2

Je suis débutant en langue française.

L'entrée persuader du Larousse dit :

Recommandation : Éviter dans tous les cas la tournure incorrecte *persuader de ce que.

Pourquoi est-il grammaticalement incorrect de dire « persuader de ce que » ?

Quand est-ce qu'il est incorrect de changer « de ce que » en « que » ou « que » en « de ce que » ?

Par exemple, vous pouvez dire « surpris que » et « surpris de ce que ». Pourquoi ces formes sont-elles grammaticalement correctes alors que « persuader de ce que » ne l'est pas ?

12
  • Bienvenue sur FL. Peux-tu donner un exemple de phrase où on t'a dit que persuader de ce que n'est pas grammaticalement correct ? Il y a des fois où on ne peut pas dire autrement, et d'autres fois où ce n'est pas recommandé mais on le trouve quand même fréquemment, et dans des textes en très bon français. Ce serait donc mieux que tu proposes un contexte.
    – None
    Sep 7 '21 at 16:35
  • merci pour la bienvenue. S'il vous plait, regardez "larousse.fr/dictionnaires/francais/persuader/59826#difficulte". Il dire que: « recommandation : Éviter dans tous les cas la tournure incorrecte *persuader de ce que. ».
    – 14f6A21
    Sep 7 '21 at 16:38
  • « Persuader-dé de ce que » : books.google.com/ngrams/… existe, malheureusement Googole ne donne plus les sources, mais la tournure est peu utilisée :books.google.com/ngrams/…
    – Personne
    Sep 7 '21 at 18:18
  • En écoutant cet orateur, on se persuade de ce qu'il faut faire. Le dictionnaire cité n'est pas une référence pour les recherches littéraires.
    – Personne
    Sep 7 '21 at 18:27
  • 3
    @LPH — Mes oreilles sont incapables d'entendre les concepts sectaires que vous apportez, ma francophonie primitive et viscérale est définitivement incompatible avec l'académisme grammairien éthéré … 14f6A21 (débutant, comme il le précise) pourra toujours utiliser mon commentaire — tout à fait correct nonobstant les recommandations dictionnairiques — comme il l'entend.
    – Personne
    Sep 7 '21 at 19:20
1

Il ne faut pas utiliser « persuader de ce que » lorsque « de ce que » est compris dans le sens de la locution conjonctive.

Larousse Éviter dans tous les cas la tournure incorrecte *persuader de ce que.

Ce dictionnaire ne mentionne pas la nature des mots dans la combinaison « de ce que » mais il ne s'agit que de la locution conjonctive. Cette construction ne se trouve pas dans les livres Googol, c'est à dire pratiquement pas.

On la trouve une fois en 1950 et même encore récemment, une fois en 2013, mais c'est tout.

(réf. 1950) Persuadés de ce que la culture ne saurait constituer pour personne un avoir mais une dette , les membres de la Société Européenne de culture entendent agir ...

(réf. 2013) .. il a souhaité les persuader de ce que l'homme tend à voir ce qu'il désire dans ce qui est là, et que savoir et ne pas savoir ont affaire au désir plutôt ...

  • Elle les a persuadés de ce que ce travail n'était pas pour eux.
  • Elle les a persuadés que ce travail n'était pas pour eux.

Lorsque « que » est considéré comme étant un pronom relatif, évidemment, le remplacement ne serait pas correct. Certaines sources considèrent que le pronom est « ce que », mais ce n'est qu'une question de différence de point de vue des grammairiens.

  • Elle les a persuadés de ce que personne ne pouvait leur faire croire. (pronom relatif)

On ne voit la différence entre la locution conjonctive et la locution dans laquelle « que » est un pronom qu'à partir du sens de la portion de phrase qui suit, ce qui rend difficile la tâche de déterminer ce dont il s'agit.

« De ce que » est une locution conjonctive que l'on peut encore trouver par exemple, après le nom « avis » et le verbe « aviser », mais dans les livres du 19ième siècle et avant.

  • avis de ce que (TLFi) , aviser de ce que (TLFi).

Cependant la grammaire normative enseigne, encore une fois, qu'il vaut mieux employer « que » pour ce verbe.

(TLFi) Rem. 1. La gramm. normative enseigne qu'on doit employer aviser que de préférence à aviser de ce que (cf. Hanse 1949, Thomas 1956, Colin 1971).

La situation n'est pas différente pour « surpris de ce que ». On n'en trouve très peu dans le siècle dernier. On dit uniquement « surpris que » de nos jours. (ref.)

1
  • je vous remercie pour rendre chose plus claire.specialement pour faire la difference entre « locution conjonctive » et « pronom relatif ».
    – 14f6A21
    Sep 7 '21 at 19:57
4

En principe de ce que ne doit être employé que quand la proposition exprime une cause et que le verbe de la principale est employé avec un complément d'objet.

Exemple pris ici :

La direction a félicité l'équipe commerciale de ce que les chiffres de vente aient atteint de tels résultats.
(féliciter est ici construit avec un COD : l'équipe commerciale. La proposition complément exprime elle la cause, la raison pour laquelle la direction a félicité l'équipe).

effectivement dans ce cas on ne peut pas employer autre chose que de ce que pour introduire la subordonnée. Il en va de même avec une phrase comme :

je suis persuadé de ce que je fais.

Regardons maintenant les cas où il n'y a pas de complément d'objet dans la principale :

Le dictionnaire Larousse dit :

Éviter dans tous les cas la tournure incorrecte *persuader de ce que.

Mais ne dit pas en quoi elle serait incorrecte et ne donne aucun exemple.

Le bon usage (Grevisse, 10e édition) ne mentionne pas persuader de ce que mais par contre mentionne à propos d'informer de ce que (§ 975, 4.),

Informer de ce que n'est pas, semble-t-il, reçu par le bon usage. Dites : informer que [...].
J'ai l'honneur de vous informer que je ne monterai plus jamais en course. (Jules Supervielle)

Les cas d'informer et de persuader sont pour moi semblables et on peut les rapprocher.

Ceci n'empêche pas de rencontrer les exemples qui suivent (et il est possible d'en trouver d'autres) dans des textes bien écrits :

on tentera de vous persuader de ce que cette question est complexe (une plaidoirie d'avocat)

Pour se persuader de ce que les lendemains du 11 janvier n'ont pas empêché... (une chronique par un avocat-écrivain)

Tu essayais de te persuader de ce que le changement te plaisait. (Dolorès, une histoire de cigarette, Marcel Brion

Les puristes « du bon usage » trouveraient les trois citations ci-dessus fautives. Mais ceux qui pensent que la langue est une matière vivante ne sont pas gênés par cette construction.

11
  • Peut-on écrire "persuadé par qqn ou qlq chose" ? Par exemple: "Je ne suis persuadé par votre... "
    – Michel T
    Sep 7 '21 at 18:46
  • « Je suis persuadé de ce que je fais. » : il ne s'agit plus de la conjonction « de ce que » mais du pronom relatif « ce que », qui introduit une proposition nominale (se persuader de qqc (ce que je fais)). Ce n'est plus la même chose.
    – LPH
    Sep 7 '21 at 18:51
  • @LPH Nous sommes bien d'accord, c'est pour ça que je différencie nettement les cas.
    – None
    Sep 7 '21 at 18:54
  • 1
    @MichelT Je ne suis pas sûre de comprendre je ne suis pas persuadé par votre raisonnement par exemple ?
    – None
    Sep 7 '21 at 19:07
  • 1
    @MichelT Je ne suis pas persuadé par votre raisonnement est parfaitement correct.
    – None
    Sep 7 '21 at 19:18

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.