24

Le sens de l'expression, comme si rien ne s'était passé, est relativement clair pour quiconque a déjà rencontré l'expression en situation, mais pourquoi cette forme étrange ? Savez-vous d'où vient cette construction particulière avec un « de » qui semble superflu ? Pourquoi l'usage n'a-t-il pas penché en faveur du plus simple et plus court comme si rien n'était ?

Merci pour vos avis éclairés.

  • 1
    Peut-être l'original était-il "Comme s'il ne s'agissait de rien" ou quelque chose dans le genre... – Alexis Pigeon Apr 15 '13 at 11:19
  • En tout cas, le Wiktionnaire sèche lui aussi... – Alexis Pigeon Apr 15 '13 at 11:23
  • @Alexis J'avais moi aussi le sentiment que l'expression était le résultat d'une contraction, sans parvenir à savoir laquelle. Mystère... – RomainValeri Apr 15 '13 at 11:40
  • Il y a un peu d'explications ici mais pas de réponse complète. – WoJ Apr 15 '13 at 12:23
11

Il me semble que :

  • L’expression figée « comme si de rien n’était » ou « comme si rien ne s’était passé » date du 17e. Elle était écrite en italique à l'époque car les gens la trouvaient familière. C'est le cas de Balzac (Ursule Mirouët, IV) ou Gide (Journal, 25 oct. 1938).

  • Comme si rien n'était existe, mais est désuet.

  • Certains grammairiens voient ce de comme un sujet, d'autres comme un attribut. Mais c'est la première qui est manifestement la plus favorisée.

  • Le de sert à indiquer que l'expression est une situation particulière et non pas prise dans le sens « comme si rien n'existait » (R. Martin, Le mot « rien » et ses concurrents en français, 1966).

  • (+1) La réponse est excellente, mais si jamais tu avais une source, un lien ou une référence sous la main pour étayer le propos, ça me déciderait plus vite à accepter la réponse expressément... – RomainValeri Apr 25 '13 at 1:48
  • 1
    J'ai trouvé cela en farfouillant sur internet et j'ai essayé de le regrouper. Mais mes connaissances n'ont pas cette portée. J'ai édité la réponse pour ajouter des sources. – Xaltar Apr 25 '13 at 6:56
  • @Xaltar: SVP, pourriez-vous éclaircir la raison pour laquelle on interpréterait, encore moins certains grammairiens, ce de comme un sujet"? Je ne le pige pas. – Greek - Area 51 Proposal Sep 7 '13 at 7:19
5

Le TLFi inclut dans la section étymologique de rien une ancienne expression, quoique la connexion étymologique laisse à désirer:

loc. adv. ca 1160 ne ... de rien « en aucune manière, nullement » (Eneas, 1821: Quant il de rien ne me conforte); 1377 ne ... en rien « id. » (Gace de La Buigne, Deduis, 1554 ds T.-L.).

Par ailleurs, on ne peut pas ajouter de dans ta phrase-exemple (*comme si de rien ne s'était passé), au même titre que *comme si rien n'était est incorrect. La tournure avec de a donc probablement eu un sens précis à une certaine époque. Je note que d'autres expressions vieillies sont citées avec de: n'être de rien, servir de rien (II.B.6.a,g), et même l'expression de rien en réponse à un remerciement.

1

Je relis vos réponses* avec le recul (6 ans !), et il me semble au final que ce "de" est à rattacher à l'usage du mot "rien" (comme dans l'expression "rien de tout ceci"), c'est peut-être la forme larvée de

Comme si rien de ceci n'était...

qui aurait subi une inversion

Comme si[,] de ceci[,] rien n'était...

puis la disparition progressive du "ceci" qui alourdit la forme

Comme si de rien n'était...


* (C'est le dernier point évoqué par Xaltar qui m'a suggéré cette réponse, merci à lui)

1

Une explication possible se trouve peut-être dans cet extrait :

Mais c’est cela même qui est le principal artifice de votre conduite, de faire croire qu’il y va de tout en une affaire qui n’est de rien. Blaise Pascal, Les Provinciales, 1657

Il faut comprendre qui n'est constituée/créée/faite de rien.

La préposition de serait alors proche de celle de l'expression toujours actuelle « de rien du tout » (insignifiant) comme dans :

Un affaire de rien du tout.

Un bobo de rien du tout.

Il est de rien du tout, ton bobo.

etc.

  • 1
    Intéressant. Ce qui reste cependant inexpliqué en suivant cette ligne d'analyse, c'est la négation. "Rien" appelle la négation : "Rien n'était.". En revanche, si le sujet (implicite) est "Une affaire de rien", la négation n'a plus sa place. Serait-ce une négation apparue "par erreur" à cause de l'euphonie due à la liaison "...rien_était..." ? – RomainValeri Sep 26 at 10:25
  • @RomainValeri Plutôt qu'une erreur, ce pourrait être un ne explétif comme dans je le voyais plus grand qu'il n'était. – jlliagre Sep 26 at 11:24
  • @jiliagre Oui, merci, c'est tout-à-fait ça, le terme "explétif" ne m'était pas revenu :-) – RomainValeri Sep 26 at 11:27

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.