49

This is a huge question. If someone has the time to give a more thorough overview, I invite them to, but here's a quick set of points to consider. Most of these end consonants are no mystery: they come directly from Latin (temps < tempus, pas < passum, roux < rossus, etc.). In Latin, there are regular rules for word stress, and they are rarely on ...


29

1- Tout d'abord il faut nuancer la « grossièreté » de putain. D'où je viens (je suis méridional) ce n'est pas grossier et d'emploi relativement courant. Par exemple, un enseignant qui entend le mot dans une cour de récréation à Toulouse ou à Marseille n'interviendra pas, je doute qu'il en soit de même à Lille ou à Paris, où le petit écolier se fera ...


20

In addition to Luke's answer, here are some comments about each of your examples: Temps was often written tems, tens or even tans in Old French. When French spelling was standardized, the variant including p, despite being already silent, was selected because it reminds the p that was present in Latin. The ending s was pronounced at that time. Unlike ...


17

Gaffer est un vieux verbe argotique ou populaire signifiant « veiller » (sens 3 du TLF), plutôt par un garde ou un policier. « Fais gaffe » a le même sens que « fais attention ! ». Il n'y a aucun rapport avec les homographes de gaffe. On peut utiliser « Gaffe ! » à la place de « Attention ! » si l'on est pressé.


14

Claude Duneton y consacre cinq pages dans son excellent recueil d'explications d'expressions, tout justement nommé La puce à l'oreille (Anthologie des expressions populaires avec leur origine) (un petit livre en Poche ma foi très utile). L'oreille n'est pas l'oreille pour rien : il y a longtemps eu une analogie faite entre un coquille et une oreille (de par ...


14

La question du « pourquoi » une langue a telle ou telle caractéristique me semble un peu vaine. En dehors des décisions qui relèveraient d'une instance désirant contrôler la langue utilisée par les sujets qu'elle gouverne et interdirait ou imposerait telle ou telle tournure grammaticale ou lexicale, une langue évolue, en général très lentement, et sous le ...


13

Par extension, je pense qu'on peut l'appliquer à n'importe quelle langue. Le Wiktionnaire donne cette origine pour l’expression Certains pensent que cette locution est une déformation de parler français comme un Basque espagnol, mais celle-ci n’est pas attestée dans les ouvrages anciens. Peut-être a-t-elle simplement été formée à partir de vache, comme l’...


13

On utilisait autrefois l'ordinal pour tous les jours du mois, je pense en continu depuis le latin vulgaire. La substitution du cardinal s'est effectuée progressivement aux alentours du XVIe siècle. Une théorie classique (Sneyders de Vogel, 1934, ch. IV §57 p. 33) y voit l'influence de l'imprimerie : Au XVIe siècle on constate que le cardinal tend à ...


12

Il semble que c'est un raccourci pour l'expression sans autre forme de procès (variante : sans autre formalité), raccourci qui n'est effectivement employé qu'en Suisse.


12

Musculus était déjà utilisé en latin pour designer le muscle. Il a pris ce sens en étendant son usage (à la base utilisé seulement pour un muscle de la jambe — c.f. les pièces de viande que l'on vend encore sous le nom de souris, souvent pour l'Agneau) à la totalité des muscles. À la base, ce muscle (situé au niveau du tibia) a été nommé ainsi en raison ...


12

Si "if" is from Latin sī "if". Straightforward enough. Si "so", "so much", and even "yes" is from Latin sīc "in that way". A vestige of that older meaning can be seen in the French ainsi "in that way", originally a compound in + si. The connection between "in that way" (or "thus") and the other two meanings, "yes" and "so much", is linguistically ...


11

Il me semble que : L’expression figée « comme si de rien n’était » ou « comme si rien ne s’était passé » date du 17e. Elle était écrite en italique à l'époque car les gens la trouvaient familière. C'est le cas de Balzac (Ursule Mirouët, IV) ou Gide (Journal, 25 oct. 1938). Comme si rien n'était existe, mais est désuet. Certains grammairiens voient ce de ...


10

Source : Dictionnaire historique de la langue française (sld Alain Rey). « Haricot » au sens argotique désigne l'orteil (apparu fin du 19è siècle) et par synecdoque le pied. D'où courir sur le haricot/le pied. À noter aussi les expressions peler le haricot et taper sur le haricot employées aussi pour signifier ennuyer, importuner. Alain Rey signale que :...


9

C’est l’usage qui crée ce type d’abréviation. Le but est probablement à l’origine d’économiser d’une part le nombre de caractères (160 par SMS, longtemps facturés par message) et d’autre part le temps de frappe (écrire avec un clavier de téléphone était long). Si ces abréviations ne sont pas codifiées, elles souvent sont le fruits : de suppressions de ...


9

D'après Linternaute : Au Moyen Âge, le “volet” était une voile qui servait de tamis pour trier les graines. Au XVe siècle, il se transforma en une assiette de bois dans laquelle on triait les pois et les fèves. "Trier sur le volet", c'est donc "trier méthodiquement", opérer une sélection. D'après Expressio : Au Moyen Âge, un volet était un tissu si ...


8

Le mot un est le plus souvent utilisé en tant qu'article. Peut-être qu'entendre deux articles consécutifs sans savoir immédiatement que le second est en réalité un cardinal est jugé trop distrayant ? C'est encore plus flagrant ici : Hier fut un un novembre ordinaire…


8

I never heard "ambigu" used for a meal before. In France I think we only use it for the meaning "Qui est à plusieurs sens, et par conséquent d'un sens incertain". But for the meal I found this source (Dictionnaire de l'Académie française p.33 on BNF): Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition (1694) AMBIGU, ambigue (Page 33) AMBIGU, [...


7

Un des sens de sauter est se précipiter, ce qui doit être précipité, c'est l'exécution des demandes antérieures (le TLFi donne d'ailleurs l'expression avec ce sens). Quant au et, pour moi c'est la conjonction normale dans un emploi similaire à celui dans Tu peux aller acheter des œufs ?... Et regarde s'il y a du lait aussi.


7

L'expression a été rendue populaire par le roman d'Antoine Blondin :  Les enfants du bon dieu paru en 1952. Le héros du roman est un professeur d'histoire qui ne veut pas être pris pour un canard sauvage et « il ne faudrait pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages » est dit dans le roman par un élève excédé des remarques de l'inspecteur ...


7

Grain se rapporte plus à l'individualité et l'apparence (petit, dur) tandis que graine se rapporte plus à la généricité et la finalité (semences, reproduction): Grain de riz, de maïs mais aussi au sens figuré de sable, de sel, de poussière. Graine: plantes à graines, mauvaise graine, graine de violence, la petite graine ... Ces doublons sont très rarement ...


7

« N'en déplaise à ... » comme « Ne vous déplaise / Ne vous en déplaise » signifie « Que cela ne lui/vous déplaise pas » que l'on peut rapprocher de « Sauf votre respect ». La double négation me parait obligatoire car « En plaise à » n'aurait aucun sens, la formule accompagnant toujours un complément qui ne peut que déplaire à son destinataire. La ...


6

D'après Expressio Cette expression a changé de sens au cours des siècles. Elle est attestée pour la première fois au XIIIe, sous la forme mettre la puche en l'oreille, à une époque où les petits parasites pullulaient, quel que soit le niveau social de leur hôte [...].Bizarrement, elle signifiait alors "provoquer ou avoir un désir amoureux" [...]. ...


6

C'est parce que l'expression ne veut pas dire "une fois que tous les comptes sont faits", mais "une fois que tout le compte est fait". La confusion vient de la syntaxe archaïque de l'expression. "Tout" veut dire la totalité du compte. On trouve la même structure archaïque dans l'expression "Toute honte bue". C'est exactement la même structure Toute honte ...


6

Je trouve cet article de wikipedia pas très clair. Et je soupçonne que ce flou vient du fait que les évolutions de la linguistique sont plus ou moins bien acceptées ou digérées. Il y a une longue tradition en France (raisons historiques) de considérer le conditionnel comme un mode et pas comme un temps. Mais depuis quelques décennies la grande majorité des ...


6

Je ne pense pas que les exceptions "viennent de quelque part". Il y a des règles qui font que quand un mot est formé d'une certaine manière, il prend un certain genre. Par exemple, un mot formé à partir d'un verbe auquel on rajoute le suffixe "-age" est de genre masculin. Mais certains mots se terminent de la même manière sans avoir été formés de cette ...


6

Le E(S) à l'initiale de mots français a trois raisons possibles : le préfixe français ES dérivé du préfixe latin EX (ébahi) le préfixe latin EX transformé selon les habitudes de la prononciation française.(étrange) la pro(s)thèse du E (l'addition de e devant sc, sp, st) (écrire) Il semble que c'est ce dernier cas qui t'intéresse. Il est difficile de faire ...


5

Le TLFi inclut dans la section étymologique de rien une ancienne expression, quoique la connexion étymologique laisse à désirer: loc. adv. ca 1160 ne ... de rien « en aucune manière, nullement » (Eneas, 1821: Quant il de rien ne me conforte); 1377 ne ... en rien « id. » (Gace de La Buigne, Deduis, 1554 ds T.-L.). Par ailleurs, on ne peut pas ajouter de ...


5

Le TLFi note une remarque faite en 1853 par Bernard Julien dans son ouvrage Langage vicieux corrigé au sujet de « ouvrage ». Il écrit que le mot était parfois employé au féminin dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, particulièrement lorsque l'on parlait du travail des femmes, mais que le mot est toujours masculin aujourd'hui. Il recommande l'utilisation ...


Only top voted, non community-wiki answers of a minimum length are eligible