6

Je viens d’apprendre le substantif sillage et j’y ai noté une similitude avec sillon. Les deux signifient un désordre longitudinal qui reste comme rayure ou trace à la surface d’une substance molle après le passage d’un objet rigide — la coque d’un vaisseau sur l’eau et la charrue sur le sol.

Le CNRTL n’indique aucune consanguinité étymologique. Est-ce que mon intuition m’a mis en erreur ? Même si ce n’est que coïncidence, j’en profiterai comme aide-mémoire.

1
  • @None, je j'ai modifié selon ton conseil. Dec 31, 2023 at 9:31

2 Answers 2

3

Selon moi ton intuition ne t'a pas trompé. Sillon et sillage sont apparentés selon le Dictionnaire de l'Académie et le Dictionnaire culturel en langue française.

Dictionnaire de l'Académie

SILLON nom masculin Étymologie : XIIe siècle. Dérivé de l’ancien français silier, « labourer », lui-même tiré du gaulois *selj‑, « amasser la terre ».

et

SILLAGE nom masculin Étymologie : XVe siècle. Dérivé de siller I.

De là donc allons à siller I et on est renvoyé à la même étymologie que sillon.

I. SILLER conjugaison verbe intransitif Étymologie : XVe siècle. Dérivé de l’ancien français silier, « labourer », lui-même tiré du gaulois *selj‑, « amasser la terre ».

Le Dictionnaire culturel en langue française reprend ce parcours et en ajoute un autre possible, les deux arrivant à un lien de parenté entre sillon et sillage.

Sillage (XVe s. seillage, sillage 1574 ; dér. de l'ancien verbe siller « tracer son sillage » (d'un navire) [1484], au fig. 1566, Siller représente un emploi figuré de l'anci. franç. silier → sillon)

Sillon (1462, Villon, réfection de seillon (v. 1200 « mesure [de terre] », sans doute plus ancien d'après le diminutif seillonet (v. 1175) ; p.-ê. dér. de l'anc. franç. silier « labourer » (1322), issu d'un lat. pop., seliare, d'un rad. gaullois **selj-. Cette hypothèse (retenue par Wartburg) repose sur l'anc. fraç. seil « sillon » (v. 1210) et le rhéto-roman saglia « bande étroite au milieu d'un pré fauché ». Selon P. Guiraud, sillon viendrait du verbe siller (1484 seiller) « faire un sillage », qu'il rattache au lat. pop. *seculare, du lat. class. secare → scier)

2

Sauf erreur de ma part, une parentée apparaît bien dans le CNRTL, même si c'est un peu noyé dans le paragraphe : Il est indiqué que tous deux dérivent d'un même verbe silier ou siller.

https://www.cnrtl.fr/definition/sillon

Sillon : (...) Dér. de l'anc. verbe silier (siller*); suff. -on*.

https://www.cnrtl.fr/definition/sillage

Sillage : (...) Dér. de siller*; suff. -age*;

d'ailleurs, voici ce que ce même CNRTL donne pour cet ancêtre commun siller : https://www.cnrtl.fr/definition/siller

Empl. fig. de l'a. fr. silier « labourer avec la charrue » (1322, Runk., p. 39) qui survit dans les parlers du Bas-Berry, de l'Yonne et du Rouergue (FEW t. 11, p. 416b) et qui continue très prob. un gaul. *selj- « amasser la terre », d'où aussi l'a. fr. seil « sillon » (ca 1210, Herbert de Dammartin, Foulque de Candie, éd. O. Schultz-Gora, 1998; v. aussi la note de l'éd.) et le rhéto-rom. saglia « bande étroite au milieu d'un pré fauché sur laquelle on étend l'herbe du pré entier ».

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.