2

Je suis troublé par l'ajout des pronoms objets comme le ou la à des verbes pronominaux. Dans se la raconter ou bien se le faire ; à quoi réfère la, à quoi réfère le ?

On peut prendre ces phrases comme exemples :

Il se l'ai fait dérober il y a 2 ans.

Toujours, il se la raconte.

Je voudrais plus spécifiquement parler d'expressions non figées.

Ce serait bien de pouvoir comprendre le sens de ces expressions relativement au sens du chaque mot.

10
  • 1
    Je ne suis pas certaine de pouvoir mettre se la raconter et se le faire sur le même plan. Se la raconter est une expression où effectivement on a du mal à identifier la à quelque chose de précis (c'est même pas « une histoire » parce que « se la raconter » ça peut aussi se dire « se la péter », « se la jouer », et toutes ces expressions synonymes sont argotiques), et la reste la (jamais avec le à ma connaissance.)
    – None
    May 13, 2023 at 18:52
  • 1
    Par contre je pourrais dire je vais me le faire, ou je vais me la fairele ou la représente effectivement un l'individu que je veux « démolir ». À moins que ne penses à l'expression on ne me la fait pas ( : c'est pas à moi qu'on va faire croire ça) , où effectivement la s'est pas substituable. Tu peux préciser ?
    – None
    May 13, 2023 at 18:53
  • Désole d’avoir être assez flous. Je voulais plus spécifiquement parler des expressions pas figé. May 13, 2023 at 18:59
  • Ca serait bien quand meme de savoir le sens que ces expressions traduisent par rapport au sens du chaque mot. May 13, 2023 at 19:04
  • Quand je vois juste se le faire ou se la raconter je pense tout de suite aux expressions argotiques. Pour être clair il faudrait que tu emploies ces mots dans des phrases, ce sera plus simple à comprendre ce que demandes.
    – None
    May 13, 2023 at 19:08

1 Answer 1

3

Est-ce que ton frère peut me prêter son vélo ?
Non, il se l'ai fait dérober il y a deux ans.

Dans cette phrase se faire + infinitif est une forme de voix passive1. Le complément d'objet direct l est identifiable d'après le contexte : il s'est fait dérober quoi ? → son vélo.

De même :

— Est-ce que tu peux me prêter ta voiture ? — Non, je me la suis fait voler hier.

Pour moi « il se la raconte » sans contexte, c'est l'expression argotique se la raconter. C'est toujours un verbe pronominal, et donc bien sûr se se modifie si on conjugue le verbe (je me la raconte, tu te...) mais la ne remplace rien et reste la. Avec un peu d'imagination je pourrais dire que la est mis pour histoire parce que ce qu'on raconte le plus ce sont des histoires... mais c'est une interprétation tout à fait personnelle. Une expression synonyme de se la raconter est se la péter, et on pourrait penser que la est mis pour tête (qui va péter/éclater tellement je suis orgueilleux) mais encore une fois c'est personnel.

On peut bien sûr trouver un contexte où « il se la raconte » ne serait pas argotique, c'est à dire où raconter serait employé dans son sens propre. On a forcément le mot histoire pas loin. J'ai trouvé deux exemples :

Il se la raconte cette histoire, il vérifie ses incohérences, la modifie. Se la raconte une nouvelle fois. Puis, il laisse décanter.
Il se laisse aller, raconte l'histoire à Yvan autant qu'il se la raconte, une nouvelle fois.

Si on avait histoires (pluriel) on aurait se les raconte.


1 Voir cette leçon pour la formation et les réponses à cette question pour une analyse plus poussée de la structure.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.