6

I listened to a song of Francis Lemarque and there was a phrase in it which I could not understand.

Here is the verse:

A côté du canal
Y'a l'école communale
Où j'ai vécu ma vie
Tout p'tit
L'canal n'a pas bougé
Mais l'école a changé
On a remis d'la peinture sur
Les murs
Un nouveau personnel
D'autres instituteurs
Et un vieux Directeur
Solennel
M'ont rappelé le temps
Où je séchais mes colles
Sur les bancs de l'école
En pleurant
M'ont rappelé le temps
Où je séchais mes colles
Sur les bancs de l'école
En pleurant

Could you please tell me what it means? Is it sort of fixed expression or slang?

Thank you!

6

'Colle' is detention (you can also say 'Retenue') and 'sécher les cours' means 'to skip class', so according to me 'je séchais mes colles' means 'I skipped detention'.

But then why 'Sur les bancs de l'école'? I'm sure there are much more pleasant places to skip detention.

Edit: removed that line after @LukeSawczak's comment.

8
  • 4
    Perhaps the colles, not the place he went to skip them, were on the bancs :)
    – Luke Sawczak
    Jun 15 '21 at 10:40
  • @LukeSawczak Good point, thanks, it looks obvious now after your comment
    – vc 74
    Jun 15 '21 at 11:55
  • 2
    These are lyrics written by a poet. So let us not forget the necessity of rimes, poetic licence and so forth. So why wouldn't colle take both meanings? What I mean is that poetry lets a certain freedom of interpretation to the reader.
    – None
    Jun 15 '21 at 12:27
  • 1
    "skipped detention "en pleurant"?
    – LPH
    Jun 15 '21 at 14:31
  • 1
    But, still, @LPH's point is valid: why would you cry when skipping detention? Or is it the remembrance of those days that makes him cry?
    – vc 74
    Jun 16 '21 at 6:42
2

Usually, if this verb is used with un object it means "to skip (school, classes,…)"; its register is school slang.

(Larousse
Familier. Manquer volontairement un cours, une réunion, etc.
♦ Sécher le lycée

(TLFi) B. − Empl. arg.
1. Arg. scol. a) […]
b) Manquer volontairement (un cours, l'école).
♦ Mon cher commandant (...) me dit le curé, avec la bille têtue et pas d'accord des mômes résolus à sécher la classe, c'est en ce lieu démantelé que vous envisagez mon entretien avec le colonel Moscardo?

Another use of the verb "sécher" is as follows; it is not used with an object (intransitive) or the preposition "sur" or "en" is necessary; in this case it means "to be stumped".

(TLFi) B. − Empl. arg. Sécher (sur qqc.). Être incapable de répondre, d'argumenter sur un sujet (notamment lors d'une interrogation scolaire). Synon. rester sec*.Afin de lui faire « acquérir une personnalité », il la laissait une heure durant, le sang aux joues, à sécher sur une lettre à un vieil oncle ou à son parrain: elle avait consigne d'écrire une lettre « originale » (Montherl.,Pitié femmes, 1936, p. 1083).

  • Les élèves séchaient souvent en chimie.
  • Il a séché sur l'épreuve de mathématiques.

There is the possibility that "colle" does not mean "very difficult question" or "sticky question" but instead "mock oral exam" (examen blanc); however, this is not possibility because when he does that he is in school (sur les bancs de l'école). It appears then that this is a new or rare usage (perhaps due to poetic license): instead of saying "je séchais sur mes colles" (I was stumped on the sticky questions given to me"), the transitive form "je séchais mes colles" is used to mean the same thing.

4
  • 1
    I have great difficulty following your reasoning. What is this "new hybrid usage" you are referring to? Let us not forget that this song was written and first published in 1958, so new in relation to what? Then, to my knowledge séchais sur has never meant, neither fifty years ago nor now, the same as séchais used transitively.
    – None
    Jun 15 '21 at 12:20
  • 2
    [...] Saying that colle here doesn't have the meaning of examen blanc is not entirely wrong but not quite right either, this way of explaining it could be misleading. Examen blanc takes place in the same conditions (timing, content, marking...) as the proper exam it is supposed to "mock"; whereas a colle, which belongs to the argot préparationnaire is a specific oral exercise which usually lasts an hour.
    – None
    Jun 15 '21 at 12:21
  • @None It would be new (perhaps even the result of poetic license) because the only recorded usage (that I could find) entails the use of a preposition; I never heard it used differently myself. Since "mes colles" is apparently taken as meaning "what in some subjects were sticky questions for me", it follows that the transitive verb "to skip" becomes the intransitive "to be at a loss"; however, I think you are right, "hybrid" is not the proper word because there is not one part of one meaning and a part of the other in the final term; so I'll change that.
    – LPH
    Jun 15 '21 at 14:22
  • “Colle” can mean an oral exam (not just a mock one), but this is slang which is only used in the specific context of grandes écoles (certain kinds of post-secondary education), not in the context of primary school. “Colle” can mean a trick question (a stumper), and this is everyday vocabulary (not very common, but not specific to a particular demographic), but this unlikely to happen at the primary school level. Both “je séchais sur mes colles” and “the séchais mes colles” are weird phrasings but neither of them feels outright wrong to me, especially in a song with meter constraints. @None Jun 15 '21 at 18:19
1

J'ai lu avec intérêt les autres réponses et les commentaires. Je ne connais pas l'auteur mais on sait qu'il a quitté l'école à 11 ans après avoir obtenu un certificat d'études primaires (Wikipédia, Maitron).

Au sujet du verbe sécher, le Dictionnaire historique de la langue française (sup. Rey, chez Robert) traite de son emploi en argot scolaire du 19e pour « mal noter (un candidat) de manière à le recaler », qui serait sorti d'usage et clairement ce n'est pas le narrateur qui note ici. Puis on a « être embarrassé pour répondre » qu'on dit en relation avec une acception de sec et de sèche, le déverbal de sécher dans le sens de « ne pas répondre » (comme dans piquer une sèche) et on fait le lien avec rester sec en ne répondant pas à une interrogation. Évidemment sécher ses cours (ne pas y assister) est aussi usuel comme sens que comme réalité...

Mais sécher ses colles ? Le DHLF nous dit que l'argot scolaire du 20e donne 3 sens au mot colle : exercice d'interrogation, question embarrassante puis, un peu plus tard, punition retenue.


Il me semble plutôt naturel de relier être embarrassé pour répondre/ne pas répondre et exercice d'interrogation/question embarrassante et l'absence de préposition entre sécher et colles ne m'inquiète pas ; s'agit-il d'une ellipse de celle-ci ou est-ce basé sur le prototype plus usuel avec cours, qu'importe !

[Ces lieux et ces gens] m'ont rappelé en pleurant le temps où je séchais mes colles sur les bancs de l'école en pleurant.

On peut se souvenir de quelque chose en pleurant mais ici ce seraient les lieux et les gens qui me rappellent quelque chose en pleurant ? Par ailleurs pourquoi la visite d'une école qu'on a fréquentée nous rappellerait des souvenirs de ne pas y être ? Et pourquoi pleurerait-on ? De joie ? Finalement, est-il vraiment réaliste qu'on permette à un élève de la petite école de ne pas assister à une retenue (qui est déjà une punition pour une autre raison), et ce, à répétition, voire même une seule fois ? Je trouve une telle chose inconcevable.


Il peut y avoir double sens, et c'est peut-être ça le génie du texte, mais seule une interprétation comme « être embarrassé pour répondre à une interrogation » permet, il me semble, de donner effet à tous les mots du texte et d'en assurer sa cohérence. La chanson évoquerait dans ce cas le souvenir de l'humiliation.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.