5

On m'a appris qu'en général, on dit

Que faire ?

et

Je ne sais pas quoi faire.

Cependant, je lisais ce matin, et j'ai trouvé la phrase suivante (La nausée, "Lundi", vers page 82 selon l'édition):

Devant le passage Gillet, je ne sais plus que faire.

Clairement, je ne pense pas que Sartre a fait une erreur de syntaxe, donc je me demande quelle règle permet l'usage de « que » ici. Est-ce que j'ai appris quelque chose d'incorrect ? Ou, s'agit-il d'une exception que je n'ai pas apprise ?

2
  • J'ai trouvé cette question après avoir répondu. J'ai cru d'abord à un doublon, mais après réflexion je n'en suis plus si sûre. La question de Derek Allums me semble plus spécifique.
    – None
    May 26, 2023 at 7:57
  • 1
    Même chez Boris Vian, il faut un r : Jean-Sol Partre (L'Écume des jours).
    – LPH
    May 26, 2023 at 8:09

1 Answer 1

8

Je ne sais (plus) que faire est correct et pas une originalité de Sartre. Quelques exemples choisis parmi ceux trouvés dans Le bon usage1 :

  • La pauvre mère ne sait plus qu'inventer (Daudet)
  • Je ne savais plus que penser (P. Mac Orlan)
  • Ils ne savent qu'inventer sur nous, égoutiers (Giraudoux)

Voici ce que dit Le bon usage :

[...] Dans l'interrogation indirecte, que s'emploie comme attribut ou complément d'objet direct après avoir, savoir, pouvoir, pris négativement et suivis d'un infinitif, parfois aussi après des verbes comme chercher, se demander, etc. suivis d'un infinitif.

Et en note :

Dans l'usage ordinaire, et même dans la langue littéraire, que, ainsi employé, le cède de plus en plus à quoi, qui est plus étoffé, plus expressif : Ne sachant quoi faire (A. Gide). — Je n'aurais pas su quoi répondre (H. Bosco). — D'ailleurs que, dans certains cas, peut être équivoque ; par exemple : Il ne sait que chercher peut signifier : 1º il ne sait quelle chose chercher ; 2º il ne sait rien faire d'autre que chercher. — Pour G. Gougenheim (Études de gramm. et de vocabul. franç., p. 124-29), le principe de différenciation entre que et quoi devant l'infinitif est la structure phonétique de l'expression ; que s'explique par l'attitude psychologique, et quoi par l'idée de la réalisation concrète. « Un homme qui se trouve dans une situation difficile exprimera son embarras en disant Je ne sais que faire ; un enfant qui s'ennuie dira Je ne sais pas quoi faire. »

La grammaire Larousse du français contemporain2 disait la même chose en le formulant différemment :

Que et quoi alternent quand la question porte sur l'objet direct d'un verbe à l'infinitif : Le Saint-Père ne sait pas que faire, que dire, que penser (Prévert). Alors, quoi faire ? Je ne sais pas quoi faire.
Que interroge plutôt sur l'action et quoi, de façon plus insistante, sur le contenu de l'action.

Quelques exemples trouvés dans la littérature contemporaine :

Soudain, il essuie ses yeux pleins de larmes et je ne sais que faire. (Jenifer Donaldson, ‎Pauline Vidal)

J'ai la tête en feu et je ne sais que faire, hormis confier mon CV au vendeur de marrons grillés (Federica Bosco)

110e édition, 1975
2 Jean-Claude Chevalier, Claire Blanche-Benveniste, Michel Arrivé et Jean Peytard, 1964.


Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.