0

Via Mala, John Knittel

Puis s'adressant toujours à sa femme : « marigeli, va réveiller Sylvelie, elle dort toujours à fond! Va lui dire. »

« À fond » semble signifier « profondément ».

Quoi qu'il en soit on ne trouve pas cette définition dans le TLFi, et de plus il me semble que de nos jours on ne dirait pas « dormir à fond » pour « dormir profondément » sauf en fait de plaisanterie, ce qui serait une insinuation que la personne se livre à l'activité de dormir avec assiduité.

(TLFi) b) À fond. Tout à fait, entièrement, jusqu'au bout.
• Examiner, étudier qqc. à fond; traiter un sujet à fond; travailler à fond; s'engager, se donner à fond dans une entreprise; connaître à fond la nature humaine; visser à fond.
• À quoi servirait donc, ma chère petite sœur, d'avoir un frère en Russie si l'on ne savait pas à fond ce que c'est que le knout (J. de Maistre, Corresp.,1806-07, p. 270): • Comme il savait à peine conduire, il n'était pas mécontent que sa camionnette ne fût qu'un tacot, ce qui lui permettait d'appuyer à fond sur l'accélérateur sans dépasser le quarante. Queneau, Pierrot,1942, p. 160.

Est-ce que quelqu'un peut confirmer que cet usage n'est plus normal ou que c'est une expression qui consiste de mots rapportés qui n'a jamais réellement pris cours dans le passé ?

3
  • 2
    Je ne l'ai jamais entendu, mais ça peut être une maladresse de langage volontaire ou pas de la part de l'auteur/traducteur, ou un helvétisme. Mar 30, 2023 at 7:38
  • Je suis très gênée par l'emploi de l'article défini dans « le dictionnaire », ceci sous-entend qu'il n'existerait qu'un seul dictionnaire. Nommer l'objet à cet endroit et pas juste dans la citation aurait été à mon avis beaucoup plus nuancé.
    – None
    Apr 30, 2023 at 8:58
  • @none C'est corrigé !
    – LPH
    Apr 30, 2023 at 10:05

2 Answers 2

2

En appui à la définition de @Circeus (« avec toute l'intensité possible ») citons le DHLF (ed. Le Robert). Extrait de l'entrée fond :

À fond (1656) intensif, reprend métaphoriquement l'idée d'extrémité...

Cet emploi de à fond n'est pas inhabituel pour moi (et plaisant encore moins). Je l'ai déjà rencontré à l'oral comme à l'écrit, il peut bien sûr, comme pour tout fait de langue, y avoir des variations de fréquence selon les régions et/ou les habitudes culturelles des uns et des autres, mais en nier l'existence passée ou actuelle semble en contradiction avec la « réalité1 ».

Les quelques exemples qui suivent sont le résultat d'une rapide recherche qui, bien que loin d'être exhaustive, suffira j'espère à montrer que cet usage n'est ni récent ni désuet.

Même après 3 nuits à dormir à fond, les performances ne sont pas rattrapées (22 conséquences très inquiétantes du manque de sommeil en 2023) ;

vous m'avez donné la réponse : « Dormir à fond, se reposer à fond. » (Médecine humaine, médecine sociale. Le docteur René Biot (1889-1966) et ses amis, sld Régis Ladous, 1992) ;

« Cela ne m'empêche pas de dormir à fond et de suer à souhait » (Revue Missions en Chine et au Congo, 1906)

« Oui, dormir, dormir à fond, enfin... » (Le secret de la dame en rouge,Beatrice Bottet, 2019).

Dormir à fond est une des traductions de Kuru sane que donnait Maurice Leenhardt en 1935, expression du dialecte kanak de la vallée de Houaïlou2.

Si l'expression  « dormir à fond » me semble tout à fait naturelle, celle de « dormir à mort » à laquelle elle est juxtaposée dans Apnée1 l'est moins et me semble plus du ressort de la création littéraire servant à illustrer le propos des auteurs, à mort donnant un cran de plus à l'intensité du sommeil.

Dormir à fond, dormir à mort, faire la révolution en dormant, arrêter de se fatiguer à bouger dans tous les sens, arrêter de s'user à parler à tort et à travers, arrêter de penser, arrêter d'user les mots et le langage. [...] Dormir, ne plus penser, laisser nos cerveaux en friche ....


1 Pour faire écho au « réellement » de la question.
2 Vocabulaire et grammaire de la langue houaïlou. Institut d'ethnologie. Paris 1935.
3 A. Boute, C. Schuiten, C. Thiry, J. Pruvot Simonneaux,Onlit–Editions. 2018.

1

Je crois que le problème tient à la formulation de la définition du TLFi, qui me semble un peu boiteuse. Si on l'examine en détail, elle n'est clairement applicable qu'à des verbes téliques (et difficile donc à appliquer pour certain verbes directement cités, comme "travailler").

Une définition plus générique serait "avec toute l'intensité possible". Et il est alors clair que dormir à fond est une utilisation légitime et plaisante (pas habituelle, mais tout à fait compréhensible) au sens de "dormir profondément".

5
  • Ce test de télicité semble délicat ; entre autres difficultés qu'il puisse y avoir, il peut dépendre du contexte, c'est à dire qu'un même verbe peut être considéré télique et atélique selon le contexte. Par exemple, dans « elle a examiné cela en une heure » le verbe est télique, et les cas de ce contexte ne sont pas rares ; dans « elle a examiné cela pendant une heure » il est atélique, les cas de contexte de cette dernière construction n'étant pas rares non plus. Si on cherche à savoir comment la loc. adv. « à fond » est affectée par ce phénomène rien de trop clair n'apparait. (1/3)
    – LPH
    Mar 30, 2023 at 15:42
  • « elle a examiné cela à fond en une heure » et « elle a examiné cela à fond pendant une heure » sont toutes deux des construction exprimant un fait qui semble parfaitement réel. Dans la première, on tend à comprendre que l'examen est fait à fond, dans la seconde que le travail d'examen l'est. « Avec toute l'intensité possible » est certainement une addition possible à cette définition ; il semble que ça se voit dans « travailler à fond ». Elle ne convient plus lorsqu'il s'agit de « appuyer sur l'accélérateur ». (2/3)
    – LPH
    Mar 30, 2023 at 15:43
  • C'est donc une question difficile que de savoir s'il exite ou non un empêchement logique pour utiliser « à fond » avec « dormir » selon cet aspect. Quoi qu'il en soit il me semble que la question ne se résout pas si simplement ; on ne dirait pas « la tête me fait mal à fond » et pourtant, c'est une « action » (du corps) dont on est conscient lorsqu'elle prend place et à laquelle on pourrait appliquer justement « avec tout l'intensité possible ». (3/3)
    – LPH
    Mar 30, 2023 at 15:43
  • 1
    @Circeus il me semble que l'expression est plus familière que "plaisante", ce que semble confirmer l'origine sociale du personnage en question. Mar 31, 2023 at 9:57
  • Au départ je ne voulais que faire un commentaire à ta réponse mais la tâche s'est avérée techniquement complexe. Je n’apporte rien de plus sur le fond.
    – None
    Apr 30, 2023 at 9:34

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.