1

Pas vraiment un duplicata, mais lié tout de même :
Comment décide-t-on du genre des néologismes en français? (How is the gender of new words decided in French?)

En parcourant quelques pages de documentation informatique en français, je tombe sur un mot technique en anglais, query (= requête), qui désigne un mot clé d'un langage de programmation. L'auteur parle d'une query, ce qui sonne faux dans ma tête, ayant toujours parlé d'un query.

Au vu du nombre de mots techniques que je croise dans ce domaine, je me pose la question : comment décider si un mot est masculin ou féminin en français alors que le mot est anglais et ne doit pas être traduit. On ne pourrait pas dire « boucler avec un tant-que » au lieu de « boucler avec un while », ça n'aurait pas de sens.


Note : Les termes écrits en code sont bien des codes et non des anglicismes. Ma question n'a aucun rapport avec des mots devenus français par emprunt à une langue étrangère, elle porte sur le genre des commandes informatiques en tant que telles.

  • 2
    Je dirais, sans en avoir une preuve formelle, que le genre est celui de la traduction en français, et le masculin si cette traduction n'existe pas. Et je n'ai jamais dit un query :) – Alexis Pigeon Apr 19 '13 at 11:10
  • Je ne vois pas en quoi ce n'est pas un doublon, que ce soit dans le cadre d'un jargon ou pour des néologismes d'usage plus large, le genre de nouveaux mots se détermine de la même manière: par l'usage influencé par les finales, les locutions sous-entendues, les mots proches, et le fait que le masculin a tendance à l'emporter. (Personnellement, si j'avais à donner un genre à query, je crois que ce serait aussi féminin à cause du genre de requête justement.) – Un francophone Apr 19 '13 at 11:36
  • Perso, moi j'ai souvent vu des professeurs écrire du pseudo-code avec des boucles "tant que"/"pour" ... (Mais c'est vraiment bizarre) – Hugo Dozois Apr 20 '13 at 13:49
3

En écrivant « un query » ou « une query », je pense que l'on réalise une métonymie, figure de style consistant à désigner un objet ou une idée par un autre terme. Du coup, le genre dépend du mot que l'on sous-entend. Si tu parles d'un mot-clé, tu diras le query bien qu'il soit préférable de dire « le mot-clé query ». Tu noteras par ailleurs l'utilisation d'un article défini. Dire un query n'a pas de sens car cela signifie que le mot-clé n'est pas quelque chose de défini ce qui serait paradoxal.

Si par contre tu désignes la requête et non plus le mot-clé utilisé en programmation, il faudra bien sûr dire « une (ou la) requête » et non « (une ou la) query », cela va de soi.

1

Un query ? Je n'avais jamais entendu cet anglicisme dans la mesure où le terme français est extrêmement utilisé et absolument clair. (comme tu le précisais déjà)

Une requête.

Quand il n'y a pas d'équivalent français réellement utilisé, je comprends très aisément qu'on veuille employer le terme anglais, nous le faisons tous dans le contexte du langage professionnel en informatique, mais là... ! Tu dis aussi « j'ai installé une mouse sur mon computer » ?

  • Outre le fait que la question est plus large que simplement le terme query, je veux signaler que cette utilisation ne m'étonne guère. Ici nous jargonnons beaucoup et notre jargon a beaucoup de mots directement empruntés à l'anglais (domaine technique et société américaine obligent) et certains ont des emprunts qui me surprennent, l'usage français ayant des équivalents très bien établis (p.e. j'ai vu utiliser user pour utilisateur). – Un francophone Apr 19 '13 at 11:30
  • 1
    Ouh là ! On s'est mal compris. Je parlais de la commande query, en tant qu'élément de programmation. Il est bien clair que dans une conversation, j'utiliserais le mot requête, mais là, je parlais du mot-clé query, pas de l'action de faire une requête. – SteeveDroz Apr 19 '13 at 12:05
0

Certains décident en fonction de leur expérience en tant qu'expat ! Quand on se rencontre, au café, ou à l'Alliance Française de notre pays d'accueil, on se fait parfois se genre de remarque :

Ah bon, toi tu dis le bidule ? C'est marrant parce que moi je dis la bidule.

C'est d'ailleurs intéressant comme la communauté des Français à l'étranger a une influence sur l'importation, le produit « fini » en quelque sorte, d'un anglicisme à venir. Je me suis d'ailleurs toujours demandé si un nouvel anglicisme entrera sur le « marché » du vocabulaire français dès lors qu'un ex-expat avec pignon sur rue (éditeur, journaliste, blogger) rentrera en France...

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.