2

Je crois qu'en poésie, le e doit se prononcer lorsqu'il est suivi d'une consonne donc ici on aurait gra/phi/e/na/tu/rell(e) mais ce découpage sonne étrangement pour moi.

De plus le site https://www.scribblab.com/outils/syllaber découpe en seulement six pieds la /gra/phie/na/tu/rell(e).

Quelle est la prononciation correcte?

3
  • 1
    'graphie' se prononce toujours en deux syllabes /grafi/ quel que soit l'environnement – grandtout Mar 1 at 15:45
  • 1
    Est-ce une exception ou y a-t-il une règle sous jacente? Dans ce dernier cas, quelle est-elle? (Soit dit en passant, on prononce \ɡʁa.fi\ me semble-t-il) – Marc Mar 1 at 17:53
  • 1
    Ce n'est pas exception. Graphie peut se prononcer comme "gras-fille", mais en poésie classique un mot comme graphie aurait peu de chance d'apparaître ailleurs qu'à la fin d'un vers (rime féminine), comme dans Allons enfants de la patrie (comme "patrille"). – jlliagre Mar 3 at 8:22
3

Tout dépend du mètre : on ne peut pas dire que « graphie naturelle » a une prononciation particulière dans n'importe quel contexte.

La règle ne dit ni « toujours le prononcer » ni « ne jamais le prononcer ». Elle dit plutôt :

  • Si le mètre exige un pied qui n'est pas fourni par les autres syllabes selon leur prononciation habituelle,

  • choisir un e caduc et le prononcer.

Par exemple, prenons les deux premières strophes du poème « Le misanthrope philinte » de Molière :

Mon Dieu ! des mœurs du temps mettons-nous moins en peine
Et faisons un peu grâce à la nature humaine
Ne l'examinons point dans la grande rigueur,
Et voyons ses défauts avec quelque douceur.

Si on en compte les syllabes on trouvera qu'il y en a 12 dans chaque vers : il s'agit de l'hexamètre. Sauf le troisième vers où il n'y en a que 11 !

syllabes

On doit donc trouver une autre syllabe pour complémenter ce vers. On la demandera de « grande » dont le e caduc se prononcera.

Par contre on laissera muet le dernier e de « peine » dans le premier vers car on n'en a pas besoin.

Il en est de même pour « graphie naturelle ». On doit savoir de quel vers la phrase est tirée.

4
  • 1
    Il me semble que dans le 3e vers, on prononcerait naturellement "gran-de ri-gueur" ? Et qu'on aurait écrit "grand' rigueur" pour omettre le e à l'oral. – Sacha Mar 3 at 12:54
  • @Sacha Naturellement, si, pour un-e francophone bien habitué-e à lire la poésie et qui suit sans devoir réfléchir la règle dont je parle. Mais dans le discours de tous les jours on ne met qu'une syllabe à "grande". – Luke Sawczak Mar 3 at 13:35
  • Je ne parle en effet uniquement de poésie. Je n'avais jamais entendu parler de cette règle, j'aurais eu tendance à faire la démarche inverse (à la place de l'auteur), c'est-à-dire prononcer le e par défaut, et chercher à l'enlever si le vers contient une syllabe en trop. – Sacha Mar 3 at 13:44
  • @Sacha Pour moi il faut commencer par la prononciation habituelle si on veut parler de l'ajout ou de l'enlèvement d'une syllabe. Oui ou non, tu prononces « grande » avec une seule syllabe dans la vie de tous les jours ? La plupart des gens le prononcent /ɡʁɑ̃d/, alors, si on parle d'enlever un schwa /ə/ final, c'est qu'on prend pour acquise une prononciation poétique. Dans ce cas on pourrait certainement parler plutôt de la suppression d'un e caduc, mais ce n'est pas le point de vue de cette répónse. – Luke Sawczak Mar 3 at 14:50

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.