4

Wait, what ? En fait, c'est plus souvent compliqué que simple, semble-t-il :

  • Ceux qui défient : défiants¹ ? défieurs ? Challenger est un verbe, en québecois, mais l'emploi de son participe présent en français risque de s'attirer moult froncement de sourcils.

  • Le fait d'implorer : implorement ? imploration ? impleur ?

  • Celui qui est à l'origine de quelque chose : l'originateur ? l'origine ? l'originataire ? (outre l'instigateur, qui ne peut pas toujours s'appliquer, et le coupable, trop facile).

Y a-t-il une pratique établie pour ces cas-là ?

L'heureux élu de notre esthétique personnelle a-t-il droit de prévalence (prévaluation, prévaleur) sur une éventuelle famille du radical ? On remarquera prévaloir:valoir::prévaleur:valeur, mais est-ce une justification valable contre l'euphonie qui me fait utiliser une autre racine ?

Écorchez-les tous, et la langue reconnaîtra les siens ?

¹ Le sens en a beaucoup évolué, que je sache.

  • Question extrêmement intéressante également à tous ceux qui, comme moi, ont l'ambition d'essayer d'automatiser ce genre de production de termes... Merci beaucoup de l'avoir posée. – RomainValeri Nov 19 '12 at 9:50
  • C'est une question pour les journalistes (qui ont fait machine arrière avec le déjà daté reculade) ou bien pour les politiques (bravitude, abracadabrantesque, etc.) – mouviciel Nov 19 '12 at 11:45
  • Mais, heu... quelle est la question ?? S'il s'agit de savoir si la langue reconnaîtra les siens après qu'on ait écorché tout le monde, la réponse est PEUT-ÊTRE. – Istao Nov 19 '12 at 13:19
  • 3
  • 1
    J'avais raté ce commentaire, c'est une très bonne suggestion ça donne du sens à la question. Encore faudrait-il expliciter un peu quels sont les divers concepts sémantiques qui sont applicables à de nombreux cas. – Stéphane Gimenez May 10 '13 at 18:23
2

Pas de pratique connue ni de règles strictes. Les néologismes se forment d'eux-mêmes au feeling de la personne qui les invente. Par exemple, pourquoi "bravitude" et pas "bravité" ?

De même il y a des cas où le sens d'un mot ne peut être trouvé à partir de son radical, ses préfixes et ses suffixes. Un célèbre humoriste français avait d'ailleurs fait un sketch sur le sujet (avec de mémoire "dégueuler" qui ne signifie pas "dé-gueuler" - contraire de "gueuler" - mais "vomir").

  • Bon. Si c'est la triste vérité, alors les prescriptivistes français me déçoivent :P – Nikana Reklawyks Nov 20 '12 at 15:46

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.