New answers tagged

1

Les termes québécois sélectionnés pour les dictionnaires le sont autant pour leur aspect pittoresque que pour leur utilité. Il n'y a aucune différence évidente (ou, probablement, réelle) de sens entre nounounerie et niaiserie (de la même manière qu'il n'y en a pas beaucoup dans l'usage entre une "idiotie" et une "stupidité"). En fait, je ...


1

Jamais entendu parler de glagne non plus. Google ne trouve pas beaucoup d'occurrences. En voilà une qui est peut-être une piste : Les glagnes ou testicules des rats-musqués, d'une odeur suave pendant le rût, sont réclamées par les dames de la cour pour parfumer leurs atours. Les lys et le lion en Amérique: Une guerre franco-anglaise 1534-1760, Régine Marie ...


2

Les étymologies respectives de ces deux gosses sont incertaines et rien ne prouve qu'ils dérivent d'une racine commune. Pour le mot français qui est épicène, on trouve gouspin, gousse, l'occitan gos voire une origine suédoise… Pour le mot québécois, uniquement féminin, ce serait plutôt cosse. Ce qui est tout de même notable, c'est que cosse et gousse ont des ...


Top 50 recent answers are included