7

Quel est le meilleur moyen de dire ça en français ?

Selon mes recherches sur le réseau informatique, les deux formes sont également acceptées parmi les francophones natifs, mais peut-être s'agit-il d'une règle du choix sociolinguistique ou cognitif ?

  • As a side note, please never say or write "il y a-t-il [...] ?". – Destal 21 hours ago
11

Non, une seule forme est acceptable : Y a-t-il, qui est juste la forme interrogative de Il y a. Dans cet usage, il ne se rapporte pas à une personne, mais à un état général.

Dans cette forme impersonnelle, on ne dit jamais il y ont, ni même ils y ont.

Il y a des étoiles dans le ciel.

Y a-t-il des étoiles dans le ciel ?

Cela vient de la conjugaison du verbe avoir.

Dans la forme personnelle, on peut s'exprimer au pluriel :

Ils ont été à Marseille ; y ont-ils vu une sardine dans le vieux port ?

... Forme correcte (mais tout le monde sait qu'il n'y a pas de sardines dans le port de Marseille).

Vous pourrez trouver les détails sur la forme il y a sur le tlfi, à Il, forme atone, B tournure impersonnelle, 5 avec verbes attributif, et c). (ouf).

  • 1
    Je pense que ce n'est pas pareil, car Ils y ont vu une sardine amène Il y a vu une sardine (y = dans le port), qui n'est pas le même il qu'avec Il y a une sardine Et la question portait sur le Il y a qu'il n'y a pas de ils y ont, dont j'invitais à ne pas confondre avec le Ils y ont qui a Il y a, mais différemment. On le voit bien, non ? – Istao Mar 11 '13 at 21:13
  • Voilà, j'ai modifié en essayant d'expliquer la forme il y a, et en supprimant le jamais. – Istao Mar 12 '13 at 7:36
7

Y a-t-il, tout comme il y a, est une tournure qui utilise le pronom impersonnel il, celui-ci est toujours employé au singulier.

4

Non, c'est beaucoup plus simple que ça. On écrit toujours y a‑t‑il, y a‑t‑ils n'est pas possible en français. Le sujet est le pronom impersonnel il, singulier. Et il reste au singulier même quand il y a des millions de fourmis. C'est exactement comme en allemand (es gibt). Au contraire des tournures anglaise et grecque, où les fourmis sont le sujet.

4

Pour une affirmation, Y a-t-il se transforme en il y a. Il n'y a donc pas de "s" à il.

  • C’est Y a-t-il, avec deux traits d’union pour le t euphonique. – Nicolas Barbulesco Nov 1 '13 at 13:09
  • 1
    @Nicolas Barbulesco: tout à fait, un oubli de ma part. – Zistoloen Nov 1 '13 at 13:15
0

Selon cet article :

Règle 1 : on ajoute un « t » euphonique dans les formules interrogatives pour faciliter la prononciation et éviter que deux voyelles se suivent. Toutefois, si le verbe conjugué se finit par un « t », alors il n’est pas nécessaire d’ajouter un « t » euphonique.

Règle 2 : un « t » euphonique ajouté pour faciliter la liaison entre deux voyelles est toujours entouré par des tirets. Ainsi, dans les formules interrogatives de forme « y a-t-il », on n’ajoutera pas de tiret entre « y » et « a » mais seulement entre « a » et « il » afin d’encadrer le « t ». On écrira donc toujours « y a-t-il » et non « y a t-il » ou « y-a-t-il ».

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.