5

Extraits de Advanced French Grammar de V. Mazet :

  • Page 142 :

    If an object's antecedent is an entire clause, use le (l') as the object pronoun. Exemple :

    Je ne t'ai pas dit que j'allais quitter mon poste ? = I didn't tell you that I was quitting my job?
    → Je ne te l'ai pas dit?

    Pourquoi pas « je ne t'EN ai pas dit » ?

  • Page 151 :

    The pronoun en can replace a clause that's not introduced by de, but rather by que. [...] When a verb [...] that usually takes de + object, introduces a conjugated dependent verb, the proposition de (which only introduces an infinitive) won't appear in the sentene. Instead, the conjugated verb is introduced by que.

    Example: J'ai peur que nous soyons retard. → J'en ai peur.

    Pourquoi pas « je L'ai peur » ?

Au demeurant, quand employer « le » ou « en » dans le dessein de remplacer une proposition ? Je ne m'enquiers pas de leurs différences en général. Dans quelles conditions ces deux pronoms sont-ils interchangeables ?

2
  • Je n'ai pas l'impression qu'ils soient interchangeables... Si on se réfère au premier exemple, on pourrait dire : "Je ne t'ai pas dit que j'allais le quitter" ("le" pour "le poste") ou "Je ne t'en ai pas parlé ?" ("en" pour "l'action" derrière le "que"), en changeant "dit" par "parlé". On se retrouve ainsi sur la P151. "en" va remplacer un "que +...".
    – Larme
    Dec 11, 2013 at 11:00
  • Merci de retranscrire les extraits cités le plus fidèlement possible. Dec 11, 2013 at 11:04

2 Answers 2

6

Le et en ne sont pas interchangeables.

Le est un pronom personnel COD qui peut remplacer une personne, une chose masculin ou une idée précédemment citée.

  • Je prends le train → je le prends.
  • Je vois Pierre → je le vois.
  • « Je pense qu'il va pleuvoir » « Je le pense aussi. »

En est un pronom personnel COD qui peut remplacer une chose introduite par un article partitif (du, de la, des) :

  • Bois-tu du vin ? — Non, je n'en bois jamais.

Il peut aussi être COI :

  • Ils n'arrêtent pas de parler de foot ! Ils n'arrêtent pas d'en parler.

Par contre si le COI est une personne en bon français on emploiera comme pronom pour le remplacer « lui », « elle » ou « eux » de préférence à en :

  • Elle parle toujours de son frère → elle parle toujours de lui.

En peut aussi remplacer un lieu :

  • Quand vas-tu aller à la boulangerie ? — J'en viens !

On trouve en aussi dans certaines expressions :

  • s’en aller
  • en avoir assez
  • s'en faire

Dans ces expressions il ne remplace rien.

Pour moi l'exemple que tu cites rentre dans le cas où en remplace une chose COI :

  • J'ai peur que nous soyons retard. → J'ai peur de cela / de ce fait.

C'est « de ce fait/ cela » qui est repris par en, pas directement la proposition subordonnée de la question.

11
  • Merci. Pourriez-vous diriger votre réponse envers le remplacement d'une proposition ? Les différences en général sont inclus dans mon livre et y ont mis déjà en relief.
    – user1995
    Dec 12, 2013 at 4:05
  • @LePressentiment: j'ai ajouté une phrase mais je ne vois pas en quoi le fait que la chose soit un nom commun ou une proposition puisse changer quelque chose.
    – None
    Dec 12, 2013 at 8:33
  • Excusez-moi, je ne sens pas la différence... Par exemple, est-ce que je dois dire "Donc, c'etait un mensonge? Je le suspectais" ou "J'en suspectais"? Jul 26, 2014 at 6:07
  • @SergeiAkbarov Une chose peut être une idée, bien sûr, j'ai rajouté un exemple « Je pense qu'il va pleuvoir » « Je le pense aussi. » c'est comme si on disait « je pense cela aussi ». Donc je le suspectais, le parce que c'est COD et pas COI.
    – None
    Jul 26, 2014 at 6:44
  • Dans « J'en viens » le en est COI. Un complément circonstanciel de lieu deviendrait y ! « J'y chante » (dans le jardin). Jul 26, 2014 at 9:32
2

Je n'ai pas sous la main mes volumes de grammaire (en particulier mon Bon usage), mais mon instinct me donne à croire que peut-être "j'en ai peur" vient du fait que "avoir peur" est normalement suivi d'un complément amené par de. Il faudrait voir si d'autre verbes qui peuvent prendre un complément avec de ou une subordonnée directe (aucun ne me vient à l'esprit sur le moment) sont dans le même cas. Mazet, je l'ai déjà dit, a par moment une analyse qui laisse un peu à désirer.

J'essaierai de revenir sur la question dès que j'aurai mes références accessibles.

8
  • Parler de : « Elle parle toujours de ce qui lui est arrivé » -> Elle en parle toujours. Alors que si on a une personne on emploie de préférence le pronom personnel lui/elle/eux : « Elle parle toujours de de lui » (de son frère).
    – None
    Dec 12, 2013 at 7:58
  • Je pense que ça va plus loin que le fait que le verbe soit suivi de « de » ; c'est le fait que le verbe entraîne un COI qui détermine l'emploi de en. On dirait « je crains qu'il soit en retard » -> je le crains (« en » pas possible ici parce que craindre est suivi d'un COD - que ce COD soit un nom commun ou une action exprimée sous forme de proposition).
    – None
    Dec 12, 2013 at 8:40
  • 1
    @Laure Pas d’accord. Dans le cas de ton COD, le verbe n’est pas suivi d’un de, sauf partitif, et dans ce cas on utilise bien en. Il me semble que c’est bien le de qui fait surgir le en. À part dans les expressions figées, le en remplace effectivement un de dans tous les exemples de ta réponse.
    – Édouard
    Dec 12, 2013 at 12:05
  • @Édouard: Non, un pronom personnel (ici en) ne peut pas remplacer une préposition (ta dernière phrase), il remplace un groupe de mots qui peut contenir ou non une préposition.
    – None
    Dec 12, 2013 at 12:16
  • Je cite le Grevisse, 14ᵉ édition, 676 : « En joue le role d’un syntagme introduit par de. » et 679 « L’antécédent de en et de y. » d) « Ce peut être un verbe, une phrase, etc. »
    – Édouard
    Dec 12, 2013 at 13:10

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service and acknowledge you have read our privacy policy.