2

C’était aussi l’avis des autres, mais ils restaient quand même, malgré la chaleur meurtrière. Rambert montra son laissez-passer au sergent qui lui indiqua le bureau de Tarrou. La porte en donnait sur la cour. Il croisa le père Paneloux, qui sortait du bureau.

Comment analyser ce pronom ? Il n'est ni cod ni coi. On s'attend simplement à « La porte donnait sur la cour. ». On a l'impression que l'auteur fait du pronom un complément de nom, une notion qu'on ne trouve nulle part (« la porte du bureau »). À moins qu'il ne s'agisse d'une construction très rare (ce que je ne crois pas), il y aurait une erreur.

2
  • Bizarre de suggérer la possibilité d'une erreur dans un texte d'un prix Nobel de littérature... Un auteur tel que Camus serait plutôt une référence, qui fournira des exemples à TLFi, LBU et bien d'autres.
    – Frank
    May 23, 2023 at 2:54
  • Il existe bien une collection des erreurs faites par Victor Hugo et d'autres aussi célèbres que lui. Je ne présume de rien dans ce domaine, et, franchement, cette construction grince dans mes oreilles. D'après ce que j'ai lu elle carrément interdite lorsque le verbe a un complément d'objet (« Le soleil se lève ; les rayons en percent les nuages à l'horizon. »). Il n'y a pas loin de cette construction à celle du texte de La Peste.
    – LPH
    May 23, 2023 at 4:30

2 Answers 2

6

Cet en est bien le bureau de Tarrou. Aucune erreur. C'est une construction assez courante. On peut dire par exemple:

il avait une maison. Le toit en était pourri.

Il avait lu un livre. La lecture en avait été difficile.

3
  • 1
    Dans le jardin , en suivant cette issue , Est un pavillon isolé ; La porte en donne sur la rue ... Scribe
    – None
    May 22, 2023 at 15:44
  • 1
    Quels sont les principes de grammaire auxquels vous faites référence ? Je viens de faire un peu plus de recherche et j'ai découvert ceci dans l'article 609 (c 2°) du LBU : « Le nom déterminé est sujet, le possessif prédomine, même si l'antécédent est non humain.». Ce serait donc assez rare.
    – LPH
    May 22, 2023 at 15:59
  • 2
    @LPH je confirme que c'est un usage courant. Voir cnrtl.fr/definition/en EN(2) Ma mère était à moi, personne ne m'en contestait la tranquille possession (Sartre, Mots,1964, p. 17) May 22, 2023 at 16:28
2

Le pronom remplace le complément du nom porte (la porte du bureau), c'est-à-dire bureau . La prédominance du possessif peut être renversée par le désir d'éviter l'équivoque d'un référent possible à l'animé :

Ce qui l'accablait encore plus que la souffrance du monde, C'EN était l'imbécillité (R ROLLAND, Pierre et Luce, p. 24) (LBU14, 609 c 2°)

Mais entre la porte de Tarrou et la porte du bureau de Tarrou, il n'y a qu'un pas, de métonymie... sauf qu'on semble aimer l'ordre grammatical. Reste que prédominance ne signifie pas exclusivité et je trouve la porte donnait sur la cour imprécis.

1
  • 1
    En l'absence d'ambiguité sur "l'appartenance" de la porte, j'aurais préféré "Sa porte donnait sur la cour".
    – Graffito
    May 22, 2023 at 17:39

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.