3

Dans une question sur le français parlé on évoque l'accrochage au travail résultant en une difficulté à déconnecter. On réfère probablement à la passion du travail qui peut devenir pathologique.

Est-il courant et usuel d'employer le nom accrochage pour désigner le phénomène et autrement comment le désigne-t-on ; est-ce un emploi familier, une extension de sens (accroche, accrocher, s'accrocher, accrochage) ; le verbe déconnecter constitue-t-il linguistiquement l'action opposée ou solution correspondante et autrement quel verbe la réalise ?

4

Je n'avais jamais lu ou entendu parler d'accrochage au travail avec ce sens là1, mais, par analogie avec une drogue, souvent rencontré l'expression être accro au travail qui explique cet accrochage.

Comme substantif, c'est plutôt l'anglicisme addiction qui a été largement adopté au moins en France, en concurrence avec le plus irréprochable dépendance.

Décrocher est courant pour les drogues mais semble un peu radical pour être appliqué au travail. Déconnecter est plus approprié car correspondant bien à la déconnexion des outils informatiques liés au travail.

1 Un accrochage au travail évoque un conflit avec un collègue ou éventuellement de la tôle froissée si le travail en question inclus la conduite de véhicules sur site.

2
  • Tout ça rend plausible l'hypercorrection erroné du psy. de addiction en suivant le parcours accro, accroc, accrochage ahahahah. – escarlate adamantine Feb 15 at 23:41
  • 1
    Oui, un accrochage au travail, c'est une embrouille au boulot. Accro (à une drogue) vient bien d'accroché même si on ne le dit plus, donc cet accrochage n'est pas totalement faux. – jlliagre Feb 16 at 0:05

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.