-4

c'est assez discuté

Il s'agit d'une famille de tournures puisqu'on trouve aussi c'est assez parlé, d'ailleurs plus souvent.

Les construction avec « c'est assez » n'autorisent pas un participe passé selon le (TLFi).

On utilise l'auxiliaire « avoir » avec « discuter », et de toute façon « ça a assez discuté » ne correspond pas : ça ne peut être employé que dans de rares cas.

Comment analyser ces formes ? Principe grammatical ou expressions figées ? Je ne vois que cette dernière solution mais sait-on jamais.

(Le sens est « c'est assez de discussions ».)

6
  • 2
    « Les construction avec « c'est assez » n'autorisent pas un participe passé. » ?????? Assez dans le dictionnaire de l'Académie (1.4). Si même l'Académie Française « l'autorise » !
    – None
    Jul 11, 2023 at 15:32
  • @None Il n'y a pas d'explication dans le TLFi. L'académie donne quelque chose en plus : « C’est assez disputé. », mais aucune explication. Tout ça c'est très bien, mais on s'intéresse à la grammaire ici, c'est une question de grammaire. Pourquoi ce vote négatif ? C'est bien à vous que je dois ce vote négatif et vous le justifier par quoi ? Vous jouez sur un petit mot qui manque, (selon le TLFi) ?
    – LPH
    Jul 11, 2023 at 16:20
  • 1
    Ah ! Je n'ai pas été clair(e), j'ai cité l'affirmation qui m'avait fait réagir. La question contient une affirmation faite de façon péremptoire, sans citation, justification, etc., pour moi la question a été posée sans recherche préalable. Inutile : risque de mise en erreur de quelqu'un qui ferait confiance à ce qui est écrit de façon aussi assurée. Explication claire sur le site de l'Académie : « Sert à exprimer que la mesure est comble ». C'est une tournure certes un peu désuète (le dic. de l'Académie donne c'est assez parlé dès sa première édition) mais encore vivante de nos jours.
    – None
    Jul 11, 2023 at 17:17
  • @None Ce que ça signifie n'est pas le sujet de la question, je connais ces expressions, et leur sens. C'est leur statu grammatical que la question aborde.
    – LPH
    Jul 11, 2023 at 17:25
  • « L'académie donne quelque chose en plus : « C’est assez disputé. », mais aucune explication. » « aucune explication », suivi de rien. je disais que si, il y en a une.
    – None
    Jul 11, 2023 at 17:34

2 Answers 2

2

Les expressions avec c'est assez autorisent bel et bien un participe passé (c'est tout simplement une tournure passive dans de nombreux cas, mais pas tous) et sont assez courantes.

Deux sens possibles (au moins?) pour c'est assez discuté:

  1. un sujet de conversation, qui sera dans le contexte, est discuté par de nombreuses personnes, il y a controverse - il s'agit ici d'une litote ou d'un euphémisme;
  2. il n'est plus nécessaire de discuter, celui/celle qui dit c'est assez discuté veut mettre un terme à la discussion, le sujet a été suffisamment discuté.

Autres expressions courantes avec c'est assez (attention, les nuances peuvent varier suivant les expressions): c'est assez disputé, c'est assez pensé, c'est assez vérifié, c'est assez tergiversé, c'est assez réfléchi, c'est assez employé, c'est assez déterminé, c'est assez répandu, c'est assez dormi ... et bien d'autres.

On trouve par exemple chez Molière (Le Médecin malgré lui, acte I, scène 5, 1666):

Sganarelle. – La, la, la… Ma foi, c'est assez travaillé pour boire un coup ; prenons un peu d'haleine.

Comme pour c'est assez discuté, l'expression c'est assez travaillé peut avoir plusieurs sens, par exemple, que Sganarelle estime qu'il a suffisamment travaillé et peut donc prendre une pause, ou bien, dans un autre contexte, c'est assez travaillé pourrait signifier que quelque chose a été suffisamment élaboré, ou recherché, ou fait preuve d'un certain travail qui a produit un résultat remarquable.

Merci @Marck, @None et @jiliagre pour les suggestions, corrections et compléments.

17
  • 1
    Oui, et d'ailleurs on dit même plus souvent "C'est assez !" ou "Assez !" pour signifier qu'on en a marre de parler d'un sujet !
    – Marck
    Jul 11, 2023 at 15:50
  • @Marck Tu aurais d'autres exemples pour ma liste? J'ai l'impression d'avoir tapé un peu toujours dans les mêmes.
    – Frank
    Jul 11, 2023 at 15:51
  • Laquelle : celle des sens possibles ou celle des expressions ?
    – Marck
    Jul 11, 2023 at 15:59
  • 1
    C'est assez dormi bande de marmottes !
    – None
    Jul 11, 2023 at 15:59
  • 1
    @Frank au temps pour moi, je n'avais pas bien compris ton point 1. ! En effet, ça me semble correct
    – Marck
    Jul 11, 2023 at 18:44
1

Le TLFi est un grand dictionnaire mais pas une grammaire et ses choix lexicographiques de syntagmes, tournures ou locutions ne sont ni exhaustifs ni déterminants. Si une question faisait de ses choix une affirmation péremptoire elle serait frivole alors que dire d'une question qui ferait une prémisse par extrusion de son absence de présentation ? Rien ne détaille entièrement la langue sauf l'entièreté de son usage.

Ceci dit, une manière de relier la tournure à un choix de présentation de la grammaire est de l'associer au contexte de l'infinitif attribut sans préposition (vouloir, c'est pouvoir). Et éventuellement à la concurrence entre l'infinitif et le participe passé dans une variété de ce contexte où le pronom peut représenter autre chose qu'un infinitif tout en pouvant ordinairement être remplacé par un infinitif (Le propos paraphrase de très près Le bon usage, Grevisse et Goosse, éd. Duculot, 14e § 913 a R3). Avec un adverbe, « C'est assez PARLER de cet homme » (Green, cit. au LBU) :

Dans ce cas-là, l'infinitif est concurrencé par le participe passé : C'était chouettement RÉPONDU. — Six ans d'exil [...] était-ce si cher PAYÉ [...] ? (POIROT-DELPECH, dans le Monde, 20 mai 1977.) - L'Ac. 1932 donnait côte à côte, s. v. assez, C'est assez parlé, assez disputé et C'est assez PARLER, assez DISPUTER; en 2001, elle se contente de C'est assez DISPUTÉ, ce qui est regrettable. — L'hésitation existe aussi dans des phrases sans verbe conjugué : Mais assez PARLER de moi... (GIDE, Faux-monn., III, 7.) — J'ai raison et vous le savez. Assez DISCUTÉ (FARRÈRE, cit. Sandfeld, t. III, § 43).

[ Le bon usage, Grevisse et Goosse, éd. Duculot, 14e § 913 note R3 verbatim ]

Il s'agit encore une fois d'un phénomène où il y a hésitation et concurrence. Où il y a nuance, abstraction, pragmatisme et aucun couperet qui ne tombe sur un pan de la langue...

1
  • +1 En fait, si je voulais vraiment, je pourrais même utiliser c'est asser parler de cette homme et c'est assez parlé de cet homme avec une petite nuance: l'infinitif est plus proche d'une abstraction ("c'est assez parler de cet homme que de dire qu'il était marin", mais on n'a pas eu de discussion à ce sujet) alors que le pp évoquerait plutôt la clôture d'une discussion qui a eu lieu. Mais je ne dis pas qu'il y a forcèment une énorme différence - bel et bien hésitation et concurrence.
    – Frank
    Jul 12, 2023 at 6:01

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.