3

La petite Fadette, George Sand

Elle pansait du secret, c'est comme qui dirait qu'au moyen du secret, elle guérissait les blessures, foulures et autres estropisons.

La référence sur la langue de George Sand mentionne ce mot mais ne fournit pas une définition.

1 Answer 1

4

— Centr. estropison, « blessure, fracture », Berr. id. GSand. (FEW)


Quelquefois le mot patois est accompagné d'un synonyme [on donne la citation de la question comme exemple]
Ce mot est employé encore par quelques rares vieilles femmes à No.

[ La langue et le style rustiques de George Sand dans les romans champêtres, Vincent, 1916, p. 45, 115 ]

Ça ressemble à la morphologie du verbe estropier suffixé avec -ison pour le résultat de l'action. On a aussi estropiement (qui est toujours demeuré rare dit le DHLF) et estropiason, un hapax régional du même auteur dans Promenades autour d’un village. (TLFi)

1
  • On aurait donc maintenant en plus des foulures et blessures, les fractures et des paralysies (qui peuvent résulter en un estropiement, mais pas nécessairement).
    – LPH
    Commented Mar 3, 2023 at 0:36

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.