce soit. La question concernait les verbes servir et desservir. – jlliagre Jan 14 at 8:22
  • ""distributing something" (such as food) : j'ai servi le dessert" – Quidam Jan 14 at 8:25
2

Here are some sentences using various words etymologically related to the Latin servus (slave) :

Aucun train ne dessert cette gare qui ne sert donc à rien.

Le serveur nous a rendu service en nous servant rapidement le dessert. Il a ensuite desservi la table sur une desserte.

Ce serveur web est trop souvent hors-service, ça dessert nos intérêts et ceux de nos clients.

The Latin verb servire (fr:servir) kept most of its meanings. It is present in English too as "to serve".

In Latin, servire was used to coin the verb deservire which has essentially the same meaning, the prefix de- playing no significant semantic role here.

We inherited/use a few words also unaffected by the presence of this prefix like:

nommé and nommé

compter and compter

limiter and limiter

and thus, servir and desservir as in ce train dessert la gare de Montélimar.

This desservir meant mériter in early French and was adopted with this meaning in English as to deserve.

On the other hand, the very same prefix de- (also dis-) could also mean "opposite of" like in faire et faire (do and undo).

For example the Latin had florere (fleurir) and deflorare (déflorer) or gradare (donner un grade/graduer) and degradare (dégrader).

The verb desservir is also present on this side and in that case means the opposite of servir.

It's a little far fetched but we might then write:

Ne pas desservir la gare, c'est la desservir. (Not serving the station is against its interests).

  • 1
    Aujourd'hui j'ai vu des cerfs. ok je sors... – Steph Jan 13 at 22:28
  • @Steph ou des serfs... – jlliagre Jan 13 at 22:41
  • Il faudrait expliquer. Là, ce sont des exemples. – Quidam Jan 14 at 8:17
  • 1
    @Quidam Une autre réponse le faisait déjà bien. – jlliagre Jan 14 at 8:20
  • Alors pourquoi ne pas rajouter en commentaire, ou faire une réponse complète? Dans cet exemple, peut-être que ça aide l'utilisateur, je ne peux pas juger à sa place, mais moi ça me ferait l'effet inverse, car tous les sens sont mélangés (Quand j'apprends une langue, le seul fait de lire les exemples d'usages, sans avoir la moindre explication à côté, souvent ça me perturbe encore plus). En tout cas, si je me trompe et que cette réponse lui est utile, elle ne le sera que plus en assortissant les exemples d'explications. ça ne peut pas nuire. – Quidam Jan 14 at 8:23

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for?Browse other questions tagged or ask your own question.