1

Dans une chanson on peut entendre les paroles suivantes :

Mais que tu n'aies rien, que tu sois roi,
Que tu cherches encore les pouvoirs qui dorment en toi
tu vois ça ne s'achète pas
Quand tu l'as, tu l'as,

[ France Gall, Ella, elle l'a (Berger, 1987), à 2:23, je souligne ]

Je crois que je m'attendais à trouver « bien que » après « tu vois » ce qui veut dire que je semble faire un lien (« mais tu vois (bien que) ça... ») mais je reste un peu perplexe comme il semble me manquer de mots...


Comment fonctionne cette conjonction et la phrase : quelle est la fonction de la conjonction mais et de quel emploi s'agit-il ; y a-t-il un lien entre la conjonction et le verbe voir ; est-ce que ça signifie autre chose que « mais, peu importe [la condition, la réflexion], ça ne s'achète pas... » ; doit-on ponctuer autrement ?

0
0

Il est nécessaire de considérer ce qui précède, c'est la clé à la compréhension.

C'est comme une gaieté
Comme un sourire
Quelque chose dans la voix
[…]
Elle a ce tout petit supplément d'âme
Cet indéfinissable charme
Cette petite flamme

Tape sur des tonneaux
Sur des pianos
Sur tout ce que dieu peut te mettre entre les mains
Montre ton rire ou ton chagrin

Mais que tu n'aies rien, que tu sois roi
Que tu cherches encore les pouvoirs qui dorment en toi
Tu vois ça ne s'achète pas

Cette occurrence de « mais » se comprends selon la définition suivante de l'usage de ce mot dans le TLFi.

II. − [Mais s'emploie en tête d'un énoncé en réaction à une situation dont le locuteur refuse telle ou telle conséquence ou telle ou telle conclusion qu'on pourrait en tirer]
A. − [Coordonnant des énoncés]
1. [Sert à contester le contenu de ce qui est dit]
a) [La contestation porte sur la conclusion elle-même]
α) [L'énoncé du locuteur se présente comme appuyant une conclusion opposée à celle qu'on peut tirer de l'énoncé de l'interlocuteur (réel ou fictif)]
[ Il [(user LPH) le locuteur] récuse une présupposition contenue dans l'énoncé de l'interlocuteur [(user LPH) encore le locuteur] ]

0/ L'antécédent de « ça » est assemblé à partir de termes explicites dans « C'est comme une gaité … petite flamme » (i) (antécédent : gaité, sourire, voix, quelque chose qui danse, qui met dans un drôle d'état, etc.)
1/ (II) « Mais » est en tête de l'énoncé « que tu n'aies rien, … achètes pas » c'est en réaction à une situation dont le locuteur refuse une conclusion qu'on peut en tirer.
2/ (A) Les énoncés coordonnés sont « Tape sur des … ton chagrin » (ii) et « que tu n'aies rien, … ça ne s'achète pas » (iii).
3/ (1.) « Mais » sert à contester le contenu de ce qui est dit dans « ii ».
4/ (a)) La contestation porte sur la conclusion de ce qui est dit dans « ii ».
5/ (α)) L'énoncé du locuteur se présente comme appuyant une conclusion opposée à celle qu'on peut tirer de l'énoncé de l'interlocuteur [(user LPH) lequel interlocuteur est fictif, puisque c'est le locuteur elle-même qui énonce « ii » ]
6/ ([ ]) Il [(user LPH) le locuteur] récuse une présupposition contenue dans l'énoncé de l'interlocuteur [(user LPH) encore le locuteur], lequel affirme « ii », c'est à dire « tu peux faire tout ce que tu veux (« taper sur des tonneaux, etc. », ce qui veut dire faire « comme » (ils battent des tambours) les personnes en question qui ont « ça » (dans « iii », (« ça ne s'achète pas »), ce pronom ayant pour antécédent un assemblage de termes explicites trouvés dans « i » (rappel)), et (supposition de l'interlocuteur fictif, en l'occurrence, le locuteur) tu peux faire cela dans le but et/ou l'espoir que « ça » se dévoile en toi, c'est à dire dans le but de faire apparaitre les qualités correspondantes (à « ça »), alors, qui que tu sois, tu n'auras pas ces dons parce qu'on ne les acquiert pas par du travail, de l'exercice ou de l'argent, on ne les achète pas.

Note 1 « tu vois » ne sert qu'à souligner l'évidence de ce qui suit. (TLFi : 1. [Pour souligner une évidence])

Note 2 Il n'y a pas de logique parfaite dans la récusation puisque d'une supposition que les qualités peuvent être acquise par l'exercice la chanson passe à une réfutation par l'affirmation qu'il n'y a pas « d'achat possible », alors que l'on est en droit de s'attendre à « il n'y a pas de procédé évolutif qui puisse permettre de les acquérir » (pour généraliser en termes plutôt techniques un équivalent en terms plus littéraires qui aurait pu être utilisé plus justement à la place de « ça ne s'achète pas »).

3
  • @EylaChu-Generis Il n'y a pas de double numérotation ; les parties de type « 1/» sont des reprises de la définition qui sont aussi identifiées par le numéro correspondant de la définition de sorte à faire rapidement la corroboration (c'est juste au-dessus, je ne vois aucun problème). Ensuite, en ce qui concerne la numérotation en romain, il faut s'imbiber du raisonnement, ce qui résulte en la mémorisation de ce à quoi les numéros correspondent finalement, et de ce fait on n'a plus à chercher dans le texte ce qu'elles identifient.
    – LPH
    Aug 11 at 20:09
  • On dit la même chose, mais différemment. Les reprises rendent la lecture ardue à mon avis. Mais il n'est pas garanti que la présentation à laquelle je pense donne un meilleur résultat. Ça reste un commentaire sur la forme. Aug 11 at 20:18
  • @EylaChu-Generis Il n'y a pas d'autre moyen de vérifier que le processus que l'on croit lire dans le texte analysé suit précisément le modèle de la définition ; il faut, pour chaque point avancé, constater qu'il suit le modèle, et il faut aussi que le développement de tous les points soit d'un seul tenant pour pouvoir l'apprécier en lui-même plus facilement. On ne peut pas tout avoir, à moins de reproduire une variante de l'explication.
    – LPH
    Aug 11 at 20:31

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.