2

J'ai le français comme langue première, et j'essaie de trouver si une impression que j'ai à propos de la langue est un phénomène réel. Les mots comme ceux indiqués dans le titre, et ceux comme "plomberie", "rapinerie", "tromperie", "galanterie", "faquinerie", etc., sont, premièrement, qu'un sous-ensemble de la totalité des mots qui finissent par "erie", mais deuxièmement semblent avoir en commun le caractère d'être:

  • Premièrement, des mots secondaires qui se fondent sur un substantif, verbe ou adjectif antérieur (coquet, pot, agacer, boire, niaiser, plomb, rapine, tromper, galant, faquin, etc.)
  • Deuxièmement, à partir du mot primaire, ils y ajoutent le sens de "être du genre de", ou "être des exemples de". Par example, de la coquetterie, c'est de faire des choses coquettes; de la poterie, des choses comme des pots; une agacerie, c'est un exemple de ce qu'on fait quand on agace quelqu'un; une galanterie, c'est ce que fait un galant; de même pour faquinerie et faquin, etc. etc.

Je me demandais, par hasard, si ce genre de mot est une exemplification d'un concept en grammaire, ou en morphologie linguistique; il me semble qu'on peut trouver plusieurs mots secondaires de ce genre, qui sont une sorte de procédé appliqué à un mot primaire, pour le faire finir en "erie" et lui donner le sens souligné dans le deuxième point.

1 Answer 1

1

D'abord ce processus est morphologique, c'est la nominalisation. La catégorie grammaticale est changée par l'affixe, dans ce cas le suffixe -erie.

La nominalisation est le fait de former un nom à partir d'un verbe ou d'un adjectif. Elle n'a pas de règle spécifique.

Il y a plusieurs suffixes qui arrivent à changer un verbe ou un adjectif en substantif, comme -tion, -ure, -tude, ou -erie.

Pour le suffixe -erie en particulier, le TLFi donne les dérivations suivants et les significations de valeur qu'ils ont en commun ; je souligne quelques exemples que tu as déjà trouvés :

ERIE, suff. [Suff. formateur de subst. féminins.] I. Le dér. a une valeur dépréciative, affective ou fréquentative. A. [La base est un subst. désignant une pers., ou un adj. substantivable s'appliquant à une pers. (parfois aussi un adj. non substantivable).]

  1. Le dér. exprime un trait de caractère ou un comportement : ânerie, avocasserie, badauderie, bégueulerie, bigoterie, bouffonnerie, bougrerie, braverie, cagoterie, canaillerie, charlatanerie, charognerie, connerie, coquetterie, coquinerie, courtisanerie, crapulerie, cuistrerie, dégueulasserie, diablerie, douilletterie, drôlerie, effronterie, espièglerie, étourderie, filouterie, fourberie, friponnerie, fripouillerie, fumisterie, galanterie, gaminerie, gauloiserie, gloutonnerie, goinfrerie, goujaterie, gredinerie, gueuserie, ivrognerie, jobarderie, ladrerie, loufoquerie, maniaquerie, mesquinerie, momerie, muflerie, niaiserie, nigauderie, ourserie, pédanterie, pingrerie, pitrerie, pleutrerie, polissonnerie, poltronnerie, pruderie, rosserie, rouerie, saloperie, sauvagerie, sensiblerie, sournoiserie, tartufferie, truanderie, vacherie. Spéc. Le dér. désigne des relations familières : camaraderie, copinerie.

B. [La base est un verbe.]

  1. Le dér. a une valeur dépréc. et exprime notamment : la tromperie et la vantardise : cachotterie, duperie, flagornerie, flatterie, hâblerie, menterie (vieilli), piperie (vieilli), tricherie, tromperie, vanterie (vieilli)
2
  • 1
    Merci beaucoup pour la réponse!
    – shintuku
    Commented Mar 2, 2023 at 0:49
  • Bon et bien bienvenue sur French Language SE. Attendons un peu comme d'autres réponses sont possibles. Sinon j'espère que tu continues à poser des questions.
    – livresque
    Commented Mar 3, 2023 at 5:26

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.