1

Bonjour,

Il hausse les épaules :

-- Ils me respecteront lorsque le temps viendra.

Je ne comprends pas, mais je ne demande pas d’explications.

Est-ce qu'il faut utiliser ici l'article indéfini ou l'article défini "les explications que j'attends de lui" ? Est-il possible d'écrire "des" je ne demande pas des explications (aucune explication) ? Il serait alors possible d'imaginer en détail ces explications.

2 Answers 2

2

La forme attendue ici est:

je ne demande pas d’explications.

Les autres sont grammaticalement possibles mais ont un sens différent.

[...] je ne demande pas les explications.

Ici, il semble que les explications existent et sont par exemple rédigées sur un papier, et on ne demande pas a voir ce papier. Ça peut aussi vouloir dire qu'il y a plusieurs explications et qu'on ne les demande pas.

[...] je ne demande pas des explications.

Très improbable dans le contexte donné mais cette phrase signifierait que ce que je demande, c'est autre chose que des explications.

2
  • [...] je ne demande pas des explications, mais votre obéissance Oui. Mais je crois que Je ne demande pas des explications tout court signifie que je m'imagine davantage tous les détails de ces explications. Ce n'est pas vrai ?
    – Oo.
    Oct 3, 2021 at 23:55
  • 1
    Pas trop, dans ce cas, on dirait aussi je ne demande pas d'explications.
    – jlliagre
    Oct 4, 2021 at 0:02
1

Oui, il est possible d'écrire « des », mais évidemment le locuteur place la situation dans un autre contexte. Si « des » est utilisé, alors une opposition est établie entre une situation antérieure possible mais non réalisée et une nouvelle situation. Il faut prendre les choses à leur début.

Il s'agit dans cette phrase de l'usage de l'article indéfini dans les phrases négatives (… ne demande pas …). Les explications sont tirées de La Grammaitre pour l'étudiant finnophone, dans laquelle on trouve des explications suivies.

Modifications dans une phra­se né­ga­ti­ve
Forme « de » devant complément de verbe direct (CVD) et su­jet post­po­sé

Quand l’ar­ti­cle in­dé­fi­ni (tou­tes les for­mes, c’est-à-dire singulier, pluriel et massif) dé­ter­mi­ne un grou­pe no­mi­nal qui est com­plé­ment de ver­be direct (CVD) d’un ver­be à la for­me né­ga­ti­ve, il prend gé­né­ra­le­ment la for­me « de »  :

♦ J’ai une voiture. → Je n’ai pas en­co­re de voiture.
♦ J’ai remar­qué des fautes. → Je n’ai pas remar­qué de fautes.
♦ Nous n’avons pas appris de mots nouveaux.

L’ar­ti­cle in­dé­fi­ni prend éga­le­ment la for­me « de » quand il dé­ter­mi­ne un groupe nominal su­jet post­po­sé d’un ver­be à la for­me né­ga­ti­ve d’une cons­truc­tion impersonnelle avec le pro­nom con­ju­ga­teur « il » (le su­jet occupe la mê­me position qu’un com­plé­ment de verbe direct) :

♦ Il faut un au­tre collaborateur. → Il ne faut pas d’au­tre collaborateur.
♦ Il reste en­co­re du fromage ? → Il ne reste plus de fromage.

la for­me de l’ar­ti­cle change en fran­çais dans la phra­se né­ga­ti­ve, mais cet ar­ti­cle exprime dans les deux cas la quan­ti­té ou la nature in­dé­fi­nie. Cepen­dant, cette règle de la transformation de l’ar­ti­cle dans une phra­se né­ga­ti­ve ne s’applique pas sys­té­ma­ti­que­ment. L’ar­ti­cle in­dé­fi­ni peut conserver sa for­me nor­ma­le dans les cas sui­vants.

Néga­tion par­tielle

L’ar­ti­cle in­dé­fi­ni devant CVD d’une phra­se né­ga­ti­ve devient de quand la néga­tion est totale. Ex­em­ple : le lo­cu­teur devait acheter des pommes et ne l’a pas fait, il dit :

♦ Je n’ai pas acheté de pommes.

Donc il est revenu sans les pommes prévues, le com­plé­ment du ver­be est « nié » complètement (com­plé­ment = « zéro, rien »). De mê­me, dans la phra­se sui­vante, on dit que la police n’a rien trouvé qui puisse servir à accuser le suspect (com­plé­ment = « zéro, rien ») :

♦ La police n’a pas pu trouver de preuves contre le suspect.

Mais la néga­tion peut aus­si être partielle : le ver­be peut avoir un com­plé­ment, mais ce com­plé­ment est dif­fé­rent de celui prévu ou supposé. Dans ce cas, l’ar­ti­cle reste généralement à la for­me nor­ma­le « des/du/de la/de ». Dans la phra­se sui­vante, la per­son­ne a bien acheté quel­que chose, mais ce ne sont pas des pommes. Ce qui est nié est la nature du com­plé­ment, et non pas le com­plé­ment tout entier :

♦ Je n’ai pas acheté des pommes, j’ai acheté des cerises.


Comment cela s'applique dans la phrase

Ils me respecteront lorsque le temps viendra.
Je ne comprends pas, mais je ne demande pas d’explications.

« Les » n'est utilisé que si les explications sont définies dans le contexte ou si la personne qui parle sait ou reconnait que ce qui lui est dit est une série d'explications ; c'est un choix que cette personne peut faire. Mais si la personne ne voit dans les explications que des explications quelconques elle utilise l'article indéfini (des). Seulement, comme la phrase est négative « des » est remplacé par « de ».

Voyons comment « des » pourrait être utilisé.

— Je dois d'abord savoir de quel droit vous voulez fouiller.
— Nous allons vous expliquer pourquoi nous devons perquisitionner chez vous.
— Je ne vous demande pas des explications, ce que je vous demande c'est de me montrer le mandat de perquisition.

Dans le dialogue ci-dessus ce qui est nié ce n'est pas qu'une demande a été faite ; ce qui est nié c'est que cette demande aurait été une demande d'explications ; c'est une dmande (bien qu'implicitement formulée) mais c'est une demande d'autre chose (demande de papiers).

Autre exemple

— Alors vous leur avez donné des explications sur la marche à suivre ?
— Nous ne leur avons pas donné des explications mais des plans, c'est ce qu'ils avaient demandé.

1
  • Merci :) pour votre explication.
    – Oo.
    Oct 4, 2021 at 0:19

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.