76

Explication D'après Orthotypographie, de Jean-Pierre Lacroux, à Ponctuation : […] cette convention est motivée, utile, efficace, salement subtile. Comme vous le savez — et comme le pressentaient les typographes d’antan —, le lecteur ne lit pas lettre à lettre. Les mots ont une « silhouette » ; or, quand elles ne sont pas isolées par une espace, les ...


49

This is a huge question. If someone has the time to give a more thorough overview, I invite them to, but here's a quick set of points to consider. Most of these end consonants are no mystery: they come directly from Latin (temps < tempus, pas < passum, roux < rossus, etc.). In Latin, there are regular rules for word stress, and they are rarely on ...


37

I'll add my two cents from a translation angle, even though I don't have a solid answer. This is an excellent question from the point of view of a translator, because it gets at an issue translators sometimes face: multilingual sources where the use of a different language in the source carries a particular weight but might be meaningless to the target ...


34

I really don't think there's an equivalent. French has a particular status for other countries, but I can't see a language that would be the same for French. Not at the same level at least. Maybe some German words, for philosophy and such, but that's pretty much it. It makes you sound cultivated, but not necessarily "fancy" (plus you really need to be ...


20

In addition to Luke's answer, here are some comments about each of your examples: Temps was often written tems, tens or even tans in Old French. When French spelling was standardized, the variant including p, despite being already silent, was selected because it reminds the p that was present in Latin. The ending s was pronounced at that time. Unlike ...


19

Pour la grammaire, selon Grevisse (Bon Usage, §471 a.), amour s'emploie au masculin ou au féminin lorsqu'il est pluriel, le féminin pluriel est plus fréquent avec un langage plus littéraire, mais presqu'uniquement au sens de « passion charnelle » (des amours maternelles, par exemples, serait généralement considéré incorrect). On le rencontre aussi, mais plus ...


18

There is no such language in France. I think we need to take a step back: Why is French perceived as "fancy" or "classy"? From the Wikipedia History of French: Modern French article: From the 17th to the 19th centuries, France was the leading power of Europe; thanks to this, together with the influence of the Enlightenment, French was the lingua ...


18

Probably Latin. Some examples of Latin words or phrases that a native French speaker could use to sound posh: ab abrupto instead of abruptement ad honores instead of pour l'honneur ergo instead of donc A caricature of this is found in the Astérix series where Latin phrases are used by Romans as a Frenchman would use them when they want to sound posh. ...


17

In the oldest time, you could have the "strong" form non, hence nonobstant, nonchalant, non-recevoir... But the most common form of the negation was in fact ne alone. Eventually emphatic elements were added, which varied depending on context: Je ne mange mie ("I don't eat a crumb"), je ne vois goutte ("I can't see a drop [of water]"), je n'avance pas ("I don'...


17

The gender of letters is masculine nowadays but that wasn't always the case for some consonants, including m. TLFi Rem. Les noms désignant les lettres f, h, l, m, n, r, s sont traditionnellement féminins (il s'agit des noms en -e : effe, ache, elle, emme, enne, erre, esse, d'apr. la transcr. orth. ds Lar. 20e). On commence par attribuer le genre masc. ...


16

Cette graphie est due à la nasalisation, puis dénasalisation de la voyelle placée devant la consonne nasale [m]. Ce phénomène a touché toutes les voyelles placées devant des consonnes nasales. L'explication la plus simple que j'ai trouvée est ici : Les consonnes nasales doubles nn et mm sont des graphies historiques ; elles correspondent à une ...


15

Technically, the first document to state this into law was the Ordinance of Villers-Cotterêts in 1539 (En, Fr), which replaced Latin with French as the required language of the courts and chanceries. For the most part, there was high tolerance of regional languages ("patois" as the french derogatorily liked to call them) until about the revolution, and ...


15

Bar Les anglais ont pris l'ancien français barre au XIIe siècle sous la forme bar. Le mot y a d'abord désigné une barrière, puis le comptoir de taverne qui servait de séparation entre l'endroit où on servait les boissons de celui où on les buvait. Au XVe siècle le mot a désigné la taverne elle-même et il est revenu en France au XIXe siècle pour désigner ...


15

We often call the French language "la langue de Molière". Molière was a playwright and actor who lived in the 17th century, and he is well-known for his comedies such as "Tartuffe" or "L'Avare".


14

I'm neither a historian nor a linguist... so not authority on the subject, I only have schoolish memories....but my first impression is that you think that the Franks were the ancestors of the French people and of the French language. Well, there is more to it! The Franks were a tribe that occupied regions of northern Europe (regions now in Germany, the ...


14

Selon le Petit Robert : Gendre. Le mari d'une femme par rapport au père et à la mère de celle-ci. Beau-fils. Pour un conjoint, Fils que l'autre conjoint a eu précédemment. Un gendre est donc le mari de son propre enfant et un beau-fils est le fils d'un nouveau conjoint (ou conjointe) issu d'une union précédente. Pour ce qui est de beau-père, ...


14

In fact the classification is at least 6000–8000 years old and dates back to Proto Indo European (also the ancestral language of English, Hindi, Russian, and many others) where there were at first two "genders" (animate and inanimate) and then three genders: masculine, feminine and neuter. It's possible that these evolved out of genuine religious belief ...


13

J'ai entendu la même allégation plusieurs fois, mais je dirais que les deux variétés ont évolué de façon différente. En visionnant un vidéo d'une allocution de Jean Lesage en 1960, je peux dire qu'il y a eu une évolution de la prononciation au Québec au cours des cinquante dernières années, alors je ne vois pas comment on aurait pu conserver le même français ...


13

Tu cites quasiment la réponse dans ta question. Le mot latin vilis avait déjà le double sens de « de peu de valeur marchande » (c'est-à-dire pas cher) et de « de peu de valeur morale » (c'est-à-dire vulgaire, méprisable, mauvais). C'est le sens moral (sous diverses nuances) qui s'est imposé dans la plupart des langues romanes : français, italien, espagnol, ...


12

Au Canada, il n'est pas d'usage de mettre une espace insécable devant le ?, le ! et le ;. (Voir Guide du rédacteur). Lorsque nous révisons des textes à mon travail, nous considérons ces espaces comme étant erronées. J'ai appris dans un des mes cours à l'université, qu'anciennement cette espace était d'usage pour des raisons de lisibilité lorsqu'on tapait à ...


12

"Cher", pour une marchandise ou un service, a une idée d'excès. L'opposé ne me semble donc pas devoir être recherché dans une insuffisance, mais dans l'absence d'excès, exprimée par : juste, justifié(e), équitable, raisonnable, modique.


12

Ce n'est pas du patois, c'est vraiment comme dit le texte (« comme eût prononcé la cuisinière de mon grand-père ») un élément de prononciation. Les enfants qui ne savent pas encore bien parler, et certainement les personnes qui ne savent pas lire, (et il est fort possible que ce soit le cas de la cuisinière en question), ont du mal à prononcer certains ...


12

Yes, I agree that tu or vous are not marks of politeness but marks of social distance / deference. That's the reason why French people, regardless of whether they are polite or not, usually do not have to guess what to use. They know if the person in front of them is close enough or not and they remember if using tu was agreed in case the vouvoiement would ...


11

Le huitième dictionnaire de l'Académie liste les cas où moi peut être sujet MOI s'emploie comme sujet, à la place de Je : dans une proposition elliptique : Qui veut aller avec lui? Moi. Il est aussi fatigué que moi. Feriez-vous comme moi? dans une proposition dont le verbe est à l'infinitif : Moi, trahir le meilleur de mes amis! Faire une ...


11

Traditionnellement on traite les Anglais de rosbifs, qui date apparemment au moins du dix-neuvième. Pour des anglais riches ou nobles, milord, attesté également eu moins depuis le dix-neuvième. Et plus récemment... Angliche D'après le wiktionnaire tête carrée, godon, brit et plus récemment bloke Globalement cochon peut s'ajouter un peu partout « Cochons d'...


11

To put it simply, French is Latin mispronounced by Germans. The Franks gave French its name but only a small part of its vocabulary overall: French is not derived from Frankish. The territory that is now France was formerly Gaulish-speaking. After the Roman conquests, vulgar Latin slowly became the dominant language. Only a small part of the population ...


11

Il me semble que : L’expression figée « comme si de rien n’était » ou « comme si rien ne s’était passé » date du 17e. Elle était écrite en italique à l'époque car les gens la trouvaient familière. C'est le cas de Balzac (Ursule Mirouët, IV) ou Gide (Journal, 25 oct. 1938). Comme si rien n'était existe, mais est désuet. Certains grammairiens voient ce de ...


11

Personnellement il m'arrive de prononcer [dō] quand je parle de façon relâchée et que le mot donc n'est pas placé en finale de phrase et qu'il n'y a pas de liaison à faire. Par exemple : Tu viens don(c) pas avec nous ? Mais je suis apparemment atypique d'après les deux ouvrages que j'ai consultés et qui répertorient la disparition de la finale [k] dans ...


10

Comme le note Grevisse, le upsilon des Grecs était transcrit par un i en Latin, tout simplement. Les Romains appelaient la lettre (qu’on retrouvait, par exemple et par analogie avec le Grec, dans la graphie alternative sylva) I graeca, d'où le nom moderne.


10

Yes, the equivalent is tu. A few centuries ago, English had the same distinction as French: thou when addressing people at a certain level of familiarity, you in a formal or upper-class setting. In English, you became completely generalized and displaced thou (except when talking to God). In French, the normal singular form remains in use. In some dialects (...


Only top voted, non community-wiki answers of a minimum length are eligible