2

C’est une tournure que je rencontre couramment à l’oral et je me demande si c’est du bon français ou non.

Il n’y a pas de quoi! Au nombre de fois que/où ça m’arrive, je ne serais pas bien placé pour parler »

Quels seraient des exemples de manières plus élégantes de réécrire la phrase?

2 Answers 2

2

À mon avis, qu'il soit fait usage de « que » ou de « où », la construction qui résulte n'est pas du tout idiomatique, bien que l'on puisse comprendre ce que le locuteur voudrait expliquer. La préposition « à » doit être remplacée par un terme plus expressif.

  • Considérant le nombre de fois que ça m’arrive, je ne serais pas bien placé pour parler.

  • Au vu du nombre de fois que ça m’arrive, je ne serais pas bien placé pour parler.

  • En considération du nombre de fois que ça m’arrive, je ne serais pas bien placé pour parler. (formel)

  • Étant donné le nombre de fois que ça m’arrive, je ne serais pas bien placé pour parler.

0

... Comme ça m'arrive souvent, je suis mal placé pour parler.
... Vu que ça m'arrive souvent, je suis mal placé pour parler.
... Au nombre de fois où ça m’arrive, je suis mal placé pour parler. (Québec)

Le contexte est parfaitement anodin, le sociolecte est québécois et l'élégance consiste aussi à reconnaître l'usage ; par ailleurs on ne doit pas confondre l'élégance avec le baroque ni avec l'hypercorrection. On trouve la dernière tournure au Québec où elle y est naturelle (1, 2, 3). D'habitude, on assimile le mot « fois » à une indication de temps (LBU14, § 725 a) et donc je préfère employer le relatif .

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.