2

Aux États-Unis d'Amérique, les experts en bases de données informatiques utilisent parfois un langage connu sous le nom de SQL. (Langage de requêtes structurés).

Quels mots les mathématiciens français ont-ils le plus souvent utilisés de l'année 1950 jusqu'à l'an 2000 pour les types de relations suivantes ?

I used Google translate, but it is probably incorrect.

relations un à un one-to-one
relations plusieurs à un many-to-one
relations un à plusieurs one-to-many
relations plusieurs à plusieurs many-to-many

ONE_TO one un-à-un

a slide from a slide shown presentation showing a many to one relationship. made using libre office impress, not Microsoft power point

a slide from a slide shown presentation showing a one to many relationship. made using libre office impress, not Microsoft power point

A PICTURE DE UNA RELATION DE plusieurs à plusieurs

5
  • 1
    Je ne vois rien en dehors de la notation anglaise ou mathématiques (style "1:n"), à l'exception de la relation "one to many" parfois nommée "père-fils"
    – Graffito
    Apr 16, 2023 at 22:27
  • "PlusieurS" toujours avec un "s" :-)
    – Frank
    Apr 17, 2023 at 0:30
  • 1
    Pourquoi les mathématiciens et pourquoi de 1950 à 2000 ? Apr 17, 2023 at 11:29
  • en mathématique: X à plusieurs relation , X à un fonction (pour un à un, injection (sinon c'est N:1), pour plusieurs à un : projection (rarement utilisé)). le champ informatique des bases de données relationnelles n'est pas celui des mathématiques, on utilise donc un vocabulaire distinct.
    – Archemar
    Apr 17, 2023 at 14:09
  • 2
    @Archemar justement, la question devient complètement différente si on parle de théorie des ensembles. Or elle semble porter globalement sur l'informatique... hormis le mot "mathématicien", d'où mon interrogation. Apr 18, 2023 at 12:26

3 Answers 3

2

En base de données relationnelle, on utilise surtout les termes 1:1, 1:N et N:M (prononcés "un un", "un N" et "N M"), ainsi que les termes un à un, un à plusieurs, plusieurs à un et plusieurs à plusieurs (parfois avec des trait d'union : "un-à-un").

À part dans un contexte pédagogique (apprentissage et documentation), on utilise plutôt les premiers qui sont bien plus courts.

2
  • 1
    De mon côté j'ai déjà entendu parlé de relation N-N mais pas de relation N-M.
    – XouDo
    Apr 17, 2023 at 10:10
  • 1
    @XouDo Si on est pointilleux, N:N implique que le nombre est identique des deux côtés. Ce serait un cas particulier de "plusieurs à plusieurs" quasi inexistant en pratique. On entend de temps en temps N:N, mais c'est un abus de language. (D'ailleurs les termes ne sont pas spécifiques au français et existent de la même manière en anglais.) Apr 17, 2023 at 13:15
0

Terminologie mathématique

for any x in the domain of the relation R, xRy and xRz forces y=z : si cette condition est vraie on parle de relation univoque ou (synonyme) de relation fonctionnelle.

one to one : relation injective (Ce terme n'est pas utilisé, comme le plus souvent on ne parle de l'injectivité que lorsqu'on sait déjà qu'il s'agit d'une relation fonctionnelle, c'est à dire, d'une fonction.*), fonction injective

Terminologie non utilisée en mathématiques

Les "relations "one to many", "many to one", and "many to many" ne semblent pas être définies en mathématiques, c'est à dire qu'il n'existe pas de terme; si on les trouve, elles ne font pas l'objet d'études particulières dans les mathématiques traditionnelles. On les trouve en informatique : Relations : OneToOne, OneToMany, ManyToOne et ManyToMany et elles ont alors les mêmes noms qu'en anglais.

14
  • 3
    On utilise injection, surjection et bijection dans les classes de maths françaises. Sinon, eg.: fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_multivalu%C3%A9e.
    – Frank
    Apr 17, 2023 at 0:32
  • Voir aussi: fr.wikipedia.org/wiki/Relation_binaire. "Relation binaire" fait partie d'une présentation standard de la "théorie des ensembles" en classes de maths.
    – Frank
    Apr 17, 2023 at 0:37
  • @Frank On ne s'occupe en fait que de relations binaires en algèbre. Il n'y a qu'en algèbre universelle que l'on parle de relations n-aires, et cela dans le but de généraliser.
    – LPH
    Apr 17, 2023 at 0:41
  • Oui, oui. Je sais bien, mais comme la question est à mi-chemin entre les maths et l'informatique, je voulais juste apporter des pointeurs pour le côté maths. Du côté informatique, je ne connais pas de terminologie spécifiquement française. Je ne crois pas qu'on utilise injection, surjection, bijection en informatique quotidienne, certainement pas dans le contexte de SQL.
    – Frank
    Apr 17, 2023 at 0:44
  • 1
    Je connais très bien l'informatique. Dans le contexte SQL, je ne pense pas que beaucoup de maths soient requis ou utilisés. Il y a plus de maths dans certains sous-domaines de l'informatique, mais pas trop pour une utilisation quotidienne ("programmeur/développeur") de SQL.
    – Frank
    Apr 17, 2023 at 0:51
0

Je répondrai ici en tant qu'informaticien.
En cours de [Merise][1], on parlait de relation (par abus de langage, cardinalité) « 1, 1 », « 1 n » ou « n n ». Je comprends le commentaire de Teleporting Goat, mais je n'ai jamais utilisé « n m » qu'à un partiel, plus jamais après. De toute ma vie !
Dans le monde professionnel ou en cours d'UML, on utilise « one to one », « one to many », « many to one » et « many to many ». La francisation serait ici curieuse, voire attirerait les moqueries.

De manière générale, en informatique, on utilisera l'expression anglaise - sans oublier bien sûr de rajouter un accent français bien marqué : « sraid » pour “thread”, ou « line keudine » pour “LinkedIn”.

[1]: je fais de l'informatique de gestion depuis une vingtaine d'années. J'ai été étudiant à Aix peu après Tardieu, Espinasse et Le Moigne.

1
  • Bienvenue Olivier. Est-ce qu'il y a une source qui n'est pas le commentaire pour la question des maths ?
    – livresque
    Apr 19, 2023 at 22:28

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.