1

Quelle est l'onomatopée du bâillement (de bâiller « ouvrir involontairement la bouche en inspirant profondément et en contractant les muscles du visage », TLFi) ? J'ai identifié « haaaa » avec 4 « a » ; est-elle adéquate et y en a-t-il d'autres ? Généralement, quel est le procédé pour « étirer la longueur » de cette (d'une) onomatopée, quand quelqu'un bâille plus longuement par exemple : sa répétition ou l'ajout d'une lettre (comme le « a » ici) ? Peut-on produire un extrait d'une œuvre qui illustre l'onomatopée ou son « allongement » ?

1 Answer 1

1

Il ne semble pas exister d'onomatopée qui soit très caractéristique : dans les listes courantes on n'en trouve pas, mais il en existe deux attestées dans le TLFi ; la seconde correspondrait à la version longue. Cependant, elles sont ambivalentes puisqu'elles servent pour certains sons exprimant la douleur aussi bien que pour le bâillement.

(TLFi) AHOU, AHOUAHOU, interj. Exclamation de douleur ou onomatopée imitant le bâillement, l'aboiement
♦ Tout à coup un long et bruyant bâillement se fait entendre venant de la pièce du fond. La voix. − ahouahouahahah! G. Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, I, IV, p. 8.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.