4

Le contexte c'est le dessin animé des années 1980 contenant des « messages d'intérêt public » sur la sécurité etc. destinés aux enfants, par exemple sur les dangers des rivières et lacs à moitié gelés l'hiver :

— Hey Joey, watch this!
— Davey, come back the ice could brake!
— Ahah you're breaking my heart! Ahhhh help me!
— Hold it, don't go on the ice, you'll only add weight...
— Snow Job!!!
— Find something that'll reach...
— This branch ought to work...
— Remember, frozen ponds and rivers may not be totally frozen...
— We could be skating on thin ice... Now we know!!
— And knowing is half the battle!
[...]

[ Snow Job - "Be careful around frozen ponds and lakes" - A G.I. Joe PSA, Hasbro. ]

Merriam Learners explique que half the battle c'est « an important and necessary part of doing or achieving [accomplir] something ». On trouve diverses traductions :

It's half the battle/la partie est presque gagnée (Larousse anglais-français en ligne)
That’s half the battle/c’est déjà bien ⧫ c’est à moitié gagné (Collins)
Être conscient du problème est la moitié du problème ? (Wordreference forums)
Grâce à..., la partie est déjà à moitié gagnée. (Wordreference forums)
Une parfaite connaissance du problème permet d'en résoudre une bonne part. (Wordreference forums)
Savoir, c'est gagner la moitié de la bataille. (Wordreference forums)
Problème reconnu est à moitié résolu. (Wordreference forums)
Le savoir est le nerf de la guerre. (Wordreference forums)

Dans un film de 2009 qui reprend les personnages, celui de Général Hawk emploie encore l'adage et on traduit en français par « savoir, c'est vaincre ».


  • On peut assurément remettre en question la sagesse de l'affirmation « Knowing is half the battle » mais qu'en est-il de sa traduction : quelle traduction est la plus fidèle, idiomatique et convient le mieux à l'exemple et pourquoi ?
  • Pourquoi « savoir, c'est vaincre » est-il adéquat ou non ?
0
6

Dans ce contexte, le sens exact n'est pas important. Il est plus important d'avoir une formule idiomatique, simple, qui peut servir de refrain.

Donc j'utiliserais l'expression française courante

Savoir, c'est prévoir.

C'est une expression un peu vague mais qui signifie qu'une étape nécessaire pour éviter le danger est de le reconnaître, ce qui est similaire à l'expression anglaise même si c'est un peu moins fort.

Je ne sais pas quelle est l'origine de cette expression. Il y a plusieurs expressions du même genre qui jouent sur des rimes en -oir :

Voir c'est savoir, et savoir c'est prévoir. (Alexandre Dumas)
Pouvoir, c'est savoir. (origine inconnue)
Prévoir, c'est pouvoir. (origine inconnue, probablement une adaptation d'une citation d'Auguste Comte « Savoir pour prévoir, prévoir pour pouvoir »)
Vouloir c'est pouvoir.

On pourrait aussi dire « un homme averti en vaut deux », qui est un proverbe et a le même sens, mais je trouve que c'est un peu moins adapté à un public d'enfants.

2

Une traduction intéressante en cela qu'elle est littérale peut être lue dans le dictionnaire bilingue Harrap's.

that's half the battle c'est bataille à moitié gagnée

Cependant, la forme traduite n'est que le noyau d'un nœud de contextes qui orbitent autour de cette idée de bataille à moitié gagnée.
Par exemple, le même dictionnaire donne pour « youth is half the battle » la variante « il n'y a rien de tel que d'être jeune ». Mieux encore, pour « the first blow is half the battle » la traduction prend un tour différent dans « le premier coup en vaut deux ».

Le dictionnaire bilingue Robert & Collins, qui classe cette expression comme familière, ne fournit pas une traduction aussi typifiée ; cette traduction, « c'est déjà pas mal » (aussi de registre familier), n'élève pas l'idée au rang d'adage.

Selon cette philosophie de traduction et dans le contexte donné, la correspondance « savoir c'est bataille à moitié gagnée » est une option non négligeable, mais, à mon avis, « un homme averti en vaut deux » est dans ce contexte particulier de danger tout aussi valable et même plus pertinent.

1
  • 2
    Malgré le raisonnement un peu trop emberlificoté à mon goût, +1 pour « homme averti en vaut deux » qui me semble le seul équivalent (je récuse le mot de « traduction » pour ce qui est adage, proverbes, etc.) possible. Pour céder à l'air du temps bien sûr on peut proposer « personne avertie en vaut deux », dont la fréquence est en train de prendre le pas sur son équivalent « unisexe » (aisément vérifiable par un ngram).
    – None
    Jun 16 at 6:59
1

Je suggèrerais :

« Être prévenu, c'est déjà beaucoup »

ou encore tout simplement :

« Nous voilà prévenus ! »

Concernant les autres suggestions : à mon sens « c'est bataille à moitié gagnée » est par trop littéral, ce n'est pas une expression courante et le lecteur va se demander de quelle bataille il s'agit (Austerlitz ? Gergovie ? Dunkerque ?!!). « Savoir, c'est prévoir » n'es pas vraiment approprié, et pas une expression courante non plus (n'en déplaise à Dumas). « un homme averti en vaut deux » est pas mal, mais certainement pas dans la bouche d'enfants qui s'expriment rarement par proverbes.

1
  • 1
    @némésie-t-île À mon sens « c'est bataille à moitié gagnée » est par trop littéral, ce n'est pas une expression courante et le lecteur va se demnder que quelle bataille il s'agit. « Savoir, c'est prévoir » n'es pas vraiment approprié, et pas une expression courante non plus (n'en déplaise à Dumas !). « un homme averti en vaut deux » est pas mal, mais certainement pas dans la bouche d'enfants.
    – A.G.
    Jun 17 at 6:04

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.