2

Un article parle d'une compétition de fuséonautique. Le TLFi discute de l'élément formant -nautique servant à élaborer des « substantifs féminins indiquant la science ou la technique qui a pour objet la navigation dont le type est indiqué par le 1er élément du substantif » (TLFi) ; Termium utilise fuséonautique au même titre que fuséologie pour traduire rocketry, et s'appuie sur une version du Petit Robert pour la deuxième la définissant comme la « science et technique des fusées en tant que telles, indépendamment de l'astronautique et de l'aéronautique » alors que le GDT ne définit pas non plus la fuséonautique.

  • Quelle est la définition du substantif « fuséonautique » ?
  • La fuséonautique et la fuséologie sont-ils synonymes ; la différence est-elle du même ordre que pour cosmonautique et cosmologie, le premier étant aussi un adjectif basé sur un substantif (cosmonaute) ?
  • Les termes plus récents dans ce genre de domaine sont-ils plus souvent formés avec -nautique ; s'agit-il d'une question de productivité des éléments formants respectifs (-logie, -nautique) ou est-ce l'aspect « relatif à la navigation » qui est déterminant dans la formation des termes, et dans la compétition de l'article pouvait-il s'agir d'une « compétition de fuséologie » dans le sens où faire monter une fusée à la verticale est-il « relatif à la navigation » ?

2 Answers 2

3

Je ne connaissais pas fuséonautique et je suis assez perplexe sur sa construction.

De l'argonaute grec, on a tiré un certain nombre de mots en -naute pour représenter des navigateurs se déplaçant dans un milieu donné :

air → aéronaute
océan → océanaute (rare)
astres → astronaute (américains)
espace → spationaute (européens)
cosmos → cosmonaute (russes)
taìkōng → taikonautes (rare, chinois)

On peut ajouter à cette liste ceux qui naviguent sur Internet, les internautes.

Deux d'entre eux seulement ont donné des dérivés à l'usage établi, aéronautique et astronautique. Le premier s'intéresse à l'étude des "navires" se déplaçant dans l'atmosphère, le deuxième à ceux qui vont au-delà de cette dernière.

Les fusées n'étant que des engins se déplaçant dans l'atmosphère et parfois au-delà, leur étude fait au sens large partie des l'aéronautique ou de l'astronautique.

La spécialisation de cette étude, en particulier plus récemment par des amateurs s'intéressant à des engins non destinés au transport de personnes, a été parfois désignée sous les mots fuséonautique et fuséologie. On trouve fuséonautique dans des documents français de la fin des années cinquante, le mot n'est donc pas un québécisme même si aujourd'hui, on le trouve surtout employé au Canada francophone.

Exemple :

La Conquête de l’Espace par la Puissance Fuséonautique et la Domination Nouvelle de la Terre & Partir de l’Air; le Satellite Naturel ou Artificiel et son Canal Aérien. Edouard B.- Winandy. (Congres Internatl. Fusées & Engins- Guidés, Paris, Dec. 3-8, 1956.)

Fuséonautique ne correspond pas sémantiquement aux autres mots de même construction car d'une part, il n'y a pas de pilote ou de passagers embarqués (pas de fuséonaute) et d'autre part, le milieu traversé par l'engin n'est pas la fusée elle-même, on confond le navire et la mer.

Fuséologie est plus logique. On a des fuséologues qui étudient les fusées, science qui se nomme la fuséologie comme l'étude des océans donne océanologue/logie ou l'étude des volcans volcanologue/logie. C'est peut-être la proximité avec astrologue/logie ou ufologue/ufologie qui ne font pas forcément sérieux dans un univers scientifique qui a encouragé l'essor de l'étrange fuséonautique.

2
  • J'ai remarqué qu'au TLFi, l'explication de la création des substantifs pour le domaine escamote le passage par le substantif pour la personne c-à-d. que fuséonautique ne passe pas par fuséonaute tel que tu l'observes, comme cosmonaute pour cosmonautique par exemple. Eux ils voyaient ces cas-là (cosmonautique) comme des adjectifs. Oui j'ai pensé à l'argument du sérieux de la chose. Mais je me demande si les nouveaux termes vont plus avoir recours à -nautique, peut-être finalement par émulation de -ics en anglais (robotics etc.). Ou on va utiliser ça quand il n'y a pas de « pilote ». Aug 5, 2022 at 18:43
  • @Personne Merci, une petite erreur de sémiologuie... ;-)
    – jlliagre
    Aug 5, 2022 at 23:26
2

Cela vient peut être du Québec ou j’ai trouvé une définition de fuseonautique :

science concernant la construction et le lancement d'aéronefs expérimentaux propulsés par des moteurs à carburant de fusée puissants, rapides et potentiellement dangeureux

Ref ClubQF

4
  • Penses-tu qu'ils utilisent ça comme synonyme de fuséologie ou en d'autres termes comment cette définition diffère-t-elle de celle de fuséologie ? Aug 5, 2022 at 18:34
  • 1
    Ça me semble plus restrictif que la fuseologie. Cela correspond plus à des expériences (d’amateurs ?) plus qu’à une étude scientifique. Peut-être le côté pratique. Je pense aussi peut-être un terme québécois.
    – Ptit Xav
    Aug 5, 2022 at 18:50
  • Je suis pas certain mais Termium semble dire que c'est dans le Nouveau Petit Robert... mais ces dictionnaires ajoutent aussi des termes provenant du Québec. Aug 5, 2022 at 18:59
  • Je ne l’ai pas trouvé sur le Robert en ligne ou dans France Terme
    – Ptit Xav
    Aug 6, 2022 at 7:45

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.