3

Dans une réponse on présente le gentilé feminin Basquaise. Au TLFi on dit dans une remarque :

Au féminin, pour éviter l'homonymie déplaisante avec basque, l'usage tend à imposer la forme Basquaise.

[ Trésor de la langue française informatisé, « basque », je souligne ]

Peut-on expliquer pourquoi l'homonymie est-elle « déplaisante » ? Si c'était à cause de l'acception que l'on trouve dans l'emploi au féminin pluriel « se pendre, s'accrocher aux basques de qqn. » (TLFi), est-ce alors moins déplaisant au féminin singulier ? Considérant les contextes d'emploi différents entre le gentilé et le vêtement, et l'emploi au pluriel dans l'expression, au final en quoi est-ce moins déplaisant au masculin : pourquoi l'adéquation du genre grammatical serait-elle requise pour que ce soit déplaisant ici ?

| improve this question | | | | |
  • La fierté des Basques est enracinée dans l’attachement au Pays-Basque et à une langue vernaculaire non indo-européenne (fr.wikipedia.org/wiki/Basque), alors comparer les femmes de ce pays à un morceau de tissu en ergotant sur la grammaire … – Personne Feb 7 at 23:40
  • Y a-t-il vraiment des gens qui savent ce qu'est précisément une basque, voire qui emploient ce mot en dehors de l'expression (déjà pas très commune) "lâcher/coller aux basques"? – Circeus Feb 10 at 5:27
  • @ho2o2hh2o … c’était seulement une touche d’humour pour indiquer que la seule langue que je pratique se vit surtout en-dehors de la grammaire, filtre réducteur qui enferme dans des concepts une réalité trop grande pour elle, concepts que l’expression poétique bouscule souvent et ignore parfois … j’espère que ma réponse éclairera vos recherches. – Personne Feb 10 at 8:23
  • Le J’allons que l’on entend parfois dans les chansons de ces marins qui embarquaient à bord des terre-neuvas ou cap-horniers biens gréés… loin des arguties germanopratines, ils savaient que voir les colères de Poséidon en face c’était boire leur dernière tasse … dans l’oralité des vents qui hurlent ou rugissent se perdent les mots savants, seul le Verbe permet de gagner la route du retour chez soi … [fin de digression sur aller] – Personne Feb 10 at 22:32
1

Cette homonymie pouvait peut-être encore être utilisée pour justifier Basquaise en 1975 dans un dictionnaire de la langue du XIXᵉ et XXᵉ siècle mais ne tient plus aujourd'hui car le sens et le genre de l'acception basque en question est essentiellement perdu, ce mot n'étant plus vraiment utilisé que dans l'expression coller aux basques où ni l'un ni l'autre ne sont plus perçus.

On peut d'ailleurs remarquer que Basquaise semble être en perte de vitesse face à Basque depuis les années 80 :

enter image description here

| improve this answer | | | | |
1

L’écrit avec B ne pose pas de problème, mais basque étant épicène, l’adjectif utilisé sera basquais·e, surtout pour les genres.

En fait, l’adjectif basque n’est applicable que pour le pays Basque — le petit Robert.

Les habitants basques de cette ville du Nord … (hommes et femmes, facilité de langage par rattachement au Pays basque, on devrait écrire basquais·e·s).

Madame Untelle, basquaise de Bayonne … (comme bayonnaise).

L’adjectif basquais ne s’emploie que pour les humains, il est tombé en désuétude.

| improve this answer | | | | |
  • Je n'ai jamais lu ou entendu poulet basquais ni d'ailleurs basquais au masculin. C'est le plus souvent poulet basquaise ou sinon, poulet à la basquaise, poulet à la mode basquaise, poulet à la façon basquaise avec une majuscule ou pas à basquaise. On retrouve le même schéma avec tomates à la provençale, sauce à la périgourdine, spätzles à l'alsacienne, etc. – jlliagre Feb 10 at 15:33
  • De rien. À propos, mon pronom préféré est tu... :-) – jlliagre Feb 10 at 17:43
  • @jlliagre … tu as bien fait de me faire corriger basquais dans ma réponse … et découvrir que le tu est scriptural sur ce site (-: pourvu que ce ne soit pas une ‘anglicismisation’ du you :-) – Personne Feb 10 at 18:22
  • Scriptural ? C'est vrai que j'aime les jeux d'écriture ;-) – jlliagre Feb 10 at 18:46

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy